Soudan du Sud flag

Soudan du Sud Soudan du Sud Flux RSS

Profil d'opérations 2014 - Soudan du Sud

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • En tant que jeune nation, le Soudan du Sud doit créer de toutes pièces certaines de ses institutions. Les structures administratives centrales et les mécanismes de représentation politique commencent seulement à prendre forme et le Gouvernement a encore fort à faire pour offrir les services essentiels à la majorité de la population. Depuis l'indépendance du pays en juillet 2011, l'inflation élevée a nui à l'économie, qui demeure relativement peu développée.

  • Dans le pays enclavé qu'est le Soudan du Sud, l'industrie et les infrastructures demeurent limitées, ce qui entraîne des coûts prohibitifs pour l'acquisition et la fourniture de produits de première nécessité et les autres activités opérationnelles. De plus, les pluies saisonnières et les inondations annuelles rendent une grande partie du pays inaccessible par la route entre juin et novembre.

  • Les conflits interethniques se poursuivent dans diverses régions du pays, provoquant des déplacements internes et transfrontaliers. Dans l'Etat du Jongleï, plus de 132 000 personnes avaient été déplacées en août 2013.

  • L'afflux de réfugiés en provenance du Soudan demeure considérable, avec près de 26 700 individus enregistrés entre janvier et août 2013 dans les Etats de l'Unité et du Haut-Nil.

  • Les autorités sud-soudanaises continuent d'assurer la protection et la sécurité de plus de 234 000 réfugiés et ont octroyé des terres à deux nouveaux camps dans les Etats de l'Unité et du Haut-Nil. Suite à la création de la Commission des affaires de réfugiés début 2013, les autorités ont établi une présence régulière dans les zones d'accueil des réfugiés, assurant une coordination efficace avec les acteurs humanitaires sur le terrain.

  • Dans ce pays nouvellement indépendant, certaines franges de la population risquent de devenir apatrides parce qu'elles ont une ascendance mixte soudanaise et sud-soudanaise, sont originaires de régions frontalières ou ont longtemps résidé au Soudan.

Personnes relevant de la compétence du HCR

Les principales populations relevant de la compétence du HCR en 2014 dans le cadre de son opération au Soudan du Sud seront, selon ses prévisions : les réfugiés originaires de République centrafricaine (RCA), de République démocratique du Congo (RDC), d'Ethiopie et du Soudan, les personnes risquant de devenir apatrides, les déplacés internes et les personnes de retour dans leur lieu d'origine.

Depuis 2011, quelque 210 000 réfugiés ont fui le conflit qui sévit au Soudan dans les Etats du Kordofan méridional et du Nil bleu. En outre, le Soudan du Sud accorde l'asile à 13 600 réfugiés originaires de RDC, 6 000 Ethiopiens et 1 600 personnes venues de RCA.

En attendant la mise en œuvre de l'accord des « Quatre libertés » (accord conclu en 2012 entre le Soudan et le Soudan du Sud qui confère aux citoyens la liberté de mouvement, de séjour, d'entreprendre des activités économiques et d'acheter ou de vendre des biens), le risque d'apatridie demeure élevé pour les individus ayant une origine mélangée soudanaise et sud-soudanaise, appartenant à des groupes ethniques frontaliers ou ayant longtemps résidé au Soudan ou dans d'autres pays.

