Journée internationale de la femme : les projets d'études d'une jeune fille violée tombent à l'eau

La parole aux réfugiés, 7 mars 2014

© HCR/L.Beck
Trois femmes congolaises mènent un groupe de réfugiés à leur arrivée dans le centre de transit de Nyakabande en Ouganda. L'année dernière, 325 cas de violence sexuelle et liée au genre ont été signalés au HCR dans le centre de transit, dont plus de 300 agressions commises en RDC.

NYAKABANDE, Ouganda, 7 mars (HCR) Il y a deux ans à peine, Florence*, 16 ans, était une lycéenne pleine d'ambition. C'était chose rare dans la région de Masisi, qui ne connait que l'anarchie et le danger, où elle vivait avec sa famille dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Puis sa vie a tourné au cauchemar. Alors qu'elle partait travailler dans le champ de légumes cultivé par sa famille après une journée d'école, elle a été attaquée et violée par un homme en uniforme tandis que ses plus jeunes frères et sœurs courraient appeler au secours. Elle a été soumise à un test VIH mais sa joie d'être dépistée négative a été de courte durée quand elle a appris qu'elle était enceinte.

« J'ai été désespérée quand on m'a dit que j'étais enceinte d'un homme que je ne connaissais pas alors que j'étais encore jeune et que j'allais encore au lycée », a déclaré l'adolescente au HCR dans le centre de transit de Nyakabande. Dans ce centre, situé dans le district de Kisoro au sud-ouest de l'Ouganda, l'agence pour les réfugiés fournit des abris, de l'aide et une protection aux Congolais fuyant de l'autre côté de la frontière en provenance de la province du Nord Kivu en RDC.

Outre le traumatisme du viol, Florence a également connu la stigmatisation et la persécution de la part de son entourage et de ses voisins après son accouchement. Le HCR et ses partenaires l'ont aidée en l'orientant vers des organismes et des services offrant des traitements médicaux et psychosociaux spéciaux.

Mais le plus effroyable est que cette jeune femme fait partie des dizaines de milliers de personnes, principalement des femmes mais également des hommes, victimes de violences sexuelles et liées au genre dans le climat de conflit récurrent et d'anarchie régnant dans l'est de la RDC, en particulier dans la province du Nord Kivu où les viols et abus sexuels demeurent extrêmement courants.

Le HCR et ses partenaires dénoncent ce problème depuis longtemps et António Guterres, le Haut Commissaire pour les réfugiés, a fait des programmes de sensibilisation à la violence sexuelle et liée au genre une priorité, de même que les programmes de réponse et de prévention face à ce fléau qui toucherait 60 millions de filles dans le monde selon les estimations.

En RDC, d'après une étude de 2011 publiée par le Journal américain de santé publique, près de 1 150 femmes sont victimes de viols chaque jour. L'année dernière, dans le Nord Kivu, selon les chiffres des Nations Unies, 2 094 cas de violence sexuelle et liée au genre ont été enregistrés, dont 1 315 commis contre des personnes déplacées à l'intérieur du pays. Au total, 1 146 personnes ont subi un viol.

Dans le centre de Nyakabande, le personnel du HCR s'occupe chaque année de dizaines et de dizaines de victimes comme Florence, dont la plupart ont été agressées dans le Nord Kivu, où elles n'ont pas accès à des services de santé d'urgence post-viol comme les kits PEP (post-exposure prophylaxis ou prophylaxie post-contact). Sur les 325 cas de violence sexuelle et liée au genre signalés à Nyakabande l'an dernier, 302 ont eu lieu en RDC et 214 étaient des viols.

Cependant, bien qu'il s'agisse d'un problème très grave, de nombreuses victimes ne signalent pas les cas de violence sexuelle et liée au genre de crainte d'être stigmatisées. « C'est un réel défi d'inciter les réfugiés à signaler les cas de violence sexuelle et liée au genre, en particulier le viol et les violences domestiques », déclare Clarisse Ntampaka, responsable des services communautaires pour le HCR dans le sud de l'Ouganda.

Selon elle, l'agence obtiendrait « certains résultats grâce au dialogue avec les représentants des réfugiés et les groupes de réfugiés, en présentant les lois ougandaises et les services disponibles et en montrant que signaler ces problèmes permet de s'y attaquer et de faire changer les choses ».

Le HCR, en coopération avec des partenaires spécialisés, fournit également des conseils psychosociaux aux victimes de viols et autres formes de violence sexuelle et liée au genre dans le centre de Nyakabande, comme à Elodie*, une autre survivante de viol ayant fui de chez elle, dans l'est de la RDC, vers l'Ouganda après son agression.

Comme Florence, elle a craint d'avoir été contaminée par le VIH mais bien que les résultats du test se soient avérés négatifs, elle a eu du mal à surmonter l'agression commise par deux hommes armés chez elle. « Je préfère mourir que de rentrer au Congo, je déteste les hommes de là-bas et ils me font peur », a déclaré cette mère de quatre jeunes enfants au HCR.

Dans sa vie, Elodie a connu beaucoup de souffrances et de pertes son premier mari a disparu après une attaque de leur village au cours de laquelle elle avait subi un premier viol ; son deuxième mari est décédé de maladie dans son Rwanda natal et elle a été contrainte de retourner au Nord Kivu.

Mais au delà de sa douleur à vif, elle fait preuve d'une résilience et d'une force extraordinaires. Elle continue de rêver à l'avenir malgré les horreurs du passé. Elle espère rester en Ouganda et elle a hâte de se voir attribuer un lopin de terre par le gouvernement ougandais pour pouvoir se remettre à l'agriculture, une activité qu'elle connait bien.

Plus important encore, elle prie pour que ses trois garçons et sa fille, ainsi que le bébé qu'elle porte, aillent à l'école et construisent un avenir meilleur, loin de la RDC. Florence aussi pense aux études. Le HCR l'a transférée du centre de transit de Nyakabande vers le site de Rwamwanja, où des milliers de réfugiés congolais mènent une vie relativement normale. Ses projets semblaient être tombés à l'eau, mais elle peut désormais reprendre sa scolarité avec les encouragements du HCR et un espoir de paix.

* Les noms ont été changés pour des raisons de protection.

Par Lucy Beck à Nyakabande, Ouganda

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Femmes

Les femmes et les jeunes filles sont tout spécialement vulnérables aux abus dans des situations de déplacement massif.

Manuel du HCR pour la protection des femmes et des filles

Ce guide décrit certains des défis en matière de protection auxquels sont confrontées les femmes et les filles relevant de la compétence du HCR et esquisse diverses stratégies devant être adoptées avec les partenaires pour relever ces défis. Première édition, publiée en janvier 2008.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.