Seules, deux fillettes survivent d'herbe et de feuilles lors de leur fuite en exil en Ethiopie

La parole aux réfugiés, 25 juillet 2014

© HCR/K.Gebreegziabher
Ces deux soeurs ont fui seules depuis le Soudan du Sud (en jaune et rouge sur la gauche). Elles posent avec leur « famille d'accueil » dans un abri collectif du HCR à la frontière en Ethiopie.

GAMBELLA, Ethiopie, 25 juillet (HCR) -- Nyawech Chuol, 12 ans, ne cesse de sangloter quand elle raconte la nuit durant laquelle la guerre civile au Soudan du Sud l'a affectée personnellement. Sa sœur de huit ans, Nyalouk, est traumatisée au point de ne plus parler. Elles ont perdu leur famille après une fusillade et sont désormais complètement seules en terre étrangère.

Nyawech explique que sa famille dormait, il y a quelques semaines, quand le conflit déchirant le Soudan du Sud depuis sept mois a atteint son village, Matiang, dans l'Etat du Haut Nil.

« Il faisait très sombre cette nuit-là et nous étions tous en train de dormir quand nous avons entendu des coups de feu », dit-elle, par la voix d'un interprète dans un centre d'accueil bondé au point de passage frontière de Pagak juste à l'intérieur de l'Ethiopie.

« Je me souviens seulement d'avoir mis ma robe, d'avoir pris ma plus jeune sœur par la main et d'avoir couru hors de la maison dans l'obscurité. » La famille a fui dans des plusieurs directions et, depuis, elle n'a pas revu ses parents.

« Quand la lumière du jour est arrivée et que j'ai vu seulement Nyalouk avec moi, j'ai réalisé que mon père, ma mère et mes deux sœurs aînées n'étaient pas avec moi et j'ai beaucoup pleuré », dit-elle, alors que les larmes coulent de nouveau sur ses joues.

Même si elle n'a que 12 ans, Nyawech a pris sa jeune sœur par la main et elles ont suivi des étrangers en route vers la sécurité en Ethiopie. Elle ne sait pas exactement combien de temps ils ont marché pour arriver jusqu'ici mais, pour d'autres, le voyage en quête de sécurité a duré des semaines.

Ce qu'elle sait, c'est qu'elles sont arrivées très affamées et très déshydratées. Tout ce qu'il y avait à manger le long de la route, c'était des herbes sauvages et des feuilles. Elles ont bu de l'eau non potable dans des mares.

Comme beaucoup d'enfants voyageant seuls et laissés à eux-mêmes, les deux fillettes sont arrivées dans l'État éthiopien de Gambella à l'ouest du pays. De nombreux enfants non accompagnés y arrivent chaque jour. Certains ont eu la chance de retrouver leurs parents ou des proches à leur arrivée dans l'un des trois camps de réfugiés situés à proximité. Mais il y a aussi plus de 1 500 mineurs non accompagnés et environ 5 540 enfants séparés de leurs familles vivant dans les camps et qui sont pris en charge par d'autres réfugiés.

Les 177 000 réfugiés sud-soudanais se trouvant dans les camps gérés par le HCR (et les autorités éthiopiennes) sont en grande majorité des femmes et des enfants. Les camps ont rapidement atteint leur pleine capacité d'accueil.

« Les autorités éthiopiennes ont alloué un site supplémentaire, dont nous préparons actuellement l'ouverture pour un nouveau camp de réfugiés », explique Oscar Mundia, coordinateur du HCR pour la situation d'urgence à Gambela. « Toutefois, avec plus de 12 000 réfugiés dans deux centres d'accueil en attente de transfert et 883 nouveaux réfugiés arrivant chaque jour, le nouveau site [peut déjà être considéré] comme à moitié plein avant même son ouverture. »

Le HCR est particulièrement inquiet pour les enfants arrivés seuls, explique Oscar Mundia. « Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires afin d'identifier et d'enregistrer correctement les mineurs à la frontière », dit-il. Parmi les autres priorités, il faut retrouver leurs familles et donner aux enfants un service de garde approprié.

Nyawech et Nyalouk ont eu de la chance. Peu de temps après avoir traversé la frontière, une mère de quatre enfants, Nyanyik Thot, les a prises sous son aile. Leur nouvelle « mère nourricière » était de leur village, mais elle ne les connaissait pas auparavant, ni les fillettes ni leurs parents.

« J'ai tout de suite décidé de prendre soin des enfants parce que je pensais que mes propres enfants pourraient avoir subi le même sort », dit-elle simplement. La nouvelle famille élargie vit temporairement dans un immense hangar collectif surpeuplé avec environ 100 autres réfugiés. En tout, quelque 5 000 personnes vivent dans des hangars à Pagak, en attendant leur transfert vers l'un des camps.

« Nous sommes très reconnaissants à Nyanyik de s'être portée volontaire pour prendre soin des deux sœurs, bien qu'elle ait déjà la charge de ses quatre jeunes enfants ayant également besoin de beaucoup d'attention », explique Valérie Laforce, employée du HCR sur le terrain à Pagak.

Entre deux sanglots, Nyawech se souvient de sa vie d'avant et de ses jeux. « Je voudrais rentrer à la maison », dit-elle tranquillement. « Je voudrais retrouver ma famille ainsi que jouer à la marelle et la corde à sauter avec mes amis. »

Par Kisut Gebreegziabher à Gambella

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Camp de Bonga, Ethiopie

Le camp de Bonga est situé dans la région tourmentée de Gambella, à l'ouest de l'Éthiopie. Contrairement au camp de Fugnido et à la ville de Gambella toute proche, il a été épargné par les conflits ethniques qui ont fait des ravages ces derniers mois.

Pour les 17 000 réfugiés soudanais du camp de Bonga, la vie poursuit son cours malgré les troubles dans la région. Les enfants réfugiés vont à l'école et jouent tandis que leurs parents améliorent l'aide fournie par l'UNHCR en participant à des projets d'autosuffisance.

La vie culturelle n'est pas en reste, avec notamment les cérémonies traditionnelles de la tribu majoritaire Uduk. D'autres communautés ethniques - les Shuluks, les Nubas et les Équatoriens - se sont aussi bien intégrés dans le camp, comme en témoigne la réception réservée aux nouveaux arrivants transférés de Fugnido à la fin 2002.

Camp de Bonga, Ethiopie

Ethiopie : Loin de chez soiPlay video

Ethiopie : Loin de chez soi

Nyabuka Lam est Sud-Soudanaise et elle est arrivée à Pagak, en Ethiopie, en septembre après avoir échappé à des hommes armés qui ont tué ses trois enfants et son mari dans son pays d'origine. Après avoir marché pendant 15 jours en quête de sécurité vers Pagak, elle est désormais en voie de recommencer une nouvelle vie.
Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.