Bossangoa, une ville centrafricaine, perd son âme

Articles d'actualité, 12 février 2014

© HCR/J.Mathurin
Un employé du HCR visite l'Ecole Liberté à Bossangoa chaque matin pour s'entretenir avec les personnes y ayant trouvé refuge.

BOSSANGOA, République centrafricaine, 12 février (HCR) Zenabou se sent comme prisonnière dans sa propre maison. Ces dernières semaines, la violence intercommunautaire et les meurtres commis par des groupes rivaux essentiellement les musulmans séléka et les chrétiens anti-balaka l'ont forcée à fuir sa maison à Bossangoa, au nord-ouest de la République centrafricaine, avec ses sept enfants en quête d'un abri dans la ville à l'Ecole Liberté, tout comme des dizaines d'autres familles apeurées.

Cette femme pourtant sûre d'elle est terrifiée par tout ce qui se passe dans sa ville, et notamment par la prise pour cible de civils par des hommes armés sur des motifs religieux. « Bossangoa a toujours été une ville où les Musulmans et les Chrétiens vivaient côte à côte. Ca doit continuer », souligne-t-elle, ajoutant qu'en cas de poursuite des violences, « la ville risque de perdre son identité et son âme. » Ses mots en disent long sur cette communauté mixte, dans laquelle tous ont été affectés par un conflit ayant généré près de 840 000 personnes déplacées dans tout le pays.

Près de 1 000 Musulmans de Bossangoa ont fui depuis décembre dernier, quand des combattants anti-balaka ont commencé à tuer des civils à cause de leur religion. Ces personnes ont trouvé abri dans d'autres régions ou au Tchad. Ceux qui restent on compte 225 familles musulmanes à l'Ecole Liberté ont besoin de protection. A travers le pays, il y a des situations similaires avec de petites poches de personnes qui restent à tout prix chez elles malgré le danger, alors que des dizaines de milliers d'autres ont fui.

Le HCR est profondément alarmé par la dégradation de la situation humanitaire en République centrafricaine et l'institution est préoccupée par le bien-être des personnes déplacées à Bossangoa.

« Nous sommes ici pour écouter, nous rendre compte de la situation par nous-mêmes et prendre des mesures en préconisant des solutions », explique Jean Maturim, un employé local du HCR sur le terrain, ajoutant que le HCR se rend régulièrement dans l'École Liberté et à l'église catholique de Bossangoa depuis le début de l'année, en plaidant pour la réconciliation. Grâce à ces efforts, les deux communautés religieuses ont demandé des réunions et des ateliers pour les deux communautés.

Zenabou est dans son élément lors ces réunions très courues. Elle rappelle aux participants la longue tradition d'harmonie et de coexistence pacifique entre les communautés. Mais, à la fin d'une réunion, elle a tout de même confié au HCR ses craintes et son sentiment d'être prise au piège. « Parce que vous [le HCR] êtes ici, ces voyous n'oseront pas nous tuer », affirme-t-elle.

Son inquiétude est réelle. Des voyous et des miliciens anti-balaka errent dans les rues, en passant parfois par l'école et en criant des propos menaçants aux familles se trouvant à l'intérieur. Les troupes internationales pour le maintien de la paix les empêchent de rentrer, tout comme la présence d'institutions comme le HCR et Catholic Relief Services. Mais les personnes à l'intérieur de l'école sont terrifiées et c'est un rappel quotidien du danger.

« Nous sommes ici en tant que témoins de la communauté internationale, qui peut jouer un rôle essentiel pour rassembler les populations, trouver des solutions et prévenir de la dégradation de situations comme celle-ci », explique Josep Zapater, employé du HCR en charge de la protection.

Dans ce rôle, le personnel du HCR s'est pris d'admiration pour la fière communauté de l'École Liberté et surtout Zenabou, qui est viscéralement attachée à sa ville. Fille d'un commerçant camerounais et d'une migrante du Niger, Zenabou est née à Berbérati au sud-ouest de la République centrafricaine. Elle a ensuite déménagé à Bossangoa, où elle s'est mariée à l'âge de 13 ans. Elle a dû travailler d'arrache-pied pour subvenir aux besoins de ses enfants.

Sa vie n'a pas été toujours facile mais elle explique que la vie à Bossangoa est captivante. Elle s'y est fait beaucoup d'amis et c'est là où ses enfants ont leurs racines. « Ils sont ce qui compte le plus pour moi et c'est pourquoi je ne veux plus jamais qu'ils soient déplacés », souligne-t-elle.

