Traitement contre le cancer : un jeune réfugié syrien parmi de rares chanceux

La parole aux réfugiés, 26 mai 2014

© HCR/S.Baldwin
Sameh, un réfugié syrien âgé de 14 ans, partage un doux moment de tendresse avec sa Maman et son petit frère dans leur appartement à la périphérie d'Amman. Avec l'aide du HCR, il bénéficie d'un traitement contre le cancer.

ZARQA, Jordanie, 26 mai (HCR) Le soir tombe dans la banlieue d'Amman, la capitale jordanienne, et Sameh, 14 ans, se dirige vers son immeuble avec d'autres jeunes réfugiés syriens du quartier. Tandis que les autres garçons se lancent dans un match bruyant de foot, il demeure calmement sur le côté et il les regarde.

Depuis qu'il a reçu le diagnostic d'une tumeur au cerveau à trois ans, Sameh n'a pas pu tellement faire ce qu'il aimerait, comme jouer au ballon avec des amis ou, plus récemment, aller à l'école.

« Je ne peux pas jouer. Quand je frappe le ballon, je tombe », dit-il. Son état lui rend la marche difficile, et il est également sensible au bruit et à la lumière, ce qui intensifie ses maux de tête atroces. De ce fait, il ne peut plus aller à l'école et ne pourra jamais apprendre à lire correctement.

Sa situation était meilleure auparavant en Syrie, dit-il. Il allait avec des amis dans les champs près de son domicile à Al-Hirak et il jouait jusqu'au coucher du soleil, ou bien il traînait dans une librairie appartenant au père de l'un de ses amis.

Obtenir un traitement contre le cancer de Sameh était plus facile en Syrie, explique sa mère, Ghada. Après son diagnostic initial et une première chirurgie, la tumeur est réapparue six ans plus tard, l'obligeant à subir une deuxième opération majeure avant son dixième anniversaire.

Ils n'ont jamais eu de problèmes pour accéder aux hôpitaux en Syrie, dit-elle, même quand ils ont dû se rendre à Damas, la capitale, pour la deuxième opération. Tous les soins étaient gratuits, et le mari de Ghada était là pour la soutenir pendant la maladie de leur fils.

Mais tout a changé après l'éclatement du conflit qui a englouti le pays. Le père de Sameh et son frère de 15 ans ont été tués en août 2012, et cinq mois plus tard les combats ont forcé Ghada alors enceinte de sept mois à chercher refuge avec ses quatre autres enfants dans la Jordanie voisine.

Dans les semaines suivant leur arrivée au camp de réfugiés de Zaatari, Sameh s'est effondré en marchant dans le camp. Ses maux de tête étaient plus forts que jamais, et les analgésiques qu'il prenait n'avaient aucun effet. Il a été orienté vers un hôpital financé par le HCR et géré par la Société jordanienne d'aide sanitaire, où un scanner du cerveau a révélé une tumeur nécessitant une nouvelle intervention chirurgicale.

Fournir des soins de santé de base à plus de 600 000 réfugiés syriens enregistrés en Jordanie taxe déjà lourdement les services de santé du pays et l'aide internationale. Dans le cas des traitements coûteux, par exemple, contre le cancer et d'autres maladies non transmissibles, il n'y a tout simplement pas assez d'argent pour traiter tous les cas. Le HCR et ses partenaires doivent donc prendre des décisions déchirantes pour déterminer qui reçoit un traitement, car les ressources disponibles sont limitées.

La question est abordée dans une étude du HCR publiée dimanche par The Lancet Oncology. Des centaines de cas ont été documentés, s'agissant de réfugiés en Jordanie et en Syrie qui n'ont pu recevoir de traitement du cancer en raison des fonds limités.

Il revient aux experts médicaux des Comités des soins exceptionnels (CSE) du HCR de décider qui recevra un traitement. Entre 2010 et 2012, les CSE ont été contraints de rejeter plus de la moitié de toutes les demandes de traitement du cancer présentées par les réfugiés en Jordanie en raison du manque de fonds, selon The Lancet Oncology.

Sameh a été l'un des chanceux. Après une attente de quatre mois, le CSE a approuvé l'octroi, par le HCR, d'environ 12 500 dinars jordaniens (17 640 $ US) pour deux opérations à l'hôpital universitaire de Jordanie, à Amman.

Malgré ce soutien financier, Sameh continue d'éprouver des difficultés pour obtenir des soins en Jordanie. Le transport est cher pour se rendre aux hôpitaux du centre-ville depuis son appartement à l'extérieur d'Amman.

Ghada dit qu'elle a dû emprunter de l'argent et vendre quelques-uns des bons de nourriture que la famille reçoit chaque mois du Programme alimentaire mondial pour payer pour les taxis et les autres dépenses. Après une deuxième opération pour essayer d'enlever la tumeur en novembre 2013, un retard bureaucratique à l'hôpital a empêché Sameh de passer un scanner coûtant 388 dollars pour déterminer si la procédure avait réussi ou s'il aura besoin d'un autre traitement.

Pendant que les cris des enfants jouant dans la rue entrent par une fenêtre ouverte de leur appartement au cinquième étage, Sameh est tranquillement assis à côté de sa mère. Ses pensées sont tournées sur l'avenir.

« Je veux retourner en Syrie et oublier le temps que j'ai passé dans un appartement en Jordanie. Je passe mes journées dans l'appartement », dit-il. « Je veux retourner en Syrie parce que tous mes amis sont là-bas. Le père de mon ami possède une librairie et nous avions l'habitude de traîner là. Quand je serai grand, je serai propriétaire de ma propre librairie. »

Par Charlie Dunmore et Joslyn Massad à Zarqa, Jordanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de ZaatariPlay video

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de Zaatari

Malala Yousafzai s'est rendue dans le camp de réfugiés de Zaatari avec un message : les enfants veulent un avenir… ils ont des rêves et ils ont besoin d'aller à l'école.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.