Des étudiants centrafricains continuent leurs études en exil au Tchad

Agir pour faire la différence, 12 mai 2014

© HCR/M.Farman-Farmaian
Moussa avec la machine à coudre qu'il a reçue d'un employé du centre de transit de N'Djamena. Il l'utilisera pour gagner de l'argent de poche alors qu'il reprend ses études de droit au Tchad.

N'DJAMENA, Tchad, 12 mai (HCR) Lors de l'éruption du conflit en République centrafricaine en décembre dernier, Moussa, âgé de 30 ans, étudiait le droit à l'Université de Bangui.

« Je voulais défendre les gens », se rappelle-t-il six mois après, depuis le Tchad voisin, ajoutant qu'avec la dégradation du conflit, « J'ai réalisé combien j'étais inutile. » Comme des milliers d'autres, y compris des étudiants en études supérieures, il a fui le pays pour échapper aux violences intercommunautaires et religieuses.

Moussa a rejoint le Tchad, qui accueille près de 100 000 personnes pour la plupart des Tchadiens ayant fui la République centrafricaine, y compris près de 2 000 réfugiés centrafricains dans huit centres de transit établis dans la capitale, N'Djamena.

Toutefois, malgré ce bouleversement dans sa vie, Moussa était déterminé à continuer ses études. « Je veux vraiment continuer mes études et mon projet est toujours de défendre les gens, par les mots bien sûr », sourit Moussa, dont la détermination et l'obstination ont été récompensées.

Il a reçu l'un des 67 bourses d'études offertes aux étudiants centrafricains par l'Ecole Polytechnique d'ingénierie, de commerce et d'administration

(EPICA) à N'Djamena, une institution publique. Le HCR a aidé à organiser l'attribution de ces bourses d'études via des consultations avec EPICA. Les cours ont commencé récemment.

Le HCR apportera une aide au logement et au transport dans les résidences étudiantes d'EPICA et fournira des articles de première nécessité comme des couvertures, des moustiquaires et des articles d'hygiène.

Moussa explique : « bien que je sois très heureux d'avoir reçu cette bourse d'études [de trois ans] », il aura besoin d'argent de poche pour ses dépenses au quotidien. Il pense avoir trouvé une solution. « J'arrivais à survivre à Bangui grâce à la couture », explique-t-il, ajoutant qu'un employé du centre de transit de Chagoua lui avait prêté une machine à coudre. Son caractère fort et son énergie ont fait le reste pour attirer les clients.

« Je forme d'autres étudiants dans le centre en aidant à la coupe, à la couture et aux finitions », indique Moussa, en montrant une étudiante qui repasse un tissu africain coloré. « Beaucoup de mes étudiants sont aussi des élèves boursiers. Mon projet est de monter une boutique de vêtements », ajoute-t-il. « J'aime ce travail car j'aide mes compatriotes à s'habiller et je forme des gens à avoir un emploi rémunéré. »

D'autres étudiants réfugiés boursiers étudient dans des domaines comme l'information, l'administration, la sociologie, l'hôtellerie, l'électronique et le commerce.

Le HCR organise régulièrement des réunions pour aider à orienter les étudiants nouvellement arrivés en tant que réfugiés et pour assurer qu'ils sont bien informés sur les conditions liées aux bourses, y compris le respect des règles de l'université, la présence aux cours, la nécessité de fournir un travail individuel et d'obtenir de bonnes notes. Cela aide également d'autres étudiants à devenir autosuffisants et à chercher des opportunités d'emploi.

« Il est important pour nous de saisir cette chance non seulement pour promouvoir l'éducation des réfugiés, mais aussi pour explorer en profondeur les capacités, les compétences et les intérêts de ces personnes. De cette façon, nous pourrons aider les réfugiés à retrouver leur stabilité, leur indépendance et, le plus important, leur dignité », déclare Aminata Gueye, Représentante du HCR au Tchad.

On compte actuellement plus de 100 000 réfugiés centrafricains au Tchad, y compris environ 13 000 personnes arrivées cette année. La plupart des réfugiés ont rejoint le pays via différents points de passage frontière dans le sud du pays.

Par Massoumeh Farman-Farmaian à N'Djamena, Tchad

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Joie en demi-teinte pour les retrouvailles d'une famille de réfugiés centrafricains

La violence et les conflits en République centrafricaine ont forcé des centaines de milliers de personnes à fuir leurs foyers depuis la mi-décembre. Beaucoup ont trouvé refuge dans les pays voisins, y compris 80 000 personnes au Cameroun. Avec le traumatisme et la confusion causés par les déplacements de populations, des familles sont séparées. Les réfugiés font face à de nombreux dangers sur le chemin de la sécurité, et leur voyage peut durer plusieurs semaines. Ramatou, une mère de 11 enfants âgée de 45 ans, a été séparée de trois de ses fils et de son mari quand des miliciens ont attaqué son village en janvier. Elle est partie en courant avec huit enfants et elle a fini par rejoindre le Cameroun avec l'aide des troupes de l'Union africaine pour le maintien de la paix. Son mari et ses trois fils ont couru dans une autre direction. Ils ont enduré de nombreuses épreuves dans la brousse, et ont été séparés à nouveau. Plus tôt ce mois-ci, Ramatou a retrouvé ses deux cadets dans le camp de réfugiés de Mbile au Cameroun. Elle était ravie, mais aussi consternée de les voir non accompagnés. Elle espère revoir bientôt son mari et son fils aîné. Le photographe Fred Noy a assisté à leurs retrouvailles émouvantes.