Zenabou avait déjà été déracinée deux fois : une fois en 2003, lors du coup d'Etat qui avait mené François Bozizé au pouvoir puis en mars 2013, lorsque les rebelles séléka l'ont renversé. Dans les deux cas, elle a fui dans la brousse avec ses voisins chrétiens. « Ce fut un moment terrible dans la vie de ma famille. Mais les amitiés fortes avec d'autres personnes déplacées nous ont gardés en vie », explique-t-elle.

Ces liens d'amitié demeurent toujours aussi forts, malgré la violence qui les entoure. Les amis de Zénabou à Bossangoa, dont la plupart sont des chrétiens, sont comme une deuxième famille pour elle. Une amie, Marie, a également fui sa maison et elle a trouvé refuge dans l'église. Il est trop dangereux pour Zenabou de quitter l'école. De ce fait, Marie rapporte pour elle et ses enfants des fruits et des légumes frais et elles discutent ensemble.

Même si l'amitié est une force puissante, d'aucuns craignent qu'il ne soit déjà trop tard pour Bossangoa et même pour toute la République centrafricaine à moins que la communauté internationale n'œuvre conjointement de toute urgence pour rétablir la paix et restaurer l'autorité étatique.

Zenouba n'abandonnera jamais. « Bossangoa est ma maison », déclare-t-elle, « et le sera pour toujours. »

Par Hugo Reichenberger à Bossangoa, République centrafricaine

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Conflit en République centrafricaine

Depuis décembre 2012, la République centrafricaine est prise dans un cercle vicieux de violences qui a causé la mort de 400 personnes et durant lequel 800 maisons ont été réduites en cendres. Cette violence a poussé jusqu'à 400 000 personnes à fuir leurs maisons en quête de sécurité. Beaucoup parmi les personnes déplacées vivent dans la brousse et elles ont besoin d'abri, de nourriture, d'eau, d'installations sanitaires et de soins de santé, tout spécialement durant l'actuelle saison des pluies. De plus, de nombreux enfants ont été séparés de leur famille dans le chaos de la fuite éperdue. Beaucoup des personnes affectées sont originaires de régions en dehors de Bangui, la capitale, principalement depuis la préfecture d'Ouham où se trouvent 175 000 déplacés, et notamment près de 40 000 d'entre eux à Bossangoa. Dans cette ville, quelque 37 000 déplacés campent dans des conditions désastreuses dans l'enceinte d'une église catholique et des centaines d'autres dans une école et un hôpital. Le photographe Boris Heger se trouvait dans cette région il y a quelques mois et il avait capturé ces images fortes. A ce jour, les déplacés ont toujours besoin d'aide et la situation demeure instable.

Conflit en République centrafricaine

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

En République centrafricaine, 800 000 personnes sont déplacées depuis les combats ayant débuté le 5 décembre entre les rebelles séléka en majorité musulmans qui s'étaient emparés du pouvoir en mars et les milices chrétiennes connues sous le nom d'anti-balaka. Les civils sont les victimes de cycles d'attaques de représailles menées par les deux parties dans un pays où les groupes religieux vivaient en harmonie avant la spirale de violence datant du coup d'Etat de 2013. Un cinquième de la population est désormais déplacée. La majorité de ceux qui fuient la violence se réfugient chez des proches, des collègues de travail, dans des églises ou des mosquées.

Des batailles de rue ont déplacé environ 400 000 personnes uniquement à Bangui, la capitale. Quelque 100 000 d'entre elles ont trouvé refuge à l'Aéroport international et bénéficient d'une relative protection de la part d'une force de l'Union africaine et des militaires français qui sont basés à l'aéroport. A la fois les civils chrétiens et musulmans craignent des attaques de représailles de la part des rebelles et des militants si d'aventure ils rentraient chez eux. D'énormes défis humanitaires sont à relever pour approvisionner les camps en abris, en eau potable, en latrines, en vivres et pour assurer des soins médicaux. Le HCR a répondu en fournissant des tentes et des articles non alimentaires aux personnes déplacées à l'aéroport et dans des églises dans la capitale.

Crise en République centrafricaine : les Chrétiens se réfugient à l'Aéroport international et dans des églises catholiques

République centrafricaine : une crise oubliéePlay video

République centrafricaine : une crise oubliée

Lors d'une mission en République centrafricaine, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a décrit la violence et le déplacement forcé survenant dans le pays comme étant une tragédie silencieuse.
Des réfugiés centrafricains fuient vers le TchadPlay video

Des réfugiés centrafricains fuient vers le Tchad

La guerre se déroulant en République centrafricaine a reçu peu d'attention de la part des médias, en comparaison avec le conflit du Darfour, alors que ses effets sont semblables. Plus de 17 000 Centrafricains ont traversé la frontière vers le Tchad depuis janvier 2009, portant ainsi le total des réfugiés centrafricains à près de 70 000 dans ce pays.