Crise syrienne : Le HCR se félicite de l'ouverture du centre d'opérations humanitaires en Jordanie

Articles d'actualité, 17 décembre 2012

© HCR/S.Malkawi
Des réfugiés syriens attendent l'enregistrement en Jordanie, après avoir traversé la frontière.

AMMAN, Jordanie, 17 décembre (HCR) Les prochains mois risquant d'être difficiles, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a annoncé la création d'un centre d'opérations conjoint entre la Jordanie et les Nations Unies. Ce centre vise à renforcer la coordination de la réponse humanitaire face à la crise croissante qui pourrait voir plus d'un million de réfugiés syriens dans les pays voisins à la mi-2013. On estime que 250 000 réfugiés syriens sont déjà présents en Jordanie. Ils ont fui le conflit qui dure depuis 20 mois dans leur pays.

Dans son allocution aux journalistes à l'issue d'une mission conjointe de deux jours au Liban et en Jordanie avec Kristalina Georgieva, la Commissaire européenne à la coopération internationale, à l'aide humanitaire et à la réaction aux crises, António Guterres a décrit la création du centre d'opérations comme « un bond en avant pour notre coordination conjointe ». Le projet a été approuvé dimanche lors d'une réunion organisée par le Ministère jordanien des Affaires étrangères, où étaient présents des représentants de plusieurs agences des Nations Unies, de leurs partenaires et de donateurs.

Dirigé par un fonctionnaire jordanien, avec comme Directeur adjoint le Représentant du HCR en Jordanie et Coordinateur humanitaire par intérim, le nouveau centre permettra de coordonner la planification et la logistique, d'améliorer l'échange d'informations et l'analyse des besoins financiers globaux pour répondre aux besoins des réfugiés syriens en Jordanie. Il permettra d'améliorer la planification d'urgence entre les autorités, les agences des Nations Unies et les partenaires, y compris le HCR, le PAM, l'OMS et l'UNICEF, et d'assurer que les stocks d'aide pour répondre aux besoins sont préparés et pré-positionnés.

António Guterres a également noté que le HCR et ses partenaires dévoileront un nouveau plan d'aide régionale aux réfugiés syriens mercredi à Genève. Le plan portera sur les programmes de 52 agences humanitaires et ONG engagées à aider les réfugiés syriens dans les pays voisins durant les six premiers mois de 2013. Un plan similaire pour répondre aux besoins humanitaires à l'intérieur de la Syrie sera également annoncé durant la réunion.

L'actuel Plan régional d'aide aux réfugiés syriens, lancé fin septembre, recherchait 488 millions de dollars pour couvrir les besoins d'environ 710 000 réfugiés d'ici la fin 2012 en Jordanie, au Liban, en Iraq et en Turquie. À ce jour, il est financé à hauteur d'un peu plus de la moitié.

Bien qu'António Guterres n'ait pas donné de chiffre pour le nouvel appel de fonds qui sera publié mercredi, il a déclaré qu'il serait « sensiblement plus élevé » et que les statistiques prévues pour les réfugiés syriens présents dans les pays voisins de la Syrie variaient désormais entre 1,1 et 1,8 million au pire des cas d'ici la fin juin 2013.

« Nous vivons un moment crucial dans le cadre du conflit en Syrie », a indiqué António Guterres. « Je pense qu'il est temps pour la communauté internationale de comprendre que ce n'est pas un conflit comme les autres. Nous assistons à des combats violents avec des conséquences tragiques au niveau humanitaire. »

Il a ajouté que le conflit avait « évolué d'une façon qui fait penser que 2013 sera beaucoup plus dramatique que 2012. Alors le soutien aux Syriens pris au piège par le conflit à l'intérieur de leur pays, aux Syriens qui sont aujourd'hui réfugiés en Turquie, en Iraq, en Jordanie et au Liban, ainsi qu'aux pays d'accueil de la région, doit être fortement amélioré en 2013. »

En soulignant la longue histoire de la Jordanie dans l'accueil des premiers réfugiés palestiniens, puis des Iraquiens et maintenant des Syriens malgré d'énormes problèmes économiques, sociaux et de sécurité le Haut Commissaire a salué la générosité de la Jordanie « dans un monde où tant de frontières restent fermées. » Il a ajouté que la Jordanie devrait faire figure d'exemple pour le reste de la communauté internationale.

António Guterres a réitéré son appel pour davantage de soutien international aux programmes humanitaires, tant en Syrie elle-même que dans les pays d'accueil environnants, afin que les frontières restent ouvertes aux personnes qui fuient la violence en Syrie.

Il y a eu une forte hausse des arrivées de réfugiés syriens en Jordanie ces derniers jours, dont plus de 2 000 durant la nuit de samedi à dimanche, puis celle de dimanche à lundi. C'est le nombre le plus élevé depuis septembre. La Jordanie compte quelque 148 000 réfugiés enregistrés. Selon les autorités, il y a également 100 000 Syriens qui ne se sont pas enregistrés.

A l'échelle de la région, on compte désormais environ 520 000 Syriens enregistrés ou en attente de l'être en tant que réfugiés en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Iraq et en Afrique du Nord. Au moins 200 000 de plus ne se sont pas encore fait connaître pour l'enregistrement, mais beaucoup pourraient venir demander de l'aide car l'hiver s'installe et leurs ressources sont épuisées.

En plus de la réunion de dimanche qui a été organisée par le Ministère des Affaires étrangères sur la création du centre d'opérations conjoint, António Guterres et la Commissaire européenne Kristalina Georgieva ont tenu des réunions à Amman avec le Premier Ministre Abdullah Ensour, le Ministre des Affaires étrangères Nasser Judeh et le Ministre de la Planification et de la Coopération internationale, Jafaar Hassan.