Myanmar flag

Myanmar Myanmar Flux RSS

Profil d'opérations 2014 - Myanmar

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • Au Myanmar, les tensions intercommunautaires sont demeurées aiguës avec près de 140 000 personnes encore déplacées dans l'Etat de Rakhine. L'an prochain, la fragilité de l'environnement de protection et les efforts pour promouvoir la coexistence et la réconciliation exigeront un soutien substantiel. Le HCR travaillera en étroite collaboration avec l'équipe humanitaire des Nations Unies dans le pays pour parvenir à des solutions durables.

  • On estime que plus de 800 000 personnes sont dépourvues de citoyenneté dans le nord de l'Etat de Rakhine. Il semble en outre que la majorité des déplacés internes ne possèdent pas de nationalité. Le HCR préconise des mesures pour lever les obstacles à la citoyenneté.

  • Un accord pour réduire les hostilités dans l'Etat de Kachin entre le Gouvernement et l'Organisation pour l'indépendance kachin (KIO) a potentiellement ouvert la voie à de futurs efforts de paix. Quelque 100 000 personnes sont déplacées. Les organisations humanitaires internationales ont un accès direct aux déplacés internes dans les zones contrôlées par le Gouvernement et les partenaires locaux ont joué un rôle vital pour veiller à ce que l'assistance humanitaire parvienne aux déplacés internes dans d'autres régions. Le HCR alignera ses efforts sur la réponse inter-agences des Nations Unies, se chargeant des activités de protection et de l'assistance au sein du module qui lui a été attribué. Le HCR soutiendra également les efforts de l'équipe humanitaire pays dans la recherche de solutions durables.

  • Il est estimé que plus de 230 000 personnes sont encore déplacées dans le sud-est du Myanmar, dans des zones où le HCR opère. L'engagement du Gouvernement et d'autres parties à trouver des solutions pour ces déplacés internes s'est affermi. La principale priorité du HCR dans le sud-est demeure d'être préparé au retour potentiel des réfugiés depuis la Thaïlande ; néanmoins, fin 2013, les conditions ne sont pas encore propices au retour. Le Haut Commissariat surveillera les retours spontanés et continuera de se préparer aux rapatriements potentiels, en consultation avec les autorités du Myanmar et son bureau en Thaïlande, qui entretient des contacts avec les autorités thaïlandaises et les réfugiés vivant le long de la frontière. On estime que 128 000 réfugiés se trouvent dans des sites temporaires le long de la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.

Personnes relevant de la compétence du HCR

Les principales populations relevant de la compétence du HCR en 2014 au Myanmar seront, selon ses prévisions, des individus sans citoyenneté et des personnes déplacées par le conflit et les tensions intercommunautaires. Elles comprennent : près d'un demi-million de déplacés internes se trouvant actuellement dans les Etats de Rakhine, de Kachin et de Shan et dans le sud-est du Myanmar ; plus de 800 000 individus dont on estime qu'ils sont dépourvus de nationalité au nord de l'Etat de Rakhine, et probablement un chiffre plus élevé au niveau national. Le premier recensement national depuis 31 ans, prévu pour 2014, devrait fournir d'importantes informations complémentaires.

Chiffres HCR prévisionnels pour le Myanmar
Type de population Origine Déc. 2013 Déc. 2014 Déc. 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total 1 340 000 415 000 1 500 000 475 000 1 751 000 601 000
Note : les chiffres pour les personnes de retour en 2014 et 2015 sont déterminés uniquement dans le cadre du processus de planification des mesures d'urgence, si les conditions du rapatriement librement consenti s'améliorent. Actuellement, les conditions ne sont pas jugées propices au retour librement consenti. Si le HCR a besoin de se préparer dans l'éventualité où cette situation changerait, aucun plan n'a cependant encore été mis en place et le Haut Commissariat n'a jusqu'à présent pas encouragé le retour.
Réfugiés rapatriés durant l'année Pays divers - - - - 51 000 51 000
Déplacés internes Pays divers 490 000 215 000 500 000 250 000 400 000 200 000
Déplacés internes rentrés durant l'année Myanmar - - - - 100 000 100 000
Apatrides Myanmar 850 000 200 000 1 000 000 225 000 1 200 000 250 000

