L'élevage de poulets, une thérapie pour des veuves congolaises au Rwanda

Articles d'actualité, 10 avril 2014

© HCR/E.Fitzpatrick
Au camp de réfugiés de Gihembe, des veuves travaillent à l'élevage de volailles, ce qui leur fournit de la nourriture et un revenu. Elles ont survécu à la violence et à la torture. C'est aussi une forme de thérapie de groupe et de soutien communautaire.

GIHEMBE, Rwanda, 10 avril (HCR) Jacqueline circule rapidement à travers des dizaines de poules qui s'agitent, puis elle se penche et saisit habilement un volatile qui bat des ailes. Bien que le poulailler soit faiblement éclairé, la petite pièce où règne une ambiance chaotique est devenue un lieu de thérapie pour cette réfugiée congolaise, seule rescapée de sa famille qui a péri dans l'un des massacres les plus violents au Rwanda depuis le génocide de 1994.

La ferme de volailles a été ouverte il y a trois ans dans ce camp au milieu des collines du nord du Rwanda pour assurer un revenu aux réfugiés qui ont survécu à la violence et à la torture. Sans surprise, la plupart des 250 membres qui ont participé à l'origine au projet avaient vécu l'infâme massacre de Mudende de 1997, lorsque des groupes armés avaient attaqué ce camp du HCR deux fois en cinq mois. Ils avaient massacré des centaines de personnes.

Mudende a été considéré comme étant trop proche de la frontière avec la République démocratique du Congo, et les résidents ont été transférés vers un nouveau camp à Gihembe.

« J'ai perdu mon mari et mes enfants à Mudende », dit Jacqueline, habituellement silencieuse.

Son amie Pélagie, qui vient aussi de Mudende, dit que l'élevage de volaille a rapidement pris de l'importance, non seulement en tant que source de nourriture, mais aussi parce qu'il sert également de thérapie de groupe.

« Avant, nous ne nous connaissions pas les unes les autres », dit Pélagie. « Nous ne parlions pas de nos souffrances. Mais maintenant, quand l'une d'entre nous est malade ou a un problème, nous sommes là pour elle. » Sur les 250 membres d'origine, il n'en reste plus que 110. Beaucoup de femmes ont été réinstallées aux États-Unis en raison des séquelles qu'elles ont conservées de la violence ou de la torture.

Les femmes vendent leurs œufs et leurs poulets à d'autres réfugiés et au marché local. Les bénéfices sont réinvestis dans l'entreprise. Elles obtiennent également des dividendes en espèces une fois tous les trois mois, ainsi que des œufs de leurs familles.

Pélagie, son mari et ses cinq enfants ont échappé au massacre de Mudende. Cependant, après la mort de son mari il y a neuf ans, elle devait souvent vendre une partie de ses rations alimentaires pour acheter d'autres produits de première nécessité, comme des vêtements et du savon. Parfois, elle se demandait comment elle allait nourrir ses enfants.

Maintenant, grâce au revenu de l'élevage de volaille, la famille parvient à se nourrir tout au long du mois et elle n'a plus à vendre ses rations d'aide alimentaire. Mieux encore, sa fille aînée est retournée en classe. Elle avait dû abandonner ses études en 11e année car Pélagie ne pouvait plus payer les frais de scolarité.

Les autres femmes à la ferme de volailles aident à ce que sa fille soit scolarisée.

« Nous prenons toutes soin les unes des autres », dit Pélagie avec un sourire.

