Le déplacement de populations continue d'augmenter à Anbar en Iraq

Points de presse, 7 mars 2014

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 7 mars 2014 au Palais des Nations à Genève.

La poursuite des combats dans la province d'Anbar à l'ouest de l'Iraq, a forcé des milliers de nouveaux déplacés à rechercher la sécurité. Les personnes affectées sont dispersées à travers la province. Elles se dirigent toujours plus vers l'ouest après avoir quitté des localités qui sont désormais également en proie aux violences.

La semaine dernière, le nombre de déplacés dans et autour de la ville de Heet qui est située au nord-ouest [de la ville] de Ramadi s'est accru et atteint désormais entre 25 000 et 30 000 personnes.

Ailleurs à Anbar, une mission interagence menée cette semaine par le HCR, le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF a évalué les conditions de vie et les besoins des personnes déplacées à Al-Obaidy, à environ 450 kilomètres au nord-ouest de Bagdad dans la région d'Al Qaim.

Du fait de la dégradation de la situation de sécurité, la mission a été forcée de reporter une partie de son évaluation sur le terrain. Le district d'Al Qaim accueille également 5 000 réfugiés syriens, dont environ 2 000 d'entre eux se trouvent au camp d'Al Obaidy alors que d'autres sont hébergés au sein de la communauté hôte. L'équipe s'est entretenue avec des personnes déplacées dans des logements temporaires et deux centres collectifs de la ville d'Al-Obaidy.

Les membres de l'équipe ont identifié un grand nombre de personnes ayant des besoins spécifiques, particulièrement les familles dirigées par une femme avec un grand nombre d'enfants. Par exemple, trois familles dirigées par des femmes vivent à l'étroit dans une seule petite maison avec 13 enfants.

Alors que les communautés locales aident généreusement les personnes déplacées, tous ont besoin de nourriture et de soins de santé. Les familles qui vivent dans des maisons inachevées manquent de couvertures, de matelas, d'équipements de cuisine et de vêtements. Dans l'immédiat, le HCR distribue des colis d'aide à 300 familles auxquelles l'équipe a rendu visite.

Les besoins humanitaires des personnes déplacées grandissent rapidement. Le déplacement prolongé exerce une pression à la fois sur les personnes déplacées et les communautés hôtes. Les ressources s'épuisent.

Le HCR et d'autres agences humanitaires reçoivent un nombre croissant de demandes d'aide humanitaire et de soutien. Le HCR et ses partenaires continuent leurs évaluations des besoins humanitaires. La pénurie de logement demeure actuellement un problème criant.

Près de Bagdad, la ville de Falloujah reste assiégée, les routes sont fermées et il y aurait une pénurie de carburant, de nourriture et d'autres articles de première nécessité. Des affrontements armés ont été signalés au nord, au sud et à l'est de Falloujah, et ce même pendant un cessez-le-feu de 72 heures décidé par les autorités iraquiennes la semaine dernière.

La situation à Ramadi demeure instable. Des bombardements et des affrontements ont continué ces derniers jours dans la ville et ses environs ruraux. Comme la situation se détériore dans les quartiers d'Al-Malab, Al-Bothaib et de la 20ème rue, de petits groupes d'habitants ont fui et se sont dirigés vers Heet. La communauté locale de Heet accueille les personnes déracinées, malgré la lourde charge portée sur l'infrastructure locale, le manque de logement et les services qui sont débordés. Le district accueille déjà quelque 11 250 familles déplacées.

Au nord-est d'Anbar, la première aide humanitaire acheminée par les Nations Unies a, ces derniers jours, atteint quelque 200 familles déplacées vivant dans des conditions désastreuses à Sulayman Beg, dans le gouvernorat de Salah Al-Din. Elles avaient fui les affrontements la semaine dernière dans le nord-est du gouvernorat.

Jeudi, le nombre de personnes déplacées à Anbar et dans les autres gouvernorats d'Iraq s'élevait environ à 380 000. Cela représente près de 64 000 familles, dont environ 42 000 d'entre elles se trouvent à Anbar, le plus grand gouvernorat d'Iraq.

Mercredi, le Ministère iraquien de la Migration et du déplacement ainsi que les Nations Unies ont lancé un plan stratégique pour répondre aux besoins humanitaires immédiats des personnes affectées par les combats à Anbar. Ce plan annonce également un appel de fonds d'un montant de 103,7 millions de dollars pour aider 240 000 personnes déplacées internes ainsi que les communautés d'accueil et les personnes prises au piège dans les zones touchées par le conflit.

Le HCR demande 26,3 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires des personnes déplacées par la crise à Anbar pour les six prochains mois. Ces besoins sont pour le moment financés à hauteur de 11 pour cent seulement.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Iraq: Déplacement massif depuis Mossoul

Ces derniers jours, des centaines de milliers d'Iraquiens ont fui les combats dans la ville de Mossoul et d'autres cités du nord de l'Iraq. Des employés du HCR sont sur le terrain pour suivre les déplacements et aider les personnes dans le besoin. Les besoins sont immenses. Le HCR fait son possible pour assurer la protection et fournir des abris ainsi que des articles de secours, notamment des tentes. De nombreux déplacés ont quitté leurs maisons sans rien d'autre que les vêtements portés ce jour-là. Certains n'ont pas d'argent pour payer le logement, la nourriture, l'eau potable ou les soins de santé. Ils arrivent aux postes de contrôle entre le gouvernorat de Ninive et la région du Kurdistan d'Iraq sans savoir où aller, ni comment payer leurs dépenses.