| Réponse |

Besoins et stratégies

Le HCR a fait partie de la réponse humanitaire élargie aux besoins des personnes déplacées dans l'Etat de Kachin et l'Etat de Rakhine, et il coordonne le secteur de la protection et les modules des abris, des articles non alimentaires, et de la coordination des camps et de la gestion des camps dans les deux Etats. Dans le cadre de travail interinstitutions, des plans de réponse pour la situation à Kachin et à Rakhine ont été définis en 2012 et 2013. Un soutien suivi dans les domaines des besoins de base et des services essentiels continuera d'être nécessaire en 2014. Les besoins en abris et articles non alimentaires ont été dans l'ensemble satisfaits dans l'Etat de Rakhine en 2013, mais il faudra reconstituer et maintenir les stocks, dans le contexte d'une gestion communautaire des camps. En 2014, la priorité du HCR sera de renforcer les mécanismes de protection, y compris par une protection à assise communautaire. Les préparatifs des solutions durables devraient commencer à Kachin, compte tenu de l'évolution positive récente autour des entretiens de paix. A Rakhine, 2014 sera une année charnière au cours de laquelle des efforts concertés devraient être consentis pour créer un climat de confiance et prendre des mesures favorisant la coexistence en vue de solutions durables ultérieures.

| Mise en œuvre |

Coordination

Les principaux partenaires du HCR au Myanmar demeureront le ministère de l'Immigration et de la Population et le ministère du Progrès des zones frontalières, des ethnies nationales et des questions de développement.

Le HCR est le chef de file du secteur de la protection et dirige le module des abris, des articles non alimentaires ainsi que de la coordination des camps et de la gestion des camps dans le cadre de la réponse interinstitutions des Nations Unies pour les situations de déplacement à Kachine et Rakhine. Il participe activement à la coordination interinstitutions au sein de l'équipe humanitaire dans le pays. Le HCR axe principalement son œuvre sur les questions de protection dans l'ensemble du Myanmar.

Le HCR a aussi consolidé les mécanismes de coordination pour les solutions durables dans les zones frontalières du sud-est, en partenariat avec les acteurs du développement, pour préparer un retour éventuel des déplacés internes et des réfugiés.

2014 Partenaires du HCR - Myanmar
Partenaires d'exécution
Organismes gouvernementaux : Ministère de l'Immigration et de la Population (Département de l'immigration et de l'enregistrement national)
ONG : Action contre la faim, Bridge Asia Japan, Community and Family Services International, Conseil danois pour les réfugiés, Fédération luthérienne mondiale, Kachin Baptist Convention - Emergency Relief Committee, Karuna Banmaw Social Services, Karuna Myanmar Social Services Loikaw, Karuna Myanmar Social Services Myitkyina, Malteser Hilfsdienst, Allemagne, Marie Stopes International, Première Urgence - Aide Médicale Internationale, Save the Children, Shalom (Nyein) Foundation, Société de la Croix-Rouge du Myanmar
Autres : UNOPS
Partenaires opérationnels
Organismes gouvernementaux : Ministère de la Protection sociale, des Secours et de la Réinstallation, Ministère du Progrès des zones frontalières, des ethnies nationales et des questions de développement
ONG : CARE, Conseil norvégien pour les réfugiés, Direction suisse du développement et de la coopération, Médecins sans Frontières - Pays-Bas, Médecins sans Frontières - Suisse, World Vision

