La Princesse Haya rencontre des réfugiés sud-soudanais en Ethiopie

Articles d'actualité, 16 juillet 2014

© HCR
La Princesse Haya rencontre des réfugiés au camp de réfugiés de Kule 2 en Ethiopie, l'un des trois camps ayant pratiquement atteint leur capacité initiale d'acceuil. Les Sud-Soudanais continuent de fuir le conflit dans leur pays d'origine.

GAMBELLA, Ethiopie, 16 Juillet (HCR) La Princesse Haya Bint Al Hussein, épouse du Souverain de Dubaï et Messager des Nations Unies pour la Paix, a appelé au soutien de la communauté internationale pour alléger les souffrances dont lui ont témoigné les réfugiés qu'elle a rencontrés dans l'ouest de l'Ethiopie. Ce pays accueille désormais 170 000 Sud-Soudanais qui ont fui leur pays d'origine depuis décembre.

Le conflit et la dégradation de la situation humanitaire à l'intérieur du Soudan du Sud alimentent un exode de réfugiés en Ethiopie, en majorité des femmes et des enfants.

« Les Mamans que j'ai rencontrées disent qu'elles n'ont plus suffisamment de nourriture pour nourrir leurs familles et que leur situation se dégrade jour après jour », a expliqué la Princesse Haya, qui a passé la journée de mardi dans le camp boueux de Kule 2 auprès des enfants réfugiés et en s'entretenant avec leurs Mamans.

« Tous les travailleurs humanitaires font leur possible, mais les stocks de vivres devraient être épuisés d'ici septembre. Le HCR a besoin d'un soutien financier pour prévenir une crise alimentaire pour des milliers de femmes et d'enfants. »

Près de 1 000 nouveaux réfugiés arrivent chaque jour pour rejoindre les 170 000 qui déjà arrivés après avoir fui l'éruption des violences en décembre dernier. Gambella accueille déjà 59 000 Sud-Soudanais qui se trouvaient dans des camps ou au sein de communautés d'accueil avant ce conflit.

« L'un des aspects les plus difficiles de cette crise est que la majorité des réfugiés en Ethiopie sont des femmes et des enfants », a déclaré Oscar Mundia, Coordonnateur du HCR pour les situations d'urgence à Gambela. « Presque tous dépendent des agences humanitaires pour la nourriture et d'autres services, ce qui signifie qu'un manque de financement aura des conséquences catastrophiques. »

Les prévisions initiales de 150 000 personnes concernant la population réfugiée en Ethiopie d'ici la fin 2014 ont déjà été dépassées. Le HCR et ses partenaires ont revu ce chiffre à la hausse et il est désormais de 300 000. Vendredi dernier, le HCR et ses partenaires ont lancé un appel de fonds d'un montant de 658 millions de dollars pour aider jusqu'à 715 000 réfugiés attendus en Ethiopie, au Kenya, au Soudan et en Ouganda d'ici la fin 2014.

Selon le HCR, sans contribution à l'appel de fonds, la livraison de l'aide sera significativement entravée et les priorités devront être revues pour les services. Ceci pourrait inclure des réductions de rations alimentaires et sur les programmes vitaux contre la malnutrition. La plupart des réfugiés ont marché durant des semaines vers l'Ethiopie en quête de sécurité. Ils ont survécu en se nourrissant de fruits sauvages, de feuilles et de racines comestibles.

« Le monde est témoin d'un nombre sans précédent de situations d'urgence à la fois de grande ampleur et simultanées. Il est nécessaire de mettre en œuvre d'urgence un plaidoyer au niveau mondial sur la crise régionale des réfugiés sud-soudanais », a déclaré Ann Encontre, Coordonnateur régional du HCR pour la situation au Soudan du Sud.

« Je suis convaincue que cette visite de SAR la Princesse Haya, Messager des Nations Unies pour la Paix, fera mieux connaitre cette crise horrible et à encourager un soutien accru de la part de la communauté internationale. »

Le HCR, l'Administration éthiopienne chargée des réfugiés et des rapatriés (ARRA) ainsi que d'autres partenaires travaillent pour prévenir une épidémie de maladies transmissibles dans les camps que la grippe sévissant habituellement à la saison des pluies dans la région. Comme les trois camps ont quasiment atteint leur capacité d'accueil initiale, le HCR et l'ARRA travaillent avec les autorités régionales pour obtenir des terrains afin de développer rapidement un quatrième camp.

La Princesse Haya a fait don ce mois-ci d'une somme de 500 000 dollars pour soutenir les efforts du HCR en matière de nutrition d'urgence et de sécurité alimentaire au bénéfice des réfugiés sud-soudanais en Ethiopie. Environ 120 000 personnes pourront en bénéficier.

Selon les résultats préliminaires d'une récente enquête sur la nutrition, le taux de malnutrition aiguë globale pour les trois camps était en moyenne de 28%. Ce taux montre une baisse par rapport à celui de 37,7% qui avait été enregistré dans la phase initiale de la situation d'urgence.

Au cours de sa visite d'une journée, la Princesse Haya s'est rendue dans des sites d'aide où elle a rencontré des responsables locaux et des bénéficiaires. Le personnel du HCR à Gambella l'a informée de la situation humanitaire globale. Elle s'est félicitée du travail du HCR, de l'Administration éthiopienne chargée des réfugiés et des rapatriés (ARRA) ainsi que d'autres agences humanitaires. Elle a réaffirmé son engagement à plaider pour un meilleur partage de la charge et de la solidarité.

Le Représentant du HCR par intérim en Ethiopie, Bornwell Kantande, s'est joint à Princesse Haya afin de rendre hommage au peuple et au gouvernement de l'Ethiopie pour leur généreuse hospitalité et leur politique de porte ouverte. « Nous ne tenons pas cette hospitalité et cette générosité pour acquises », a-t-il indiqué en ajoutant « Il est dans l'intérêt du HCR de soutenir les communautés hôtes qui donnent tant aux réfugiés, même si elles-mêmes sont dans des situations difficiles. »

Actuellement, l'Éthiopie accueille quelque 580 000 réfugiés. C'est l'un des 10 pays qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés au monde, selon le HCR.

Par Kisut Gebre Egziabher à Gambella

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Camp de Bonga, Ethiopie

Le camp de Bonga est situé dans la région tourmentée de Gambella, à l'ouest de l'Éthiopie. Contrairement au camp de Fugnido et à la ville de Gambella toute proche, il a été épargné par les conflits ethniques qui ont fait des ravages ces derniers mois.

Pour les 17 000 réfugiés soudanais du camp de Bonga, la vie poursuit son cours malgré les troubles dans la région. Les enfants réfugiés vont à l'école et jouent tandis que leurs parents améliorent l'aide fournie par l'UNHCR en participant à des projets d'autosuffisance.

La vie culturelle n'est pas en reste, avec notamment les cérémonies traditionnelles de la tribu majoritaire Uduk. D'autres communautés ethniques - les Shuluks, les Nubas et les Équatoriens - se sont aussi bien intégrés dans le camp, comme en témoigne la réception réservée aux nouveaux arrivants transférés de Fugnido à la fin 2002.

Camp de Bonga, Ethiopie

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.