Les agences des Nations Unies, les organisations humanitaires et les fonctionnaires gouvernementaux coordonnent leurs efforts pour aider les personnes dans le besoin. Les agences des Nations Unies lancent un appel de fonds supplémentaire d'urgence. Le HCR espère fournir des kits d'urgence ainsi que des milliers de tentes et travaille également avec ses partenaires pour protéger et aider les personnes déplacées.

L'exode dans le nord s'ajoute aux déplacements de populations massifs cette année dans le gouvernorat iraquien d'Anbar, où les combats depuis janvier ont contraint quelque 500 000 personnes à fuir cette province pour chercher refuge dans des zones plus sûres.

Iraq: Déplacement massif depuis Mossoul

Crise en Iraq : Trouver un logement

Des dizaines de milliers de personnes ont fui vers les gouvernorats d'Erbil et de Duhok dans la région du Kurdistan d'Iraq la semaine dernière. Ces déplacés ont trouvé abri dans des écoles, des mosquées, des églises et des camps de transit après une éruption de violence qui déchire certaines régions du centre et du nord de l'Iraq. Le HCR et ses partenaires font leur possible pour répondre aux besoins urgents en termes d'abri. Le HCR a livré près de 1 000 tentes dans un camp de transit en cours de construction par les autorités et les ONG à Garmawa, près de Duhok.

De nombreux déplacés originaires de Mossoul arrivent aux postes de contrôle entre le gouvernorat de Ninive et la région du Kurdistan iraquien. Ils ont des ressources limitées et n'ont pas les moyens de se payer un logement. Certains sont hébergés par des proches. D'autres résident à l'hôtel en puisant dans leurs maigres ressources.

Dans le village d'Alqosh, quelque 150 personnes (soit 20 familles) sont arrivées avec de rares effets personnels en plus des vêtements qu'ils portaient le jour où ils ont fui. Ces déplacés vivent dans plusieurs salles de classe d'une école primaire depuis la semaine dernière. Tous ces locaux sont actuellement bondés. Un membre du groupe a expliqué qu'il vivait auparavant dans un appartement loué à Mossoul et qu'il menait une vie de famille normale. Toutefois, à Alqosh, ils craignent pour le bien-être et l'éducation de leurs enfants ainsi que la présence de serpents et de scorpions.

Crise en Iraq : Trouver un logement

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Les enfants qui ont trouvé refuge dans des zones urbaines avec leurs familles, font partie des réfugiés syriens parmi les plus vulnérables. A la différence de ceux qui sont hébergés dans des camps, les réfugiés qui vivent en ville dans des pays comme l'Irak, la Turquie et la Jordanie, ont souvent du mal à accéder à l'aide et à la protection. Dans un camp de réfugiés, il est plus facile pour des organisations humanitaires comme le HCR de fournir un abri et une assistance régulière, notamment des vivres, des soins de santé et un accès à l'éducation. Trouver les réfugiés en zones urbaines, sans parler de les aider, n'est pas une tâche facile.

En Irak, environ 100 000 réfugiés syriens sur les 143 000 présents dans le pays, vivraient en zones urbaines - dont 40% d'enfants âgés de moins de 18 ans. Les photos suivantes, prises par Brian Sokol dans la ville d'Erbil au nord de l'Irak, donnent un aperçu de la vie de certains de ces jeunes réfugiés urbains. Elles montrent la dureté de la vie quotidienne mais aussi la résilience, l'adaptabilité et le courage de ces jeunes dont la vie a été bouleversée au cours des deux dernières années.

La vie est difficile à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan en Iraq. Le coût de la vie est élevé et il n'est pas facile de trouver du travail. Les réfugiés doivent aussi consacrer une part importante de leurs ressources limitées au loyer. Le HCR et ses partenaires, dont le Gouvernement régional kurde, se démènent pour aider les personnes dans le besoin.

Enfants d'Erbil : des réfugiés syriens dans une zone urbaine en Irak

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastationPlay video

Philippines : survivre au typhon Haiyan, un an après la devastation

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan a balayé le centre des Philippines, dévastant tout sur son passage et tuant des milliers de personnes. Un an après, la reconstruction dure toujours. Sur l'île de Leyte, Bartolome témoigne de la vie de sa famille, pendant plusieurs semaines dans un bateau échoué après la destruction de leur maison.
Iraq: Un généreux donateurPlay video

Iraq: Un généreux donateur

L'afflux de réfugiés est important à Dohouk où Fahrad a construit un camp, avec des tentes, de l'électricité, de l'eau ... un lieu de refuge. Sa compassion est sincère ... Dans son enfance, il avait également dû fuir sa maison.
Myanmar: Créer des liensPlay video

Myanmar: Créer des liens

Les ateliers de formation à la couture pour les déplacées kachin au Myanmar sont un succès. Ils leur permettent d'acquérir une compétence professionnelle, de construire une camaraderie entre bénéficiaires en créant des liens et des réseaux de soutien et, enfin, de renforcer leur confiance.