Le HCR lance un grand projet d'aide humanitaire en Iraq avec un transport aérien de 100 tonnes vers Erbil

Articles d'actualité, 20 août 2014

© UNHCR
Le Boeing 747 affrété par le HCR décharge sa cargaison vitale d'aide humanitaire après son atterrissage à Erbil dans la région du Kurdistan en Iraq

ERBIL, Iraq, le 20 août 2014 (HCR) Un avion cargo transportant 100 tonnes de marchandises d'aide d'urgence a atterri mercredi après midi à Erbil, dans la région du Kurdistan, en Iraq, amorçant ainsi une grande opération d'aide humanitaire menée par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour aider des centaines de milliers de personnes prisonnières de la crise humanitaire qui sévit et continue de s'aggraver en Iraq.

On trouve à bord du Boeing 747 d'Amman, en Jordanie, 3 300 tentes, 20 000 bâches en plastique, 18 500 kits d'ustensiles de cuisine et 16 500 jerricans les premières cargaisons d'une opération qui vise à transporter 2 410 tonnes d'aide humanitaire d'ici le début de septembre.

Cette opération vise à améliorer les conditions de vie de près de 500 000 personnes déplacées dans la région, nombre desquelles vivent durement dans des bâtiments inachevés, dans des parcs et en bordure de route.

Le vol d'aujourd'hui sera suivi de trois autres vols en provenance de la Jordanie qui atterriront jeudi, vendredi et samedi, transportant chacun 100 tonnes de marchandises. De l'aide sera également acheminée par voie terrestre et maritime, avec 175 camions apportant des tentes, des couvertures, des bâches en plastique et des articles depuis les frontières de la Turquie, la Jordanie et l'Iran, en provenance des entrepôts du HCR situés dans la région et en Europe.

« Il s'agit d'une opération logistique d'envergure qui vise à transporter des marchandises de secours par voie aérienne, terrestre et maritime en vue d'aider des centaines de milliers de personnes désespérées qui ont été forcées de fuir dans l'urgence en laissant tout derrière eux et qui luttent maintenant pour survivre dans des conditions difficiles, » a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres.

« Il s'agit de la plus vaste opération d'aide humanitaire que nous ayons lancée depuis plus d'une décennie, » a précisé M. Guterres, ajoutant que le volume combiné de marchandises d'urgence en route vers l'Iraq était de 11 306 mètres cubes.

En raison de l'escalade de la crise en Iraq, la région du Kurdistan, dans le nord de l'Iraq, abrite plus de 60 000 civils déplacés à l'intérieur de leur propre pays, incluant plus 200 000 personnes qui ont fui la région de Sinjar depuis le début du mois d'août. Le HCR travaille en étroite collaboration avec des partenaires humanitaires et avec les autorités kurdes dans la région pour livrer les marchandises.

Une fois déchargées, bon nombre des tentes envoyées par avion seront transportées vers les camps de Badjet Kandela, Khanke et Zakho, dans le gouvernorat de Dohuk. Le camp de Badjet Kandela a été agrandi et les deux autres sont nouvellement construits pour loger les personnes déplacées récemment. D'autres marchandises d'urgence seront distribuées dans les prochains jours aux personnes vivant dans des campements improvisés à Dohuk, Semel, Akre et Zawita, ainsi que dans d'autres sites dans les gouvernorats d'Erbil et de Suleymaniyah.

L'Arabie saoudite, la Turquie, les États Unis, le Royaume Uni, le Japon, le Danemark, le Koweït, le Luxembourg, la Norvège, la Suède et la Fondation IKEA, une entreprise partenaire du HCR, soutiennent cette opération et les livraisons à venir.

Partout en Iraq, on estime que 1,2 million de personnes ont été déplacées jusqu'à présent cette année, y compris plus de 500 000 personnes déplacées en raison des affrontements qui sévissent dans la région d'Anbar depuis janvier, et plus de 600 000 personnes déplacées en raison de conflits à Mosul et dans les environs (depuis juin) et plus récemment à Sinjar. La majorité des personnes nouvellement déplacées se trouvent dans la région du Kurdistan, dans le nord de l'Iraq.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein en Iraq en 2003, les réfugiés palestiniens vivant à Bagdad sont devenus de plus en plus fréquemment les cibles d'arrestations, d'enlèvements, de menaces et d'assassinats, les incitant à fuir la capitale par milliers.

Il reste encore environ 15 000 Palestiniens en Iraq - ils étaient plus du double en 2003. Ils vivent constamment dans la peur, et beaucoup d'entre eux n'ont pas de documents en règle. Ceux qui tentent de s'échapper et atteindre les frontières syrienne et jordanienne sont de plus en plus exposés au danger. Des centaines d'entre eux sont bloqués à la frontière entre l'Iraq et la Syrie : ils ne peuvent pas traverser la frontière, et ont trop peur de retourner en Iraq. Ceux qui réussissent à quitter l'Iraq le font souvent dans l'illégalité.

Un effort humanitaire international est requis d'urgence afin de trouver une solution temporaire pour les Palestiniens. L'UNHCR a maintes fois fait appel à la communauté internationale et aux pays limitrophes pour qu'ils accueillent les Palestiniens. L'agence pour les réfugiés a également contacté des pays susceptibles de proposer des solutions de réinstallation, mais seuls le Canada et la Syrie ont répondu favorablement. La Syrie a depuis fermé ses frontières aux autres Palestiniens désespérés.

L'UNHCR plaide également en faveur d'une meilleure protection de la communauté palestinienne à l'intérieur de l'Iraq.

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastationPlay video

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastation

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan a balayé le centre des Philippines, dévastant tout sur son passage et tuant des milliers de personnes. Un an après, la reconstruction dure toujours. Sur l'île de Leyte, Bartolome témoigne de la vie de sa famille, pendant plusieurs semaines dans un bateau échoué après la destruction de leur maison.
Iraq: Un généreux donateurPlay video

Iraq: Un généreux donateur

L'afflux de réfugiés est important à Dohouk où Fahrad a construit un camp, avec des tentes, de l'électricité, de l'eau ... un lieu de refuge. Sa compassion est sincère ... Dans son enfance, il avait également dû fuir sa maison.
Myanmar: Créer des liensPlay video

Myanmar: Créer des liens

Les ateliers de formation à la couture pour les déplacées kachin au Myanmar sont un succès. Ils leur permettent d'acquérir une compétence professionnelle, de construire une camaraderie entre bénéficiaires en créant des liens et des réseaux de soutien et, enfin, de renforcer leur confiance.