Burundi flag

Burundi Burundi Flux RSS

Profil d'opérations 2014 - Burundi

| Aperçu |

Environnement opérationnel

  • Le Burundi est un Etat partie à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et à son Protocole de 1967. Le pays a également ratifié la Convention de 1969 de l'OUA et a signé, mais pas encore ratifié, la Convention de Kampala adoptée en 2009. Le Burundi n'a adhéré ni à la Convention de 1954 relative au statut des apatrides, ni à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie. Le HCR poursuivra sa coopération avec le Gouvernement du Burundi afin d'encourager le pays à adhérer à ces deux conventions et à remédier au risque d'apatridie.

  • Le Burundi continue à subir les effets de la situation sécuritaire dans la région. Celle-ci demeure tendue, en particulier en République démocratique du Congo (RDC), où les provinces du Kivu sont en proie à une forte instabilité. D'ici le début de l'année 2014, le Burundi devrait accueillir plus de 50 000 réfugiés, originaires pour la plupart de la RDC, et abriter près de 80 000 déplacés internes.

  • Au cours de l'exercice 2014-2015, le Gouvernement devrait continuer à offrir l'hospitalité et une protection aux réfugiés qui vivent au Burundi, tout en assurant leur accès à des services de base tels que la santé et l'éducation dans le cadre de son partenariat avec le HCR et d'autres organisations.

  • La situation politique au cours de la période 2014-2015 sera marquée par les élections générales qui doivent se dérouler en juillet et en août 2015. Le Burundi connaît une croissance économique assez faible et souffre d'un taux d'inflation élevé. Le pays est classé 178e sur 187 dans le rapport du PNUD sur le développement humain en 2013.

Personnes relevant de la compétence du HCR

En 2014, les principales populations relevant de la compétence du HCR au Burundi seront, selon ses prévisions : les réfugiés et les demandeurs d'asile, principalement originaires de la RDC ; les rapatriés burundais en provenance de République-Unie de Tanzanie (Tanzanie), de la RDC, d'Ouganda et d'autres pays, ainsi que les anciens réfugiés ayant regagné le Burundi en 2013 et qui auront encore besoin d'une aide à la réintégration ; les personnes d'origine omanaise risquant de devenir apatrides ; et les déplacés internes ayant besoin de solutions durables.

Chiffres HCR prévisionnels pour le Burundi
Type de population Origine Déc. 2013 Déc. 2014 Déc. 2015
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total dans le pays Nb personnes
assistées par le HCR
Total 141 750 141 750 121 560 121 560 108 910 108 910
Réfugiés Rép. dém. du Congo 50 000 50 000 60 000 60 000 72 000 72 000
Rwanda 450 450 500 500 600 600
Demandeurs d'asile Rép. dém. du Congo 6 400 6 400 5 600 5 600 4 200 4 200
Rwanda 200 200 100 100 50 50
Réfugiés rapatriés durant l'année Burundi 6 000 6 000 6 000 6 000 2 000 2 000
Déplacés internes Burundi 77 200 77 200 47 860 47 860 28 560 28 560
Apatrides Apatrides 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500

| Réponse |

Besoins et stratégies

Pour soutenir le Gouvernement, le HCR s'attachera, de concert avec ses partenaires, à offrir protection et assistance à quelque 50 450 réfugiés et 6 600 demandeurs d'asile (estimation) en 2014. L'Organisation continuera à fournir des services essentiels aux réfugiés accueillis dans les camps et à rechercher des solutions durables à leur situation prolongée. Le renforcement des moyens de subsistance sera au centre de la stratégie d'autonomisation des réfugiés. Le HCR prévoit également de soumettre des demandes de réinstallation pour 2 700 et 2 800 réfugiés respectivement en 2014 et 2015.

Les 6 000 réfugiés burundais qui devraient rentrer, principalement de Tanzanie, de la RDC et d'Ouganda, d'ici à la fin de l'année 2013 auront toujours besoin d'un suivi en matière de protection et d'une assistance à la réintégration. Les activités visant à assurer la bonne réintégration de cette population, ainsi que celle des 33 000 Burundais rapatriés de Tanzanie suite à la fermeture du camp de Mtabila à la fin de l'année 2012, resteront donc prioritaires en 2014.