| Informations financières |

Depuis 2009, le budget pour l'opération au Myanmar a été multiplié par six, la plus forte hausse se produisant en 2012, au lendemain de l'urgence des déplacés internes à Rakhine. Depuis 2009, des ressources supplémentaires ont été allouées pour aider la population dépourvue de citoyenneté dans le nord de l'Etat de Rakhine. En 2011, un supplément de fonds a été nécessaire pour soutenir les victimes de deux catastrophes naturelles dans l'Etat de Rakhine et les personnes nouvellement déplacées dans l'Etat de Kachin. L'expansion de la zone couverte par le HCR dans le sud-est ces deux dernières années a aussi requis une majoration du budget, qui a atteint 68,5 millions de dollars E.-U. (budget révisé au 30 juin 2013). En 2014, les besoins financiers totaux sont évalués à 68,1 millions de dollars E.-U. Il faudra maintenir un niveau budgétaire adéquat pour continuer à répondre aux déplacés internes dans les Etats de Rakhine et Kachin, satisfaire les besoins additionnels dans le nord de l'Etat de Shan et élargir les activités dans le sud-est du pays.

Source : Appel global 2014-2015 du HCR

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Myanmar UNHCR Rapports sur la collecte de fonds Flux RSSRapports sur la collecte de fonds

autres documents

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juini, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juin, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Légendes.

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Cyclone dévastateur au Myanmar

Les 2 et 3 mai 2008, le cyclone Nargis a dévasté le Myanmar, causant la mort de milliers de personnes et en laissant plus d'un million d'autres sans abri. En réponse immédiate à la catastrophe, le bureau de l'UNHCR à Yangon a acheté et distribué l'équivalent de 50 000 dollars de bâche en plastique et de nourriture en conserve aux rescapés.

Depuis, avec un premier convoi d'aide humanitaire par camion, l'UNHCR a fait parvenir 22 tonnes de tentes et de bâche en plastique en provenance des stocks de l'agence dans le nord-ouest de la Thaïlande. Par ailleurs, plus de 100 tonnes de toile goudronnée, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de moustiquaires sont acheminées par avion depuis l'entrepôt régional de l'UNHCR à Dubaï.

L'UNHCR n'intervient pas habituellement en cas de catastrophe naturelle, mais l'agence a agi en raison de l'ampleur de la dévastation, du besoin urgent des victimes et de la proximité de ses entrepôts d'aide d'urgence, qui sont situés non loin du Myanmar.

Cyclone dévastateur au Myanmar

Les réfugiés rohingyas au Bangladesh

En 1991, quelque 250 000 réfugiés du nord de l'État de Rakhine au Myanmar ont fui leur pays en bateau ou à pied, pour rejoindre la région de Cox's Bazar au Bangladesh voisin, où ils ont été accueillis dans une vingtaine de camps. Alors que la majorité est depuis rentrée chez elle, environ 20 500 personnes - pour la plupart des Rohingyas, une minorité ethnique musulmane - se trouvent encore dans deux des camps d'origine.

Les conditions de vie dans ces camps sont en-dessous des standards, de nombreux réfugiés vivant dans des abris surpeuplés ayant besoin d'importantes réparations. De fréquentes pluies diluviennes inondent la zone, endommageant davantage l'hébergement et propageant des maladies. Le harcèlement et les discriminations aggravent encore le sort des réfugiés rohingyas, mais la majorité d'entre eux disent ne pas vouloir rentrer au Myanmar avant l'instauration de la paix et de la démocratie.

L'UNHCR a étendu ses activités de suivi de protection à Cox's Bazar pour répondre également aux problèmes de violences sexuelles et à l'encontre des femmes, ainsi qu'au trafic de femmes et d'enfants. En coordination étroite avec d'autres agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et les gouvernements, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés travaille pour trouver une solution durable pour les réfugiés rohingyas.

