Le HCR et le PAM rassurent les réfugiés à Maban sur les livraisons de vivres

Articles d'actualité, 2 juin 2014

© HCR/P.Rulashe
Une mère déplacée avec son bébé malnutri dans le comté de Maban au Soudan du Sud.

Comté de Maban, Soudan du Sud, 2 juin (HCR) Nadia Turimbil ne mâche pas ses mots : « Dans la région du Nil Bleu, ma famille et moi avons fui les Antonov. Dans l'Etat de Maban, c'est la faim qui nous fait souffrir. »

La comparaison est frappante. Nadia associe les avions de chasse qui l'avaient forcée à fuir son village du Soudan avec les récentes pénuries alimentaires dans le comté de Maban au Soudan du Sud. Elle y est un membre actif et éloquent du comité des femmes au camp de réfugiés de Gendrassa.

La semaine dernière, elle faisait ce récit à Cosmas Chanda, le Représentant du HCR au Soudan du Sud, et à Michael Sackett, le Directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan du Sud, qui étaient en visite sur place. Ils étaient venus à Maban dans le nord-est du Soudan du Sud pour discuter avec les réfugiés et les organisations humanitaires des défis liés à l'acheminement des vivres depuis Juba, la capitale, vers d'autres localités dans le contexte d'insécurité au Soudan du Sud.

Nadia leur montre du doigt un groupe d'enfants qui se trouvaient non loin et qui écrasaient des fourmis volantes, apparues depuis le sol après les récentes pluies. « Ceci », explique Nadia à son auditoire captivé, « c'est ce que les enfants collectent pour compléter le peu de nourriture que nous recevons. »

L'insécurité a commencé en décembre dernier et elle a affecté des dizaines de milliers de civils, y compris quelque 126 000 réfugiés soudanais hébergés dans des régions reculées de l'Etat de Maban. Depuis février, ils n'ont pas suffisamment de vivres et leur santé en est affectée.

Les réfugiés ont reçu une ration de sept jours en mars dernier, puis de la nourriture pour une période de 10 jours en avril et, enfin, des vivres pour 20 jours en mai. Au cours de la réunion de mercredi avec les représentants des réfugiés des quatre camps du comté de Maban : Doro, Kaya, Yusuf Batil et Gendrassa le PAM leur a assuré faire tout son possible pour leur fournir une ration alimentaire complète de 30 jours en juin.

« En Ethiopie, des discussions sont en cours pour résoudre les problèmes au Soudan du Sud. Toutefois l'insécurité affecte toujours les défis logistiques pour l'acheminement des vivres et d'autres articles d'aide humanitaire. Les livraisons de nourriture et d'autres fournitures essentielles ne s'effectuent pas en temps voulu », déclare Cosmas Chanda. « Néanmoins, le PAM continue de rechercher comment livrer de la nourriture à Maban. »

Selon Michael Sackett, le PAM adopte une approche à plusieurs volets pour faire parvenir de la nourriture vers Maban. Cela comprend notamment l'affrètement d'un avion-cargo pour transporter des vivres depuis des entrepôts du PAM en Ethiopie et à Juba. Dans la sécurité, il est possible de procéder à des livraisons de sorgho par camion depuis Renk et le comté de Melut.

Le PAM procède actuellement, à Juba, au chargement de son premier convoi fluvial sur le Nil. Ce mode de transport permet d'acheminer de grandes quantités de nourriture à moindre coût. De plus, le PAM devrait bientôt conclure des discussions avec les autorités soudanaises pour rétablir la circulation transfrontalière des cargaisons de matériel humanitaire.

Parallèlement, le HCR et d'autres agences humanitaires étudient la possibilité pour les réfugiés de procéder à des cultures pour subvenir à leurs besoins en vivres. Le commissaire du comté de Maban a alloué aux réfugiés du camp de Kaya un terrain à cultiver d'une superficie d'un peu plus de cinq kilomètres carrés.

Le HCR progresse également, en collaboration avec la communauté d'accueil et les autorités locales, pour identifier des terrains agricoles dans les camps de Gendrassa, Doro et Yusuf Batil, où la communauté d'accueil voisine a généreusement donné aux réfugiés plus de huit kilomètres carrés de terres à proximité.

Par le biais d'agences humanitaires, le HCR a acquis plus de 45 tonnes de semences qui seront attribuées aux réfugiés lors de la distribution alimentaire prévue la semaine prochaine. « Il faut assurer que les réfugiés procèdent aux plantations et qu'ils ne mangent pas les graines pour compenser le manque de nourriture », explique Cosmas Chanda.

Dans le cadre de sa livraison annuelle d'articles non alimentaires avant l'intensification de la saison des pluies, le HCR distribuera également des couvertures en laine polaire, des nattes de couchage, des jerrycans, des seaux, des moustiquaires, des bâches en plastique et du savon. Cette distribution s'effectuera immédiatement après la distribution de nourriture, pour que les réfugiés ne soient pas tentés de vendre les articles afin d'acheter de la nourriture.

Cosmas Chanda du HCR espère qu'avec les assurances du PAM pour la distribution de nourriture de juin, les réfugiés utiliseront les semences et les articles non alimentaires comme prévu. « La livraison de vivres a de nombreux effets », indique-t-il. « Bien que nous apprécions et soutenions le PAM dans ses efforts pour changer la situation, il était très important de rencontrer des réfugiés pour qu'ils nous expliquent leurs préoccupations. En effet, nous allons continuer à travailler pour régler ce problème jusqu'à ce que la ration de 30 jours soit rétablie ».

Ces paroles ont soulagé Nadia : « Tout ce que nous pouvons faire maintenant, c'est prier. Nous espérons le rétablissement de la paix dans ce pays ainsi que la fin des souffrances et des difficultés que nous endurons actuellement. »

Par Pumla Rulashe dans le comté de Maban au Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

L'objet le plus important

Depuis novembre 2011, plus de 105 000 réfugiés ont traversé la frontière qui sépare l'État du Nil Bleu, au Soudan, de celui du Haut-Nil, au Soudan du Sud. Le voyage, généralement réalisé à pied, passe par de dangereuses zones de conflit et emprunte des routes secondaires que les fortes pluies ont rendues presque impraticables. Les réfugiés, pour la plupart, fuient précipitamment, n'emportant que ce qu'ils peuvent porter et parfois rien d'autre que les vêtements qu'ils ont sur le dos. Certains arrivent malades ou blessés, et beaucoup ont souffert de la faim au cours du trajet. Le photojournaliste Brian Sokol a demandé à plusieurs réfugiés au Soudan du Sud de lui montrer l'objet le plus important qu'ils avaient emporté avec eux. Nous vous invitons à lire son photoreportage pour découvrir les objets qu'ils ont choisis.

L'objet le plus important

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.