Chiffres HCR prévisionnels pour le Soudan du Sud
Type de population Origine Déc. 2013 Déc. 2014 Déc. 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total 561 150 274 150 569 850 317 350 573 650 341 150
Réfugiés Rép. dém. du Congo 13 600 13 600 15 600 15 600 17 600 17 600
Ethiopie 6 000 6 000 6 500 6 500 7 000 7 000
Soudan 212 800 212 800 245 500 245 500 266 300 266 300
Pays divers 1 700 1 700 2 200 2 200 2 700 2 700
Demandeurs d'asile Pays divers 50 50 50 50 50 50
Réfugiés rapatriés durant l'année Soudan du Sud 5 000 5 000 5 000 5 000 5 000 5 000
Déplacés internes Soudan du Sud 132 000 15 000 125 000 12 500 125 000 12 500
Apparentés déplacés internes Soudan du Sud 120 000 10 000 120 000 10 000 120 000 10 000
Déplacés internes rentrés durant l'année Soudan du Sud 70 000 10 000 50 000 20 000 30 000 20 000

| Réponse |

Besoins et stratégies

Le HCR continue à encourager le Soudan du Sud à signer et à ratifier les conventions et traités internationaux relatifs à la protection des réfugiés et à la prévention de l'apatridie. L'Organisation bénéficie du soutien de la Commission pour les affaires de réfugiés pour l'établissement d'une présence active sur le terrain dans les Etats de l'Unité et du Haut-Nil.

En 2014, la tâche du HCR au Soudan du Sud consistera avant tout à répondre aux besoins des réfugiés soudanais accueillis dans les camps. Sa principale priorité sera de renforcer les structures d'urgence dans tous les camps et d'améliorer les interventions dans le domaine des abris, de la santé, de l'éducation, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, afin d'atteindre des normes minimales. En matière de protection, l'Organisation s'attachera à préserver le caractère civil des sites d'installation des réfugiés, à améliorer l'accès à l'éducation et la qualité de l'enseignement pour prévenir le recrutement et le travail des enfants, à renforcer le suivi de la violence sexuelle et sexiste et la prise en charge des victimes, à harmoniser l'accès à l'assistance pour les personnes ayant des besoins spécifiques, à promouvoir la coexistence pacifique entre les réfugiés et les communautés d'accueil et à renforcer la capacité des pouvoirs publics à répondre aux besoins de protection des réfugiés.

En ce qui concerne les déplacés internes, le HCR continuera à codiriger le module de protection avec le Conseil norvégien pour les réfugiés et procédera à des évaluations, au suivi de la protection, à l'enregistrement des enfants séparés et non accompagnés ainsi qu'à des plaidoyers. Ces actions seront menées avec le concours d'autres organismes de protection, du Gouvernement, du BCAH, des missions diplomatiques et de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS).

Afin de prévenir l'apatridie, l'Organisation continuera par ailleurs à aider les autorités à traiter les demandes de documents de nationalité et d'identité.

| Mise en œuvre |

Coordination

Le HCR maintiendra ses partenariats stratégiques et opérationnels pour offrir protection et assistance aux réfugiés, aux déplacés internes et aux personnes de retour dans leur région d'origine.

Au sein des Nations Unies, le Haut Commissariat a conclu des partenariats avec le BCAH, la FAO, l'OMS, ONU-Habitat, le PAM, le PNUD, le SLAM, l'UNICEF et l'UNOPS. Parmi ses autres partenaires figurent l'OIM, des ministères et des services gouvernementaux, des ONG nationales et internationales ainsi que des associations locales. Par ailleurs, le HCR coopère étroitement avec les principaux pays donateurs.

Lors de ses interventions auprès des populations réfugiées, l'Organisation travaille en coordination avec différents organismes aptes à apporter une expertise technique ou à distribuer des fournitures d'urgence. Le HCR bénéficie en outre d'accords de réserve avec des ONG partenaires qui lui fournissent des experts techniques dans les situations de crise impliquant des réfugiés ou des déplacés internes.

