Le HCR est gravement préoccupé par la poursuite des expulsions au Sri Lanka

Points de presse, 5 août 2014

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Ariane Rummery à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 5 août 2014 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a appris que 36 demandeurs d'asile pakistanais au total avaient été expulsés du Sri Lanka depuis vendredi dernier. D'autres pourraient suivre, y compris des femmes et des enfants. Le HCR prie instamment les autorités de mettre un terme aux expulsions et de nous accorder l'accès aux réfugiés et aux demandeurs d'asile toujours détenus à Colombo.

Les expulsions ont eu lieu entre le 1er et le 5 août après deux mois d'arrestations et de détentions de personnes relevant de la compétence du HCR. La plus part des expulsés seraient arrivés au Pakistan et auraient été libérés. Nous sommes cependant incapables de surveiller leurs conditions de retour et nous faisons appel aux autorités sri lankaises pour qu'elles respectent le principe de non-refoulement en ne renvoyant aucune personne vers une destination où sa vie pourrait être en danger sans que ses besoins de protection internationale puissent être évalués.

Selon certaines informations, les familles des hommes expulsés y compris des femmes et des enfants qui n'étaient pas détenus pourraient être renvoyées au Pakistan prochainement. Ces informations ont, à juste titre, provoqué une grande inquiétude au sein de la population de réfugiés et de demandeurs d'asile au Sri Lanka.

Pendant ce temps, 205 réfugiés et demandeurs d'asile pakistanais, afghans et iraniens sont toujours en détention au Sri Lanka. Le HCR continue de demander d'avoir accès à eux pour évaluer leurs besoins de protection.

Selon les déclarations publiques du gouvernement, les actions récentes sont une réponse à l'augmentation du nombre de demandeurs d'asile au Sri Lanka. Le HCR, qui effectue la détermination du statut de réfugié dans le pays, prend des mesures pour renforcer ses capacités afin d'assurer le traitement efficace et opportun de ces demandes d'asile. Nous étudions également les moyens d'assister les demandeurs d'asile les plus vulnérables, notamment en mettant en place des mécanismes d'orientation vers des organismes leur apportant un plus grand soutien le temps qu'il soit statué sur leur demande.

Le HCR comprend le souhait du gouvernement sri lankais que des solutions plus rapides soient trouvées pour les réfugiés. Cependant, la réinstallation dans un pays tiers n'est pas un droit et constitue une solution limitée compte tenu du petit nombre de pays et de places de réinstallation dans le monde.

Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez contacter :

  • A Bangkok, Vivian Tan,portable +66 818 270 280
  • A Genève, Ariane Rummery, portable +41 79 200 7617
  • A Genève: Dan McNorton, portable +41 79 217 3011
• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Rescapés des inondations au Pakistan

Le HCR intensifie ses efforts pour distribuer des tentes et d'autres biens de secours aux familles sans abri du fait des graves inondations survenues dans le sud du Pakistan en 2011. Début octobre, quelque 7 000 tentes familiales ont été fournies à une organisation humanitaire nationale qui établit de petits villages de tentes, dans la province de Sindh, au sud du pays. Par ailleurs, environ 7 000 kits d'urgence comprenant des fournitures de base ont été livrés. Si les pluies de mousson ayant causé les inondations ont cessé, de vastes étendues restent inondées et trouver des terrains secs où monter les tentes demeure un problème. Le HCR s'est engagé à fournir 70 000 tentes et kits d'urgence aux communautés affectées par les inondations.

Rescapés des inondations au Pakistan

Pakistan : Aide aux victimes des inondations

Des équipes du HCR distribuent des tentes et du matériel d'aide humanitaire aux familles déplacées par les graves inondations au Pakistan. Plus de cinq millions de personnes sont affectées par les inondations de cette année et, selon les estimations gouvernementales, le nombre de familles ayant besoin d'urgence d'un abri s'élève à plus de 200 000.

Au sud du pays, dans la province de Sindh, qui est particulièrement touchée, le HCR a déjà distribué 2 000 tentes et 2 000 kits contenant des jerrycans, des couvertures et des matelas ainsi que 4 000 bâches en plastique utilisées en tant qu'abri de base. De nombreuses familles déplacées par les inondations continuent à vivre dans des abris de fortune.

Pakistan : Aide aux victimes des inondations

L'apatridie à Sri Lanka : les « Tamouls des collines »

À Sri Lanka, le pittoresque « pays des collines » est parsemé de centaines de plantations de thé. La plupart des gens qui y travaillent sont des descendants de Tamouls venus d'Inde entre 1820 et 1840, à l'époque où l'île était une colonie britannique. Les « Tamouls des collines » ont contribué, dans des proportions considérables, à la prospérité économique de Sri Lanka pendant près de deux siècles ; pourtant, jusqu'à une époque très récente, la législation draconienne du pays sur la nationalité rendait leur accession à la citoyenneté presque impossible. Dépourvus de papiers, ils ne pouvaient voter, travailler dans la fonction publique, ouvrir un compte en banque ou voyager librement.

Par le passé, les Tamouls des collines ont fait l'objet d'un certain nombre d'accords bilatéraux qui leur donnaient la possibilité d'opter pour la nationalité sri-lankaise ou la nationalité indienne. Cependant, selon les estimations, il y avait encore 300 000 apatrides d'origine indienne dans l'île en 2003.

La situation s'est très sensiblement améliorée lorsque le Parlement a voté, en octobre de la même année, une loi accordant la nationalité aux personnes d'origine indienne établies à Sri Lanka depuis 1964, ainsi qu'à leurs descendants. Le HCR, les pouvoirs publics et des organisations locales ont mené une campagne pour informer les Tamouls des collines de la publication de la loi et des démarches à accomplir pour acquérir la nationalité. À la fin de l'année 2003, plus de 190 000 apatrides ont obtenu la nationalité sri-lankaise en dix jours - une extraordinaire réussite, qui s'inscrit dans l'effort mené à l'échelle mondiale pour réduire les cas d'apatridie.

De plus, en 2009, le parlement a amendé la réglementation existante, afin d'accorder la nationalité aux personnes qui se sont réfugiées en Inde pour échapper au conflit qui sévissait à Sri Lanka et qui vivent actuellement dans des camps. Il est donc plus facile aux réfugiés de regagner leur pays s'ils le souhaitent.

L'apatridie à Sri Lanka : les « Tamouls des collines »

Inde et Sri Lanka : Retour à la maison par ferryPlay video

Inde et Sri Lanka : Retour à la maison par ferry

Pour la première fois depuis de nombreuses années, des réfugiés sri-lankais quittent l'Inde en ferry pour rentrer chez eux.
Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiverPlay video

Pakistan: Un lieu chauffé pour l'hiver

L'hiver approche dans le nord-ouest du Pakistan. Le HCR aide des milliers de sans-abri victimes des inondations à construire des logements.
Pakistan: 3 mois que ça durePlay video

Pakistan: 3 mois que ça dure

Trois mois après les inondations qui ont dévasté le Pakistan, des centaines de milliers de personnes dans la Province de Sindh ont toujours des difficultés à survivre. Le HCR fournit une aide à un grand nombre d'entre elles.