S'agissant de l'apatridie, le HCR continuera à prôner l'adhésion du Burundi aux deux conventions sur l'apatridie et aidera les autorités à trouver des solutions pour les individus d'origine omanaise qui vivent au Burundi et qui sont exposés à un risque d'apatridie.

En coopération avec d'autres institutions onusiennes, le Haut Commissariat aidera également le Gouvernement à rechercher une solution durable à la situation d'environ 77 200 déplacés internes burundais, tout en faisant campagne pour la ratification de la Convention de Kampala.

| Mise en œuvre |

Coordination

Les principaux partenaires du HCR au Burundi seront, comme précédemment, le ministère de l'Intérieur pour les questions liées aux réfugiés et le ministère de la Solidarité nationale pour les affaires concernant les rapatriés. Le HCR travaille en étroite collaboration avec le PAM et l'UNICEF dans les camps de réfugiés.

Dans les régions où le HCR est opérationnel, des réunions de coordination seront organisées à l'échelon provincial. Les autorités provinciales, ainsi que les acteurs du développement, seront invités à contribuer à la création de moyens de subsistance pour les rapatriés.

Au titre du suivi de la Décision du Comité des politiques du Secrétaire général sur les solutions durables pour les réfugiés et les déplacés internes, le HCR participe à l'intervention interorganisations des Nations Unies visant à mettre en œuvre cette décision au Burundi.

2014 Partenaires du HCR - Burundi
Partenaires d'exécution
Organismes gouvernementaux : Commission nationale des terres et autres biens, Ministère de l'Intérieur, Ministère de la Sécurité publique, Ministère de la Solidarité nationale, des Droits de la personne humaine et du Genre
ONG : Africa Humanitarian Action, Avocats sans Frontières, Caritas - Burundi, Comité international de secours, Conseil pour l'Education et le Développement, Croix-Rouge burundaise, Fédération Handicap International, Ligue Iteka, Refugee Education Trust
Partenaires opérationnels
Autres : FAO, HCDH, FIDA, FNUAP, OIM, OIT, OMS, ONU-Femmes, PAM, PNUD, UNESCO, UNICEF

| Informations financières |

Ces dernières années, les ressources financières requises pour l'opération du HCR au Burundi ont été allouées à deux grands programmes : aide au retour et à la réintégration pour les rapatriés burundais, et protection et assistance pour les réfugiés, principalement originaires de RDC.

Le budget 2012 tenait compte des besoins résultant de la fermeture prévue du camp de Mtabila en Tanzanie, des mouvements de rapatriement librement consenti en direction et en provenance de la RDC et d'autres pays, ainsi que des besoins liés à la réintégration des rapatriés en général.

En 2013, année où un nouvel afflux de réfugiés congolais (RDC) a nécessité l'ouverture d'un quatrième camp, le budget est resté relativement stable : en légère progression, il a été fixé à 31,5 millions de dollars E.-U.

En 2014, les besoins financiers pour l'opération au Burundi sont fixés à 25,1 millions de dollars E.-U., un montant en baisse par rapport au budget révisé de 2013, ce qui s'explique par la conclusion de l'opération de rapatriement des réfugiés en provenance du camp de Mtabila en Tanzanie.

Source : Appel global 2014-2015 du HCR

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •
Contributions des gouvernements au HCR
Contributions depuis 2000
Annéedollars E.-U.
2013 0
2012 0
2011 0
2010 0
2009 778
2008 0
2007 1 086
2006 1 210
2005 351
2004 0
2003 0
2002 0
2001 0
2000 0

Burundi UNHCR Rapports sur la collecte de fonds Flux RSSRapports sur la collecte de fonds

autres documents
Tanzanie : Vers la citoyennetéPlay video

Tanzanie : Vers la citoyenneté

En 2007, le HCR et le gouvernement tanzanien lui ont donné le choix : retourner chez lui ou devenir citoyen tanzanien. Pour Michael Sheltieri Namoya, la décision a vite été prise.