2014 Partenaires du HCR - Soudan du Sud
Partenaires d'exécution
Organismes gouvernementaux : Commission pour les affaires de réfugiés, Commission pour les secours et la réhabilitation, Direction de la nationalité, des passeports et de l'immigration
ONG : Action Africa Help International, African Humanitarian Action, Agence d'aide à la coopération technique et au développement, Association of Christian Resource Organizations Serving Sudan, CARE, Comité international de secours, Conseil danois pour les réfugiés, Conseil norvégien pour les réfugiés, Fédération luthérienne mondiale, Human Development Council, IBIS - Italie, International Medical Corps, Nonviolent Peaceforce, Oxfam, Samaritan's Purse, Save the Children, Vision du monde (International)
Autres : UNOPS, VNU
Partenaires opérationnels
Organismes gouvernementaux : Ministère de l'intérieur et de la Conservation de la faune
ONG : Médecins sans Frontières (France, Belgique, Pays-Bas et Espagne), CAFOD, Relief International, Medair
Autres : FAO, FNUAP, MINUSS, OIM, OMS, ONU-Habitat, ONUSIDA, PAM, PNUD, SLAM, UNICEF

| Informations financières |

Le Soudan du Sud ayant déclaré son indépendance en 2011, le budget du HCR pour ce pays a été séparé de celui du Soudan à compter de l'année 2012. Suite à l'afflux soudain de réfugiés soudanais en provenance des Etats du Kordofan méridional et du Nil bleu en 2012, un appel supplémentaire a été lancé pour répondre à leurs besoins, portant le budget de l'opération du HCR au Soudan du Sud à 265,3 millions de dollars E.-U. En 2014, les besoins financiers de l'opération ont été chiffrés à 230,1 millions de dollars E.-U., soit une augmentation de 11 millions par rapport au budget révisé de 2013, qui s'élevait à 219,1 millions de dollars E.-U. Cette évolution reflète la nécessité pressante d'établir des infrastructures plus permanentes dans les camps de réfugiés et les communautés d'accueil.

Source : Appel global 2014-2015 du HCR

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Soudan du Sud UNHCR Rapports sur la collecte de fonds Flux RSSRapports sur la collecte de fonds

autres documents

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

L'objet le plus important

Depuis novembre 2011, plus de 105 000 réfugiés ont traversé la frontière qui sépare l'État du Nil Bleu, au Soudan, de celui du Haut-Nil, au Soudan du Sud. Le voyage, généralement réalisé à pied, passe par de dangereuses zones de conflit et emprunte des routes secondaires que les fortes pluies ont rendues presque impraticables. Les réfugiés, pour la plupart, fuient précipitamment, n'emportant que ce qu'ils peuvent porter et parfois rien d'autre que les vêtements qu'ils ont sur le dos. Certains arrivent malades ou blessés, et beaucoup ont souffert de la faim au cours du trajet. Le photojournaliste Brian Sokol a demandé à plusieurs réfugiés au Soudan du Sud de lui montrer l'objet le plus important qu'ils avaient emporté avec eux. Nous vous invitons à lire son photoreportage pour découvrir les objets qu'ils ont choisis.

L'objet le plus important

La résilience et la dignité des réfugiés au Soudan du Sud

Depuis septembre 2011, plus de 100 000 réfugiés soudanais ont fui les raids aériens et les affrontements survenant dans leur pays d'origine. Ils ont trouvé refuge dans l'Etat du Nil supérieur au Soudan du Sud. Hébergés dans quatre camps de réfugiés dans le comté de Maban, ils font face à des difficiles conditions de vie qui ont empiré durant la saison des pluies. Le personnel du HCR vit également dans des conditions difficiles dans l'une des zones les plus isolées et difficiles d'accès au Soudan du Sud.

Les réfugiés sont reconnaissants de l'aide vitale qu'ils reçoivent du HCR et de ses partenaires humanitaires. Ils sont également un exemple de l'extraordinaire résilience qui peut caractériser les êtres humains. Ces photos ont été prises par des employés du HCR. Elles montrent leurs conditions de vie pour que les réfugiés gardent espoir et dignité.

