Une mère somalienne attend de revoir ses enfants en Suisse

La parole aux réfugiés, 28 janvier 2014

© HCR/S.Hopper
Nimo ne peut retenir ses larmes quand elle pense à ses enfants restés en Ethiopie.

GENÈVE, 24 janvier (HCR) Nimo, une réfugiée somalienne âgée de 26 ans, porte un voile bleu turquoise et un haut rouge et blanc. On pourrait penser qu'elle est gaie et enjouée.

Toutefois, à l'évocation de ses enfants, ses grands yeux ronds se remplissent de larmes et elle commence à balancer sa tête d'avant en arrière. « C'est difficile pour moi de parler de mes enfants. Ils me manquent tellement. Quand je parle d'eux, je suis triste pendant plusieurs jours », explique-t-elle.

Jusqu'à récemment, ses quatre garçons (âgés entre huit et 15 ans) nés de l'union avec son premier mari aujourd'hui décédé, vivaient sous la garde de sa mère dans le camp de réfugiés d'Awbare, au nord-est de l'Ethiopie. Début novembre, durant l'une de ses dernières conversations téléphoniques régulières et couteuses pour avoir de leurs nouvelles, elle a été informée du décès de sa mère. Ses garçons vivent donc désormais livrés à eux-mêmes.

« Mes enfants sont sans parents et tout seuls. Personne n'en a la garde. Cela m'empêche de dormir ! » explique-t-elle dans un sanglot, durant une rencontre avec le HCR dans une ville au centre de la Suisse où elle vit avec ses deux derniers enfants nés en Suisse et leur père. « Je n'attends qu'une seule chose, c'est que nous soyons tous réunis », ajoute-t-elle.

Sa quête a commencé il y a cinq ans, lors de son arrivée en Suisse après avoir fui la Somalie avec son mari Saleban. Elle a reçu un soutien précieux et une aide juridique de la part de la Croix-Rouge suisse.

Bien que Nimo ait fui un pays déchiré par la violence et le conflit, elle n'a pas le droit au statut de réfugié en Suisse. Au lieu de cela, elle a reçu un titre de séjour provisoire au motif qu'un retour dans son pays mettrait sa vie en péril, même si ce n'est pas formalisé. De ce fait, elle ne peut pas exercer tous ses droits au contraire des réfugiés enregistrés.

Les personnes admises en Suisse avec un titre de séjour provisoire n'ont pas le droit de faire venir les membres de leur famille en Suisse, à moins de prouver qu'elles gagnent suffisamment d'argent pour subvenir aux besoins de la famille, ce qui est pratiquement impossible.

Le titre de séjour provisoire est considéré par beaucoup comme un abus du système d'asile suisse pour son titulaire qui se trouve dans un vide juridique, sans pouvoir faire valoir les traumatismes subis dans le passé, ni avoir aucune perspective d'avenir, ni être jamais pleinement accepté dans son nouveau pays.

Mais, pour Nimo, retrouver ses enfants est une mission d'amour qu'elle mène avec détermination. Celle-ci est en partie alimentée par un sentiment de culpabilité de ne pas avoir emmené ses quatre garçons plus âgés avec elle jusqu'en Europe.

Elle avait d'abord pensé à quitter la Somalie après que le père de ses quatre garçons ait été abattu, il y a plus de cinq ans, par un groupe armé à Mogadiscio, la capitale instable de la Somalie. Elle était inquiète de la sécurité et de l'avenir de ses fils s'ils restaient dans la ville déchirée par la guerre avec des perspectives d'avenir limitées.

Elle est restée et elle s'est mariée avec Saleban. Mais la situation sécuritaire s'est encore dégradée et, après maintes réflexions, elle a décidé de partir, à la fois pour la sécurité de ses enfants et pour leur avenir. Le couple avait des moyens limités et cela signifiait de laisser temporairement les quatre enfants auprès de la mère de Nimo. Ils prévoyaient de les faire venir plus tard.

Elle a toutefois découvert que la procédure pour le regroupement familial n'était pas aussi simple. Puis elle a appris les nouvelles inquiétantes de la mort de sa mère. Son cœur s'est encore serré lorsqu'elle a su que la sœur de son premier mari était en Ethiopie pour tenter de reprendre les garçons à Mogadiscio auprès de la famille. La dernière fois que son fils aîné, Ahmed, a rendu visite sur place à la famille de son père, il avait été emmené par la milice Al -Shabaab qui l'avait recruté en tant que soldat.

La communauté somalienne en Suisse s'est ralliée derrière Nimo et sa famille, en réunissant 2 000 dollars pour retrouver et sauver le garçon. Ahmed est maintenant en sécurité, de retour auprès de proches en Ethiopie.

Parallèlement, Nimo a reçu d'autres soutiens, notamment de la part du HCR. « Le HCR souhaiterait que les personnes fuyant les conflits et la violence bénéficient d'une véritable protection avec un permis de séjour en Suisse ou qu'elles puissent au moins exercer des droits similaires à ceux des réfugiés. Ce titre de séjour devrait permettre le regroupement familial et l'insertion de ces personnes dans la société pour qu'elles puissent subvenir à leurs besoins », déclare Pascal Schwendener, chargé des relations extérieures et basé à Genève.

Malgré les revers et le vide juridique qu'elle subit en Suisse, elle n'a pas renoncé à revoir ses garçons. « Je ne perds pas espoir ! » insiste-t-elle.

[A la publication de cet article, le HCR a appris que la Suisse avait accepté le regroupement familial de Nimo avec ses quatre garçons. Ils vont bientôt quitter une région aride de l'est de l'Ethiopie pour un avenir plus prometteur dans les montagnes suisses.]

Par Suzy Hopper à Genève, Suisse

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Plus de 800 personnes ont participé à la cérémonie annuelle de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés à Genève le 1er octobre 2012. La lauréate de cette année, Hawa Aden Mohamed, est somalienne. Elle n'a pas pu se joindre à la cérémonie pour des raisons de santé, mais elle avait enregistré un message vidéo. En l'absence de l'ex-réfugiée, le Haut Commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a remis la distinction à sa soeur, Shukri Aden Mohamed.

L'humanitaire de 63 ans, éducatrice et défenseur des droits de la femme, plus connue sous le nom de « Maman Hawa », a été honorée pour son dévouement inlassable - dans des conditions extrêmement difficiles - pour aider les réfugiés et les déplacés, principalement des femmes et des jeunes filles mais aussi de jeunes garçons.

Elle a surtout été reconnue - en tant que co-fondatrice du Centre d'éducation de Galkayo pour la paix et le développement en Somalie dans la région de Puntland - pour avoir aidé des milliers de femmes et de jeunes Somaliennes déplacées, beaucoup d'entre elles ayant été victimes de viol. Le centre assure l'enseignement secondaire ainsi que l'apprentissage de l'autonomie.

Durant la cérémonie de remise, les spectacteurs ont entendu une allocution de la militante pour la paix libérienne, Leymah Gbowee, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011. Une vidéo a été diffusée en l'honneur de Mama Hawa. La cantatrice soprano et Ambassadrice honoraire à vie auprès du HCR, Barbara Hendricks, et le musicien suisse, Bastian Baker ont interprêté des morceaux musicaux.

Cérémonie de remise de la distinction Nansen pour les réfugiés

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.