Les familles iraquiennes séparées craignent pour leurs proches après avoir fui Sinjar

Articles d'actualité, 6 août 2014

© HCR/N.Colt
Les membres d'une famille appartenant à la minorité yézidie dorment à l'ombre dans le village de Shekhadi après avoir fui Sinjar. Près de 400 familles se trouvent à Shekhadi, lieu habituel de pèlerinage pour les Yézidis.

SHEKHADI, Iraq, 6 août (HCR) Il est impossible de savoir combien de personnes se trouvent actuellement dans ce minuscule village de montagne situé dans le nord de l'Iraq. Des centaines, voire des milliers, de personnes forment une file qui serpente à travers Shekhadi, lieu de pèlerinage pour la minorité yézidie d'Iraq.

Des mères bercent leurs nourrissons dans des berceaux en bois, des familles dorment sur des tapis posés sur le béton dans l'ombre des bâtiments en pierre ou sous l'ombrage des arbres. La plupart semblent attendre, espérant de bonnes nouvelles en provenance de leur ville d'origine de Sinjar, située à 280 kilomètres plein ouest dans le gouvernorat de Ninive.

Na'am, une mère de sept enfants, est assise sur un rocher, la main sur le menton, manifestement angoissée pour sa famille, dont la plupart des membres sont coincés dans les montagnes au nord de Sinjar. Elle est venue ici, dans ce lieu saint de la communauté yézidie, avec un seul de ses enfants. Ses quatre autres garçons et ses deux filles sont restés dans les montagnes de Sinjar.

Selon des fonctionnaires de la Région du Kurdistan d'Iraq, au moins 45 000 Iraquiens, notamment des arabes, des chrétiens et des membres des minorités comme les Yézidis, les Chabaks, les Turcomans chiites et d'autres, ont fui vers le Kurdistan iraquien depuis dimanche pour échapper aux groupes armés qui ont pris le contrôle de Sinjar et de deux autres communautés. Cette région accueille déjà plus de 300 000 déplacés iraquiens depuis juin, ainsi que 220 000 réfugiés syriens, et cet afflux accentue la pression sur ses ressources déjà limitées.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés et d'autres organisations humanitaires organisent leur réponse. Aujourd'hui, des centaines de personnes nouvellement déplacées ont fait la queue sur un terrain de sport dans la ville avoisinante de Shekhan, s'approvisionnant en matelas, éventails, pots, savon et autres produits distribués par le HCR au bénéfice d'un millier de familles.

Youssef, un professeur d'anglais de 41 ans originaire de Sinjar, a eu plus de chance que beaucoup de ses voisins. L'ensemble de sa famille proche, composée de sept personnes, est avec lui et ils ont pu fuir en emportant leurs documents, ce qui facilite leur enregistrement pour obtenir de l'aide.

Comme beaucoup d'autres, ils séjournent chez des cousins à Shekhan, une communauté majoritairement yézidie. Il affirme que les autres habitants de Sinjar « n'ont rien. Cette aide est essentielle pour eux parce qu'ils n'ont pas de maison ; ils sont dans des écoles ou n'importe où ».

Mais Youssef, comme tant d'autres qui ont trouvé une sécurité relative dans la région du Kurdistan ou ailleurs en Iraq, est extrêmement inquiet pour ses proches, ses amis et ses voisins restés sur place. Les fonctionnaires du gouvernement indiquent qu'au moins 30 000 personnes originaires de Sinjar ont fui vers une chaine de montagne au nord de la ville.

Youssef appelle ses proches coincés dans les montagnes tous les jours. « Ils sont dehors en plein soleil et ils dorment sous la lune », dit-il. « Certains vivent dans des grottes. Ils ont un peu de nourriture et d'eau, mais leurs réserves s'épuisent ».

A Shekhadi, Na'am s'inquiète aussi pour ses proches absents, alors que certaines informations rapportent que des enfants auraient péri dans les montagnes. « Je leur ai parlé hier », explique-t-elle. « Mais maintenant la connexion ne fonctionne plus. Je pense que leurs téléphones portables sont déchargés ». Dimanche, la dernière fois qu'elle leur a parlé, ils lui ont dit qu'ils n'avaient plus de nourriture ni d'eau.

Par Ned Colt à Shekhadi, Iraq

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein en Iraq en 2003, les réfugiés palestiniens vivant à Bagdad sont devenus de plus en plus fréquemment les cibles d'arrestations, d'enlèvements, de menaces et d'assassinats, les incitant à fuir la capitale par milliers.

Il reste encore environ 15 000 Palestiniens en Iraq - ils étaient plus du double en 2003. Ils vivent constamment dans la peur, et beaucoup d'entre eux n'ont pas de documents en règle. Ceux qui tentent de s'échapper et atteindre les frontières syrienne et jordanienne sont de plus en plus exposés au danger. Des centaines d'entre eux sont bloqués à la frontière entre l'Iraq et la Syrie : ils ne peuvent pas traverser la frontière, et ont trop peur de retourner en Iraq. Ceux qui réussissent à quitter l'Iraq le font souvent dans l'illégalité.

Un effort humanitaire international est requis d'urgence afin de trouver une solution temporaire pour les Palestiniens. L'UNHCR a maintes fois fait appel à la communauté internationale et aux pays limitrophes pour qu'ils accueillent les Palestiniens. L'agence pour les réfugiés a également contacté des pays susceptibles de proposer des solutions de réinstallation, mais seuls le Canada et la Syrie ont répondu favorablement. La Syrie a depuis fermé ses frontières aux autres Palestiniens désespérés.

L'UNHCR plaide également en faveur d'une meilleure protection de la communauté palestinienne à l'intérieur de l'Iraq.

Réfugiés palestiniens en Iraq : Pas de solution en vue pour les 15 000 Palestiniens en Iraq

Iraq : Khaled Hosseini en visitePlay video

Iraq : Khaled Hosseini en visite

L'auteur de best-sellers internationaux et Ambassadeur de bonne volonté du HCR Khaled Hosseini s'est rendu pour la première fois au nord de l'Iraq cette semaine pour rendre visite aux réfugiés syriens qui y ont trouvé refuge. Khaled Hosseini est lui-même un ancien réfugié afghan. Il est l'auteur de plusieurs best-sellers comme « Les cerfs-volants de Kaboul » et « mille soleils splendides ». Il s'est entretenu avec de nombreux réfugiés durant sa visite, y compris Payman qui est âgée de 16 ans. Cette jeune auteure très ambitieuse est très frustrée car pour le moment elle ne peut pas aller à l'école.
Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.
Iraq : La dure réalitéPlay video

Iraq : La dure réalité

On compte plus de 350 installations de déplacés internes en Iraq. Les conditions de vie sont désastreuses dans la plupart d'entre elles.