La résilience et la dignité des réfugiés au Soudan du Sud

Une famille déracinée au Soudan du Sud

Après l'éruption des combats à Kormaganza dans l'Etat du Nil bleu en septembre l'année dernière, la famille de Dawa Musa, 80 ans, a décidé de fuir vers le village voisin de Mafot. Dawa était trop frêle pour faire le voyage de deux jours à pied. Aussi son fils, Awad Kutuk Tungud, l'a cachée dans des buissons durant trois jours pendant qu'il mettait sa femme, Alahia et leurs neuf enfants en sécurité. Awad est revenu chercher sa mère et l'a portée jusqu'à Mafo où la famille est restée pendant quelques mois dans une relative sécurité, jusqu'à ce que des attaques aériennes bombardent le village.

A nouveau, Awad a fui avec sa famille - cette fois-ci au-delà de la frontière - vers le Soudan du Sud. Durant 15 jours épuisants, il a porté sa vieille mère et sa fille sur son dos jusqu'à la frontière à Al Fudj au mois de février. Le HCR a ensuite pris en charge le transport de la famille vers le camp de réfugiés de Jamam au Soudan du Sud. Ils ont vécu en sécurité pendant sept mois. Les pluies ont causé des inondations rendant difficile pour le HCR d'acheminer de l'eau potable au camp et d'éviter les risques de maladies d'origine hydrique.

Le HCR a ouvert un camp de réfugiés à Gendrassa, situé un peu en hauteur et à 55 kilomètres de Jamam. Dès lors, l'agence a débuté le transfert de 56 000 personnes depuis la frontière vers le camp. Parmi eux, se trouvaient Awad et sa famille. Awad a porté à nouveau sa mère, mais cette fois-ci vers une nouvelle tente à Gendrassa. Awad a commencé à cultiver la terre. « Revenez dans trois mois », a-t-il déclaré. « Le maïs aura déjà poussé. »

Une famille déracinée au Soudan du Sud

La vie de réfugié dans un lieu reculé au Soudan du Sud

L'année dernière, des milliers de personnes de l'Etat du Sud-Kordofan au Soudan ont fui la violence en quête de sécurité. Ils ont rejoint le Soudan du Sud et le camp de réfugiés de Yida, situé juste en face de la frontière. A la fin septembre, Yida hébergeait environ 65 000 réfugiés originaires de la région des monts Nouba. Situé dans l'un des lieux les plus isolés au Soudan du Sud, Yida est désormais une île virtuelle du fait de la saison des pluies qui a rendu impraticables les routes d'accès.

Chaque jour, des réfugiés continuent d'arriver depuis l'autre côté de la frontière après un pénible voyage. Ils sont tous épuisés et un nombre croissant d'entre eux est en mauvaise santé. De nouvelles attaques aériennes et terrestres poussent de plus en plus de gens à fuir.

Le HCR et des partenaires humanitaires sur le terrain assurent la protection et fournissent une assistance vitale à la communauté réfugiée dans le cadre de l'une des opérations les plus délicates au monde. Les photographies ci-dessous, réalisées par Kathryn Mahoney, chargée d'information au HCR, décrivent la vie quotidienne des réfugiés à Yida.

La vie de réfugié dans un lieu reculé au Soudan du Sud

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Depuis début mai, une opération est en cours au Soudan du Sud afin de transférer plus de 18 000 réfugiés soudanais vers un camp nouvellement construit. Six jours par semaine, environ 500 personnes sont transportées du camp de Jamam, dans l'Etat du Nil supérieur, vers un site récemment construit, dénommé Kaya. La saison des pluies, longue et intense au Soudan du Sud, va bientôt commencer pour de bon et l'opération permettra de transférer les réfugiés d'un endroit propice aux graves inondations vers un autre, conçu pour rester accessible et fonctionnel pendant les pluies torrentielles. Les pluies laissent de vastes zones du pays coupées pendant des mois à cause des inondations. Les résidents de Jamam sont assistés pour déplacer leurs affaires et se voient allouer un lopin de terre à leur arrivée à Kaya, où les partenaires du HCR ont installé des écoles et des structures de santé. Les réfugiés nouvellement arrivés du Soudan sont également transportés vers Kaya, où des produits de secours et un abri leur sont fournis. Tim Irwin, du HCR, se trouvait sur place avec son appareil photo.

