Des réfugiés accueillent à leur tour des déplacés sud-soudanais

La parole aux réfugiés, 30 janvier 2014

© HCR/K.McKinsey
Mengistu Okuch est réfugié éthiopien au Soudan du Sud. Il lave sa voiture qu'il a utilisée en décembre 2013 pour porter secours à son oncle et à 15 autres membres de la famille – tous des ressortissants sud-soudanais – alors qu'ils fuyaient la violence déchirant leur propre pays. Il les a accueillis chez lui auprès de sa petite famille et ils partagent les maigres rations de la famille.

INSTALLATION DE GOROM, Soudan du Sud, 30 janvier (HCR) Ce ne sont pas toutes les familles qui pourraient accueillir chez elles 16 invités du jour au lendemain. C'est ce que vient de faire le réfugié éthiopien Mengistu avec son oncle un ressortissant sud-soudanais qui était déplacé par la violence déchirant son pays.

Mengistu, âgé de 33 ans, avait trouvé refuge au Soudan du Sud en 2006. Un jour, le mois dernier, il a reçu un appel de son oncle, Akway, lui disant que lui, ses deux épouses et leurs 13 enfants avaient fui à pied Bor, leur ville d'origine, et qu'ils marchaient déjà depuis plus de deux jours. Les forces gouvernementales disent avoir désormais repris le contrôle de Bor aux forces d'opposition. Des reportages TV montrent que la ville a été rasée.

Akway, âgé de 48 ans, est infirmier en salle d'opération à l'hôpital. Il ne s'est pas attardé à Bor durant les affrontements. A l'éruption des premières violences au Soudan du Sud à la mi-décembre, il est allé chercher sa famille et ils ont fui.

« Nous habitions dans le meilleur endroit possible, mais nous avons fui », explique-t-il en anglais. « J'ai tout abandonné. Ces vêtements, je les ai reçus de quelqu'un », dit-il, en montrant le costume gris qu'il porte aujourd'hui dans l'installation de réfugiés. « Sur la route, mes épouses nourrissaient les enfants seulement avec des biscuits cassés que d'autres avaient laissé tomber dans la poussière quand ils fuyaient aussi. »

Peu après, les enfants, âgés entre trois et 20 ans, ont commencé à avoir des diarrhées, qu'il a soignées avec des racines trouvées le long de la route, en ayant recours à la médecine traditionnelle ainsi qu'à sa formation médicale. La distance depuis Bor vers Juba est de plus de 200 kilomètres. Avec des tirs tout autour d'eux, ses enfants qui pleuraient et ses épouses qui lui reprochaient la situation, il a finalement téléphoné à Mengistu après au moins deux nuits passées en plein air.

Mengistu est chauffeur et, ce qui est peu courant pour un réfugié dans cette région du monde, il est propriétaire d'une voiture à quatre roues motrices. Il l'a reçue en cadeau de la part d'un homme dont la vie avait été sauvée par le père de Mengistu, aujourd'hui décédé.

C'est dans cette voiture qu'il est allé chercher son oncle, Akway, et qu'il y a fait rentrer la famille toute entière pour les ramener vers son humble abri qu'il partage avec sa femme et leurs deux enfants à Gorom, une installation accueillant 2 400 réfugiés éthiopiens et localisée à 25 kilomètres de Juba, à l'ouest de la capitale du Soudan du Sud. Depuis l'éruption des combats à travers le pays, environ 500 Soudanais du Sud y ont également trouvé abri.

En se rappelant de la soirée où il a ramené la famille élargie de son oncle à la maison, Mengistu explique : « Quand ils sont arrivés, ils avaient peur mais nous leur avons dit, 'faisons confiance à Dieu, car notre Dieu est avec nous'. »

La famille de Mengistu est heureuse de partager ses rations alimentaires avec tous ses invités. « Le problème, c'est que nous n'avons pas assez de vivres », dit-il. « Nous les hébergeons depuis une semaine maintenant. Cette semaine, nous avons partagé la nourriture et, maintenant, nous n'avons plus de réserves. Je ne sais pas comment trouver une solution. »

Des employés du HCR pour les services communautaires se sont récemment rendus après de la famille pour évaluer leurs besoins afin qu'ils puissent continuer à accueillir la famille. Ils se sont également informés du bien-être de tous les réfugiés ainsi que des Sud-Soudanais qui ont trouvé refuge ici.

« Selon nos informations, ils ont fini les vivres qu'ils avaient avant la fin du mois car ils les ont partagés pour venir en aide aux nouveaux arrivants », explique Joyce Nduru, employée du HCR en charge des services communautaires.

Mengistu relève l'ironie de la situation avec des réfugiés hébergeant des citoyens de leur pays d'accueil où il a trouvé la protection ainsi que d'autres Ethiopiens. Mais il dit qu'il pourrait difficilement refuser d'accueillir ses proches sud-soudanais.

« Quand ils sont venus ici, nous ne les avons pas chassés », explique Mengistu. « Nous les acceptons, car nous ne faisons qu'un. Nous avons déjà vécu ce qui leur est arrivé. »

Par Kitty McKinsey à l'installation de Gorom, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Camp de Bonga, Ethiopie

Le camp de Bonga est situé dans la région tourmentée de Gambella, à l'ouest de l'Éthiopie. Contrairement au camp de Fugnido et à la ville de Gambella toute proche, il a été épargné par les conflits ethniques qui ont fait des ravages ces derniers mois.

Pour les 17 000 réfugiés soudanais du camp de Bonga, la vie poursuit son cours malgré les troubles dans la région. Les enfants réfugiés vont à l'école et jouent tandis que leurs parents améliorent l'aide fournie par l'UNHCR en participant à des projets d'autosuffisance.

La vie culturelle n'est pas en reste, avec notamment les cérémonies traditionnelles de la tribu majoritaire Uduk. D'autres communautés ethniques - les Shuluks, les Nubas et les Équatoriens - se sont aussi bien intégrés dans le camp, comme en témoigne la réception réservée aux nouveaux arrivants transférés de Fugnido à la fin 2002.

Camp de Bonga, Ethiopie

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.