Le HCR accroît l'aide aux réfugiés sud-soudanais affluant en Ethiopie

Agir pour faire la différence, 15 avril 2014

© HCR/L.F.Godinho
Des réfugiés sud-soudanais, qui ont fui vers l'Ethiopie après l'éruption d'un conflit interethnique dans leur pays en décembre 2013, transportent des articles d'aide vers leurs tentes au camp de Kule.

GENÈVE, 15 avril 2014 (HCR) Le HCR a annoncé mardi avoir débuté un pont aérien ainsi que la construction de nouveaux camps pour aider les réfugiés sud-soudanais ayant fui vers l'Ethiopie, dont le nombre dépasse désormais les 95 000.

Le HCR et ses partenaires font leur possible pour améliorer les conditions dans la région de Gambella à l'ouest du pays en acheminant des tentes par avion, en construisant de nouveaux camps et en transférant les réfugiés vers des lieux plus en altitude avant l'arrivée de la saison des pluies.

Lundi, la première cargaison de tentes d'urgence acheminée par avion-cargo est arrivée à l'aéroport local de Gambella. Un premier lot de 400 tentes est transporté aujourd'hui vers le camp de réfugiés de Lietchuor, à 125 kilomètres de la ville de Gambella. Le reste des tentes sera livré dans le cadre de six autres rotations aériennes ces prochains jours et sera distribué dans d'autres camps gérés par le HCR et l'organisme gouvernemental éthiopien chargé des réfugiés et des rapatriés (ARRA) dans l'Etat de Gambella.

Le HCR a désormais fini de transférer vers un lieu plus en altitude les réfugiés qui vivaient dans des zones inondables au camp de Kule (à 42 kilomètres de la ville de Gambella). Un transfert similaire commencera au camp de Lietchuor aujourd'hui. A l'approche de la saison des pluies, certaines parties des camps sont déjà inondées. Dans ces régions, nous fermons également les latrines pour éviter les contaminations de maladies par l'eau.

Ce week-end également, le HCR et ARRA ont commencé les préparatifs sur le nouveau camp près de Kula sur un terrain alloué par les autorités régionales de Gambella. Le nouveau camp aura une capacité d'accueil allant jusqu'à 30 000 réfugiés et sera situé plus en altitude, ce qui aidera à éviter les problèmes liés aux inondations comme la propagation de maladies. Nous procédons actuellement au défrichage du terrain et le camp devrait être prêt à recevoir des réfugiés à la fin avril.

« Les réfugiés continuent d'arriver depuis le Soudan du Sud vers la région de Gambella au rythme de 800 à 1 000 personnes par jour, principalement via le point de passage frontière de Pagak », a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, lors d'un point de presse.

Quelque 95% d'entre eux sont des femmes et des enfants originaires de l'État du Haut-Nil. Beaucoup citent la peur et les pénuries de vivres comme étant les principales raisons de leur fuite en exil. Beaucoup parmi les femmes disent que des hommes sont recrutés de force, alors que d'autres ont été tués.

« Certains réfugiés ont marché jusqu'à trois semaines pour traverser la frontière et les taux de malnutrition infantile demeurent élevés », a indiqué Melissa Fleming.

Plus de 4 000 enfants souffrant de malnutrition sont déjà inscrits pour bénéficier des programmes de nutrition dans les camps. Environ 3 500 femmes allaitantes reçoivent également une alimentation complémentaire. Nous avons toutefois observé un léger ralentissement dans le nombre d'arrivées en Ethiopie depuis le début des largages de vivres par le Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan du Sud.

Avec l'afflux continu et la saison des pluies imminente, les autorités régionales ont alloué de nouvelles terres sur un terrain plus en altitude au point de passage frontière de Pagak pour la construction d'un centre d'accueil temporaire. Le nouveau centre de transit a une capacité d'accueil initiale allant jusqu'à 5 000 personnes. Les réfugiés sont enregistrés et recevront des vaccins, des soins de santé, des vivres et d'autres services essentiels.

Pendant ce temps, le HCR a déployé un hélicoptère pour transporter des personnes vulnérables des personnes âgées, des handicapés, des femmes enceintes et allaitantes, des nouveau-nés et des personnes malades depuis le point de passage frontière d'Akobo vers le camp de réfugiés de Lietchuor.

La plupart des réfugiés arrivant à Akobo voyagent par bateau pendant près de 15 heures jusqu'à Burubiey, un autre point d'entrée dans le pays. De là, ils sont finalement transférés vers des camps de réfugiés. Quelque 190 personnes vulnérables ne pouvant pas effectuer ce long voyage en bateau ont déjà été transférées au camp de Lietchuor dans le cadre de onze vols d'une durée de 30 minutes ces deux dernières semaines. L'opération se poursuit.

Quelque 86 000 réfugiés fuyant le conflit en cours au Soudan du Sud résident actuellement dans quatre camps [Kule, Lietchuor, Pugnido et Okugo], tandis qu'un autre groupe de 9 000 personnes va être transféré depuis les points de passage frontière (principalement Pagak et Akobo).

Le HCR et ses partenaires recherchent actuellement 102 millions de dollars pour répondre aux besoins fondamentaux des réfugiés sud-soudanais en Ethiopie. Sur ce total, le HCR demande environ 43,6 millions de dollars. Seulement 12% de ce montant a déjà été financé.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Camp de Bonga, Ethiopie

Le camp de Bonga est situé dans la région tourmentée de Gambella, à l'ouest de l'Éthiopie. Contrairement au camp de Fugnido et à la ville de Gambella toute proche, il a été épargné par les conflits ethniques qui ont fait des ravages ces derniers mois.

Pour les 17 000 réfugiés soudanais du camp de Bonga, la vie poursuit son cours malgré les troubles dans la région. Les enfants réfugiés vont à l'école et jouent tandis que leurs parents améliorent l'aide fournie par l'UNHCR en participant à des projets d'autosuffisance.

La vie culturelle n'est pas en reste, avec notamment les cérémonies traditionnelles de la tribu majoritaire Uduk. D'autres communautés ethniques - les Shuluks, les Nubas et les Équatoriens - se sont aussi bien intégrés dans le camp, comme en témoigne la réception réservée aux nouveaux arrivants transférés de Fugnido à la fin 2002.

Camp de Bonga, Ethiopie

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.