Joie en demi-teinte pour les retrouvailles d'une famille de réfugiés centrafricains

Les enfants réfugiés centrafricains tout juste arrivés au Cameroun souffrent de malnutrition

Les réfugiés centrafricains arrivent au Cameroun en nombre croissant, dans un état de grande faiblesse physique. Ils passent des semaines voire des mois cachés dans la brousse, où il leur était difficile de trouver de la nourriture et de l'eau. Ils dorment en plein air. Ils ne peuvent pas retourner chez eux. Parmi ces réfugiés, les plus vulnérables sont les enfants âgés de moins de cinq ans. Rencontrer ces enfants émaciés est bouleversant. Ils ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence après s'être nourris de racines et de feuilles. Selon les estimations, environ 40% des enfants récemment arrivés souffrent de malnutrition. Pour certains, le voyage est de trop. Le HCR aide à sauver des vies dans l'est du Cameroun. Avec Médecins Sans Frontières, le HCR appuie un centre d'aide nutritionnelle à Batouri. MSF y envoie des enfants depuis son dispensaire de la ville frontalière de Gbiti, où se trouvent environ 20 000 sur les 80 000 réfugiés centrafricains arrivés au Cameroun. Le dispensaire de Gbiti est débordé. Les partenaires étendent la capacité du centre d'aide nutritionnelle, qui traite environ 100 enfants. Davantage encore arrivent chaque jour et le HCR a monté des tentes pour y abriter les enfants et leurs Mamans. Le photographe Frédéric Noy s'est rendu la semaine dernière à Gbiti et Batouri. Il y a capturé la série suivante d'images saisissantes et évocatrices.

Les enfants réfugiés centrafricains tout juste arrivés au Cameroun souffrent de malnutrition

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Ce mois-ci, près de 6 300 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont quitté le camp de Batalimo en République centrafricaine, un pays déchiré par les violences. Ils sont rentrés chez eux dans la province de l'Equateur sur une base volontaire. Leur décision de rentrer prouve encore une fois, s'il en était besoin, la gravité de la situation en République centrafricaine, où la violence s'est intensifiée depuis décembre. Le conflit a généré des centaines de milliers de personnes déplacées internes et en a forcé près de 350 000 autres à fuir vers les pays voisins. Les réfugiés du camp de Batalimo faisaient partie des quelque 20 000 Congolais ayant fui en République centrafricaine pour échapper aux conflits interethniques en RDC. L'opération de retour depuis Batalimo avait été reportée plusieurs fois pour des raisons de sécurité et de logistique. Toutefois, le 10 avril, un premier convoi a traversé le fleuve Oubangui en bateau. Le tout dernier est arrivé en RDC en date du 10 mai. Le HCR a organisé le transport des réfugiés depuis Batalimo vers la ville fluviale de Zinga en RCA. De là, ils sont montés à bord de bateaux pour la traversée vers Batanga ou Libenge dans la province de l'Equateur en RDC. A Batanga, les rapatriés ont été enregistrés, ils ont reçu des documents d'identité et une subvention d'aide à la réinsertion. Ils ont ensuite été transportés vers leurs villages, où ils bénéficieront d'un suivi. La photographe Leonora Baumann a suivi l'un de ces groupes de rapatriés vers la RDC.

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

République centrafricaine : une crise oubliéePlay video

République centrafricaine : une crise oubliée

Lors d'une mission en République centrafricaine, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a décrit la violence et le déplacement forcé survenant dans le pays comme étant une tragédie silencieuse.
Tchad : des défis environnementauxPlay video

Tchad : des défis environnementaux

Les 250 000 réfugiés du Darfour exilés dans lest du Tchad luttent chaque jour pour tenter de survivre avec un minimum deau, de nourriture et de combustible.
Des réfugiés centrafricains fuient vers le TchadPlay video

Des réfugiés centrafricains fuient vers le Tchad

La guerre se déroulant en République centrafricaine a reçu peu d'attention de la part des médias, en comparaison avec le conflit du Darfour, alors que ses effets sont semblables. Plus de 17 000 Centrafricains ont traversé la frontière vers le Tchad depuis janvier 2009, portant ainsi le total des réfugiés centrafricains à près de 70 000 dans ce pays.