D'irrésistibles cupcakes s'avèrent gagnants pour des pâtissières syriennes en Arménie

Articles d'actualité, 18 août 2014

© HCRPhoto
Azniv et Sevan font partie de la population d'origine arménienne de la Syrie, dont le nombre est estimé à 12 000, ayant fui en Arménie depuis le début de la crise syrienne, en 2011.

EREVAN, Arménie, 18 août (HCR) Grâce à des cupcakes et aux médias sociaux, une ancienne agent de voyages de la ville d'Alep, en Syrie, a pu se lancer dans une nouvelle carrière en Arménie et se faire décerner un prix prestigieux qui a donné un élan à son entreprise.

Azniv Kouyoumjian fait partie de la population d'origine arménienne de la Syrie, dont le nombre est estimé à 12 000, ayant fui en Arménie depuis le début de la crise syrienne, en mars 2011. Âgée de 27 ans, elle a quitté Alep en 2012 et comme beaucoup d'autres nouveaux arrivants, elle a eu de la difficulté à trouver du travail à cause de la conjoncture économique et la barrière linguistique.

Toutefois, les choses ont commencé à s'améliorer alors qu'elle et une autre réfugiée, Sevan Tekkelian, se sont jointes à un programme générateurs de revenus destiné aux Syriens, financé par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et mis en œuvre par la Société de la Croix-Rouge arménienne et un département du gouvernement qui encourage les entrepreneurs à établir de nouvelles entreprises.

Leur proposition de faire des cupcakes et d'en faire la promotion et la vente en ligne a été acceptée et les deux femmes ont reçu un petit prêt, des équipements de pâtisserie et quelques séances de formation sur l'exploitation d'une entreprise. C'est ainsi que Sweetheart.am a vu le jour.

Au départ, les affaires marchaient au ralenti et la concurrence était forte dans un pays où bon nombre de gens ont le bec sucré, mais Azniv et Sevan étaient déterminées à réussir et à soutenir leurs familles. Elles ont ajouté des gâteaux et des biscuits à leur gamme de produits et ont commencé à se concentrer sur la conception de cupcakes une nouveauté à Erevan qui s'est avérée gagnante.

« À Erevan, tous les gâteaux traditionnels sont délicieux. Il y a beaucoup de pâtisseries en affaires depuis des années auxquelles de nouvelles entreprises ne peuvent faire concurrence », explique Azniv, « donc, il a fallu que nous fassions quelque chose de différent. »

« Sevan est très forte pour la conception, donc c'est elle qui fait si bien la jolie décoration de nos cupcakes », dit la jeune entrepreneuse. « Il a fallu s'exercer beaucoup. Au début, nous faisions tomber les petits gâteaux ou bien nous les rations au moins dix fois, mais maintenant, nos cupcakes sont irrésistibles. » Leur gamme de cupcakes va des personnages de bandes dessinées, aux drapeaux des pays participant à la Coupe du monde de football tenue au Brésil en juillet dernier et au logo distinctif du HCR, avec ses mains protectrices.

À la différence de la plupart des pâtisseries, celle-ci fait la promotion et la vente des gâteaux au moyen de Facebook. De plus, les amis et les membres des familles des pâtissières se passent le mot de bouche à oreille sur les petits délices. Azniv signale que travailler de chez soi aide à réduire les coûts. « Établir sa propre pâtisserie est très difficile et le loyer est trop cher. »

En plus de faire de très bonnes affaires, elles reçoivent des félicitations et des prix pour leur modèle d'entreprise qui leur permet de générer encore plus de ventes.

En mars dernier, elles ont reçu le prix du premier ministre en reconnaissance de la réussite de leur modèle d'entreprise. Le prix comprenait une tablette électronique. Grâce au succès, Azniv a plus de confiance et elle rêve maintenant de posséder sa propre pâtisserie.

Sa vie en Syrie semble tellement lointaine, mais Alep lui manque. « J'étais mariée depuis deux ans seulement quand nous avons quitté la Syrie et nous n'avons pas eu la chance de vivre dans notre nouvelle maison. J'aurais voulu faire venir toute la maison, ou au moins notre chambre », dit-elle avec un soupir.

Par contre, elle ne souhaite pas revenir dans ce pays dévasté par la guerre. « Pour visiter, oui. Pour y rester, non », précise-t-elle. Chez elle, c'est dorénavant l'Arménie.

Le HCR et d'autres organismes d'aide humanitaire soutiennent le gouvernement arménien alors qu'il compose avec les besoins des réfugiés de la Syrie. Parmi les mesures d'aide offertes, mentionnons des cours d'orientation culturelle, des subventions au loyer et de l'aide financière, la création de soupes populaires, des services juridiques et de consultation en emploi, la formation professionnelle, des services médicaux de base et l'accès au microcrédit et au soutien en affaires.

Par Anahit Hayrapetyan et Djavaneh Bierwirth à Yerevan, en Arménie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Une escalade des combats au nord de la Syrie depuis le 3 juin a généré quelque 23 135 nouveaux réfugiés qui ont tenté de passer la frontière vers la province de Sanliurfa au sud de la Turquie. Environ 70 pour cent d'entre eux sont des femmes et des enfants, selon les informations reçues par le HCR cette semaine.

La plupart des nouveaux arrivants sont des Syriens ayant fui les combats entre des forces militaires rivales dans et autour de la ville frontalière clé de Tel Abyad. Cette ville est située en face d'Akcakale du côté syrien de la frontière. Ces tout derniers arrivants ont rejoint les rangs d'environ 1,77 million de réfugiés syriens qui se trouvent déjà en Turquie.

L'afflux comprend également jusqu'à 2 183 Iraquiens originaires des villes de Mossoul, Ramadi et Faloujah.

Selon le personnel du HCR sur le terrain, la plupart des réfugiés sont épuisés et ils transportent avec eux quelques affaires. Certains ont marché durant des jours. Ces derniers jours, les personnes ont fui directement vers Akcakale pour échapper aux combats à Tel Abyad, une ville où le calme serait actuellement revenu.

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Infographie : Syrie

Le conflit syrien entre dans sa 5e année. 3,9 millions de réfugiés syriens sont des réfugiés. Voici les pays où ils ont fui.

Infographie : Syrie

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Une violente tempête hivernale a balayé le Moyen-Orient cette semaine apportant des températures glaciales, des vents violents et d'abondantes chutes de neige. Dans la plaine de la Bekaa au Liban, plus de 400 000 réfugiés endurent de difficiles conditions hivernales. Le niveau des chutes de neige n'avait pas été observé depuis de nombreuses années.

Dans la plaine de la Bekaa, les réfugiés ont trouvé abri dans toutes sortes de refuges allant de bâtiments abandonnés à des garages, des hangars, des appartements et des installations informelles. Les conditions sont les plus difficiles dans les installations, car les toits des abris de fortune risquent de s'effondrer sous le poids de la neige.

Malgré les équipements contre les conditions hivernales qui ont été fournis, le HCR demeure préoccupé. Le HCR a fait son possible mais la situation au Liban demeure précaire pour les réfugiés, étant données les conditions extrêmement précaires dans lesquelles ils vivent et le fait que la population soit dispersée. Le défi est constant pour assurer que les réfugiés dans plus de 1700 localités demeurent en sécurité et au chaud pendant les mois d'hiver et qu'ils disposent de ressources suffisantes pour survivre aux tempêtes hivernales.

Le photojournaliste Andrew McConnell a passé deux jours dans la plaine de la Bekaa, et il fait le récit de la situation pour le HCR.

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.