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Depuis trois semaines après l'éruption de violences au Soudan du Sud, environ 200 000 Sud-Soudanais sont désormais déplacés dans leur propre pays. Environ 57 000 d'entre eux ont trouvé abri dans des bases des troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix, à travers tout le pays. Ces photos de Kitty McKinsey, chargée d'information régionale au HCR, donnent un aperçu de la vie quotidienne de 14 000 personnes déplacées ayant trouvé refuge à l'intérieur d'un complexe abritant des bureaux des Nations Unies connu localement sous le nom de Tong Ping, près de l'aéroport de Juba, la capitale du Soudan du Sud. Les agences humanitaires, y compris le HCR, se mobilisent pour apporter des abris, des couvertures et d'autres articles d'aide. Toutefois, les premiers jours, les personnes déplacées ont dû se débrouiller par elles-mêmes. Les complexes abritant des bureaux ont pris l'apparence de petites villes avec des marchés, des kiosques, la collecte des ordures et des toilettes publiques. Étonnamment, les enfants parviennent encore à sourire et à organiser leurs jeux avec du matériel de fortune.

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Soudan du Sud : Aider les plus vulnérables Play video

Soudan du Sud : Aider les plus vulnérables

Le HCR vient en aide tout particulièrement aux personnes âgées, aux handicapés et aux malades parmi les réfugiés soudanais qui sont hébergés au camp de Yusuf Batil.
Soudan du Sud : En route vers un endroit plus sûrPlay video

Soudan du Sud : En route vers un endroit plus sûr

Il est nécessaire de transférer d'urgence des réfugiés soudanais depuis les régions frontalières, pour leur sécurité et leur bien-être.
Soudan du Sud : Transfert vers un lieu plus sûrPlay video

Soudan du Sud : Transfert vers un lieu plus sûr

Il est nécessaire de transférer d'urgence des réfugiés soudanais depuis les régions frontalières, pour leur sécurité et leur bien-être.
Soudan : Fuir la région des monts NoubaPlay video

Soudan : Fuir la région des monts Nouba

Le conflit dans la région des montagnes Nouba pousse les réfugiés à rejoindre Juba, au Soudan du Sud.
Soudan : En route vers une nouvelle viePlay video

Soudan : En route vers une nouvelle vie

Le HCR offre d'aider au transfert de centaines de civils soudanais du sud vers leur pays, le Soudan du Sud qui a récemment obtenu l'indépendance. Près de 250 familles attendent de voyager vers leur pays d'origine, pour y recommencer une nouvelle vie.
Soudan du Sud : En quête de sécuritéPlay video

Soudan du Sud : En quête de sécurité

Le nombre des réfugiés s'accroît le long de la frontière au nord-est du Soudan du Sud. Certains se rendent plus à l'intérieur du pays vers le camp de Jammam, établi par le HCR il y a un mois.
Soudan du Sud : les réfugiés du Nil BleuPlay video

Soudan du Sud : les réfugiés du Nil Bleu

Les réfugiés affluent depuis la région du Nil Bleu au Soudan vers le Soudan du Sud. Beaucoup rejoignent le camp de Doro.
Soudan : Retour vers le SudPlay video

Soudan : Retour vers le Sud

Des milliers de Sud-Soudanais quittent le nord du pays pour rentrer dans leurs villages.
Sud-Soudan : Voter pour l'avenir du paysPlay video

Sud-Soudan : Voter pour l'avenir du pays

Une élection a actuellement lieu au Sud-Soudan. Des millions de personnes qui sont rentrées dans leurs villages après des décennies de guerre espèrent que cette élection assurera un changement positif et apportera une paix durable.