Améliorer la prise en charge des réfugiés syriens atteints de cancer

Articles d'actualité, 26 mai 2014

© HCR/L.Addario
Zacharia est âgé de quatre ans. Ce jeune réfugié syrien est en phase terminale d'une tumeur du cerveau. Sa mère lui donne de l'eau et ses frères et soeurs l'entourent avec amour et compassion. Il recevait un traitement en Syrie mais, au Liban, son état de santé s'est fortement dégradé.

LONDRES, Royaume-Uni, 26 mai (HCR) L'expert médical du HCR a prévenu, dans une étude publiée dans le Lancet, que le nombre de réfugiés atteints de cancer dépasse les capacités des systèmes de santé en Jordanie et en Syrie.

Paul Spiegel, dans la toute dernière édition du journal The Lancet Oncology, a ajouté que ceci obligeait les bureaux du HCR et ses partenaires à prendre des décisions déchirantes au sujet des personnes qui reçoivent des soins et d'autres qui en seront privées. Il demande de nouvelles mesures urgentes pour lutter contre le cancer dans les crises humanitaires.

« Nous pouvons soigner tous les cas de rougeole, mais nous ne pouvons pas traiter tous les malades du cancer », explique le Dr Spiegel. « Nous devons refuser les patients présentant un mauvais pronostic, car la prise en charge de leur cancer serait trop coûteuse. Après avoir tout perdu dans leur pays d'origine, les patients atteints de cancer sont confrontés à une plus grande souffrance encore à l'étranger souvent à un coût émotionnel et financier qui est très lourd pour eux et leur famille. »

Selon l'étude publiée dans The Lancet Oncology qui portait sur les réfugiés en Jordanie et en Syrie entre 2009 et 2012 -, le nombre de cas de cancer recensés chez les réfugiés dans la région a augmenté car il y a davantage de réfugiés dans l'ensemble, et aussi car les gens fuient des pays à revenu intermédiaire comme la Syrie. Le cancer est également un problème croissant chez les réfugiés en provenance de pays en développement, où l'on mettait traditionnellement l'accent sur les maladies infectieuses et la malnutrition.

« Nous devons refuser de traiter des patients atteints de cancer et pour qui le pronostic vital est menacé car les soins sont onéreux. Après avoir tout perdu dans leur pays, les patients souffrant du cancer sont confrontés à de plus grandes souffrances encore en exil souvent avec souvent de lourdes conséquences sur les plans émotifs et financiers », a-t-il souligné.

Selon l'étude publiée dans The Lancet Oncology qui portait sur les réfugiés en Jordanie et en Syrie entre 2009 et 2012 -, le nombre de cas de cancer recensés chez les réfugiés dans la région a augmenté car il y a davantage de réfugiés dans l'ensemble, et aussi car les gens fuient des pays à revenu intermédiaire comme la Syrie.

Le cancer est également un problème croissant chez les réfugiés en provenance de pays en développement, où l'on mettait traditionnellement l'accent sur les maladies infectieuses et la malnutrition.

La forme la plus courante de cancer chez les réfugiés est le cancer du sein, qui représente près d'un quart de toutes les demandes présentées en Jordanie au « Comité des soins exceptionnels » (CSE) du HCR, qui décide de financer ou non des traitements coûteux.

En Jordanie, par exemple, le CSE n'a pu approuver que 246 des 511 demandes de traitement des cancers (soit 48 %) présentées par des réfugiés entre 2010 et 2012. La principale raison des refus était un pronostic vital menacé : lorsqu'un patient avait peu de chances de s'en sortir, le CSE décidait que ses fonds limités pouvaient être employés à soigner d'autres patients ayant de meilleures chances de survie.

Le CSE s'est parfois même vu refuser des patients dont le pronostic vital n'était pas engagé, car leur traitement couterait trop cher. Le Dr Adam Musa Khalifa, un médecin du HCR qui siège au CSE en Syrie, témoigne du cas d'une mère iraquienne de deux enfants qui souffrait d'une forme rare de cancer du sein. Elle avait dû cesser son traitement en Iraq en raison de l'insécurité, mais son traitement était trop onéreux pour qu'elle puisse le poursuivre en Syrie. Le coût du traitement d'un cancer peut parfois s'élever jusqu'à 21 000 dollars.

« Nous devons prendre des décisions déchirantes sur les personnes que nous devons aider », explique le Dr Khalifa. « Le pronostic vital de certains patients n'est pas engagé, mais le coût de leur traitement est trop élevé. Ces décisions nous affectent tous psychologiquement. »

Les systèmes de santé publique en Syrie et en Jordanie sont submergés, et les installations privées se révèlent insuffisantes. Les organisations internationales ont apporté leur appui pour agrandir des installations et payer le personnel ainsi que les médicaments, mais ce n'est pas assez, prévient l'article.

Les réfugiés atteints de cancer voient souvent leur traitement interrompu en raison de l'insécurité dans leur pays d'origine. En Syrie, par exemple, de nombreux hôpitaux ont été détruits ou fermés, et les médecins ont fui.

« L'article du Lancet ne laisse aucun doute : le cancer est un problème de santé important chez les réfugiés », affirme le Dr Spiegel. « Nous devons améliorer les moyens, en collaboration avec les pays d'accueil, pour financer la prévention et le traitement. »

De nouvelles approches pourraient inclure des campagnes d'information, itinérantes et sur Internet, axées sur la santé préventive ainsi de nouveaux modèles de financement comme le financement collectif, voire l'assurance maladie. Toutes les mesures devront inclure les systèmes de santé existants dans les pays d'asile dans leur ensemble, afin d'éviter les inégalités entre les communautés hôtes et les réfugiés.

L'article complet sous embargo est disponible à :

http://www.thelancet.com/journals/lanonc/article/PIIS1470-2045(13)70067-1/abstract

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de ZaatariPlay video

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de Zaatari

Malala Yousafzai s'est rendue dans le camp de réfugiés de Zaatari avec un message : les enfants veulent un avenir… ils ont des rêves et ils ont besoin d'aller à l'école.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.