Les réfugiés rohingyas au Bangladesh

Réfugiés du Myanmar

Au cours des derniers mois, plus de 2 000 réfugiés originaires du Myanmar sont arrivés dans le nord de la Thaïlande. Ils disent fuir la reprise du conflit et les violations des droits humains dans l'Etat de Kayin au Myanmar. Les réfugiés, qui appartiennent principalement à l'ethnie Karen, disent que leurs maisons et leurs villages ont été brûlés et que des civils ont été tués. Beaucoup sont en très mauvaise santé et souffrent de maladies telles que le paludisme après un voyage long et dangereux vers les camps à travers des zones extrêmement minées. Les réfugiés arrivent dans des camps gérés par le gouvernement, principalement dans la région de Mae Hong Son, au nord de la Thaïlande.

L'UNHCR travaille avec le gouvernement thaïlandais et les organisations non gouvernementales pour s'assurer que les nouveaux arrivants sont admis dans les camps et qu'ils reçoivent l'hébergement et la protection adéquats. L'hébergement est une préoccupation majeure car certains camps de réfugiés sont surchargés. Lors d'une réunion à la mi-mai, les autorités thaïlandaises ont donné leur accord pour la construction de maisons en matériaux plus résistants afin d'y installer les nouveaux arrivants.

Actuellement 140 000 réfugiés originaires du Myanmar vivent en Thaïlande dans neuf camps situés près de la frontière, beaucoup d'entre eux sont là depuis plus de 20 ans.

Septembre 2006

Réfugiés du Myanmar

Rapatriés au Myanmar

Au début des années 90, plus de 250 000 Rohingyas musulmans traversèrent la frontière du Myanmar pour venir se réfugier au Bangladesh, mettant en cause des violations de droits humains perpétrés par le gouvernement militaire de leur pays. En exil, ils furent accueillis dans une vingtaine de camps situés dans la région de Cox's Bazaar au Bangladesh. Plus de 230 0000 de ces réfugiés sont rentrés chez eux depuis 1992, mais il en subsiste encore environ 22 000 dans les camps. L'UNHCR travaille en collaboration avec des ONG pour garantir la stabilité dans les communautés de rapatriés, en les aidant à se réintégrer au mieux dans leur pays. L'UNHCR fournit une présence itinérante sur le terrain, assure la protection et la sécurité des rapatriés et offre enfin des programmes d'éducation primaire et pour adultes, des projets générateurs de revenus et des formations professionnelles.

Rapatriés au Myanmar

Les déplacés tentent de survivre dans l'Etat de Rakhine au Myanmar

Une crise humanitaire s'est développée dans l'Etat de Rakhine au Myanmar, où quelque 115 000 personnes ont désespérément besoin d'aide après avoir été déplacées au cours de deux vagues de violence intercommunautaire successives en juin et en octobre 2012. Les personnes déplacées, dont la plupart sont des Rohingyas, ont trouvé refuge dans des camps provisoires et d'autres restent dispersées à travers l'Etat, vivant étroitement surveillées dans leurs villages détruits. Les conditions sont difficiles : les camps sont surpeuplés et certains sont même dépourvus d'installations d'assainissement, alors que de nombreux villages sont totalement détruits et ne disposent que de faibles ressources en eau. Dans l'un des villages, plus de 32 familles vivaient ensemble sous seulement deux grandes tentes. Les enfants n'ont pas accès à l'éducation. Les nouveau-nés et les personnes âgées sont très vulnérables en raison d'une pénurie de centres de soins. Le HCR distribue des articles de secours et travaille avec les autorités ainsi que les partenaires pour améliorer les conditions de vie dans les camps. Mais une aide internationale est nécessaire.

Les déplacés tentent de survivre dans l'Etat de Rakhine au Myanmar

Inde : Jeune et seulePlay video

Inde : Jeune et seule

Ni Ang, âgée de 16 ans, parcourt le marché de nuit à Delhi pour trouver de la nourriture pour elle et ses trois frères et soeurs. Ces enfants non accompagnés luttent pour leur survie en Inde après avoir fui leur village au Myanmar.