Par Erika Fitzpatrick, au camp de réfugiés de Gihembe, Rwanda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Ce mois-ci, près de 6 300 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont quitté le camp de Batalimo en République centrafricaine, un pays déchiré par les violences. Ils sont rentrés chez eux dans la province de l'Equateur sur une base volontaire. Leur décision de rentrer prouve encore une fois, s'il en était besoin, la gravité de la situation en République centrafricaine, où la violence s'est intensifiée depuis décembre. Le conflit a généré des centaines de milliers de personnes déplacées internes et en a forcé près de 350 000 autres à fuir vers les pays voisins. Les réfugiés du camp de Batalimo faisaient partie des quelque 20 000 Congolais ayant fui en République centrafricaine pour échapper aux conflits interethniques en RDC. L'opération de retour depuis Batalimo avait été reportée plusieurs fois pour des raisons de sécurité et de logistique. Toutefois, le 10 avril, un premier convoi a traversé le fleuve Oubangui en bateau. Le tout dernier est arrivé en RDC en date du 10 mai. Le HCR a organisé le transport des réfugiés depuis Batalimo vers la ville fluviale de Zinga en RCA. De là, ils sont montés à bord de bateaux pour la traversée vers Batanga ou Libenge dans la province de l'Equateur en RDC. A Batanga, les rapatriés ont été enregistrés, ils ont reçu des documents d'identité et une subvention d'aide à la réinsertion. Ils ont ensuite été transportés vers leurs villages, où ils bénéficieront d'un suivi. La photographe Leonora Baumann a suivi l'un de ces groupes de rapatriés vers la RDC.

De Batalimo à Batanga et au-delà : Des Congolais rentrent de RCA

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

À la mi-juillet 2013, des milliers de réfugiés congolais ont commencé à affluer à la frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et l'Ouganda, dans le district de Bundibugyo à l'ouest du pays. Ils fuyaient les combats ayant éclaté quand un groupe rebelle ougandais, les Forces démocratiques alliées, ont attaqué la ville de Kamango dans la province instable du Nord-Kivu en RDC. Beaucoup sont restés dans la zone frontalière montagneuse, mais d'autres ont été transférés vers le centre de transit de Bubukwanga plus à l'intérieur de l'Ouganda. Ils y ont reçu protection et assistance de la part du gouvernement, du HCR et de ses partenaires. Mais le centre de transit a une capacité d'accueil initiale de 12 500 personnes. Il a été rapidement surpeuplé et les gens ont été encouragés à rejoindre l'installation de réfugiés de Kyangwali, située à 280 kilomètres au nord dans le district de Hoima. Depuis que le premier convoi a quitté Bubukwanga pour Kyangwali le 14 août dernier, plus de 11 000 personnes ont rejoint ce site où elles accèdent à des services plus complets et plus durables. Le photographe Michele Sibiloni s'est récemment rendu à Bubukwanga et il a suivi un convoi de réfugiés se rendant à l'installation de Kyangwali.

Sur la route : le HCR transfère des réfugiés congolais vers leur future maison en Ouganda

Lauréate de la distinction Nansen 2013 du HCR pour les réfugiés

Soeur Angélique Namaika, une religieuse congolaise qui démontre un courage exceptionnel et qui offre un soutien infaillible aux survivants de la violence en République démocratique du Congo (RDC), est la lauréate de la distinction Nansen 2013 du HCR pour les réfugiés.

L'Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe rebelle ougandais sans scrupules, a mené une campagne de violences qui a déraciné des centaines de milliers de personnes dans la province Orientale, au nord-est de la RDC, au cours de la dernière décennie. De nombreuses femmes et jeunes filles congolaises ont été kidnappées et terrorisées.

Soeur Angélique est une lueur d'espoir pour ces victimes, notamment par l'approche très personnelle et individualisée qu'elle utilise pour aider les rescapées à sortir de leur traumatisme. Un grand nombre de personnes dont elle s'occupe ont été déracinées et elles ont subi des sévices sexuels.

La brutalité de la LRA est notoire, et les témoignages des femmes que soeur Angélique a aidées sont effroyables. Le fait que de nombreuses victimes soient stigmatisées par la société à cause de leur expérience accentue le traumatisme subi. Il faut une personnalité hors du commun pour aider ces femmes à surmonter leur problème et à reconstruire leur vie.

La lauréate de la distinction Nansen 2013 du HCR pour les réfugiés a passé la dernière décennie à aider les femmes, via notamment des activités génératrices de revenus, des formations professionnelles, des cours d'alphabétisation et une aide psychosociale. Elle a amélioré la vie de milliers de personnes, leur famille et leur communauté.

Lauréate de la distinction Nansen 2013 du HCR pour les réfugiés

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.