Appel conjoint en Turquie pour une solidarité envers les pays hôtes de réfugiés syriens

Articles d'actualité, 17 janvier 2014

© HCR
Le Ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu et le Haut Commissaire António Guterres rencontrent des enfants réfugiés syriens.

CAMP DE REFUGIES DE HARRAN-KÖKENLI, Turquie, 17 janvier (HCR) Le HCR s'est joint vendredi à l'appel lancé par de hauts représentants libanais, jordaniens, turcs, iraquiens et égyptiens à la communauté internationale pour améliorer la solidarité avec les pays accueillant la majorité des réfugiés ayant fui le conflit en Syrie.

L'appel a été lancé dans une déclaration conjointe publiée lors d'une visite au camp de réfugiés de Harran-Kökenli, dans le sud-est de la Turquie, où sont actuellement hébergés 14 000 réfugiés syriens. Parmi les hauts représentants ayant participé à cet appel, il y a le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres, le Ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davuto?lu, le Ministre iraquien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari, le Ministre jordanien de la Planification et de la coopération internationale Ibrahim Saif, le Ministre adjoint égyptien des Affaires étrangères Randa Labib et le Coordonnateur libanais pour les réfugiés, Makram Malaeb.

Dans leur déclaration, ils déplorent également l'étendue des souffrances humaines engendrée par la crise syrienne, son impact déstabilisateur envers la région toute entière ainsi que la menace pour la paix et la sécurité mondiales. Ils ont réitéré que l'afflux de réfugiés résultait de la tragédie humanitaire en Syrie, et ont souligné que, sans rétablir la stabilité ou la sécurité, une solution demeurerait difficile à atteindre.

« Il ne peut clairement y avoir une solution militaire à ce conflit. La solution doit être politique », peut-on lire dans la déclaration conjointe. « Nous lançons donc un appel à toutes les parties au conflit pour qu'elles mettent de côté leurs divergences et qu'elles se rassemblent à la conférence Genève II le 22 janvier. Des mesures concrètes doivent y être prises pour trouver une solution politique et faire cesser le conflit. »

On peut également lire que « la conférence Genève II ne peut rester indifférente à la dimension humanitaire du conflit syrien et aux souffrances dramatiques endurées par le peuple syrien. Les conditions doivent être créées pour un accès sans restriction à toutes les victimes du conflit, où qu'elles se trouvent à l'intérieur de la Syrie. »

Dans leur déclaration, les hauts représentants ont également réitéré leurs appels lancés en octobre dernier, lors d'une réunion internationale dirigée par le HCR à Genève, pour davantage de soutien financier et de solidarité afin d'aider à soulager la charge portée par les Etats voisins.

Les ministres et le HCR ont encouragé les autres pays à garder leurs frontières ouvertes pour les Syriens en quête de protection, à améliorer encore la réinstallation et les programmes d'admission pour des motifs humanitaires pour les réfugiés, ainsi qu'à introduire davantage de flexibilité dans les procédures de regroupement familial et de demandes de visas pour les Syriens. De plus, le HCR a appelé à un moratoire global concernant les expulsions de Syriens vers la Syrie et les pays de la région qui accueillent la grande majorité des réfugiés.

On compte désormais plus de 2,3 millions de réfugiés syriens enregistrés dans la région, y compris environ 869 000 au Liban, 600 000 en Jordanie, 582 000 en Turquie, 213 000 en Iraq et plus de 132 000 en Egypte. Les gouvernements estiment que les chiffres réels sont encore plus élevés. De plus, environ 6,5 millions de personnes au total sont déplacées à l'intérieur de la Syrie.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Une escalade des combats au nord de la Syrie depuis le 3 juin a généré quelque 23 135 nouveaux réfugiés qui ont tenté de passer la frontière vers la province de Sanliurfa au sud de la Turquie. Environ 70 pour cent d'entre eux sont des femmes et des enfants, selon les informations reçues par le HCR cette semaine.

La plupart des nouveaux arrivants sont des Syriens ayant fui les combats entre des forces militaires rivales dans et autour de la ville frontalière clé de Tel Abyad. Cette ville est située en face d'Akcakale du côté syrien de la frontière. Ces tout derniers arrivants ont rejoint les rangs d'environ 1,77 million de réfugiés syriens qui se trouvent déjà en Turquie.

L'afflux comprend également jusqu'à 2 183 Iraquiens originaires des villes de Mossoul, Ramadi et Faloujah.

Selon le personnel du HCR sur le terrain, la plupart des réfugiés sont épuisés et ils transportent avec eux quelques affaires. Certains ont marché durant des jours. Ces derniers jours, les personnes ont fui directement vers Akcakale pour échapper aux combats à Tel Abyad, une ville où le calme serait actuellement revenu.

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Infographie : Syrie

Le conflit syrien entre dans sa 5e année. 3,9 millions de réfugiés syriens sont des réfugiés. Voici les pays où ils ont fui.

Infographie : Syrie

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Une violente tempête hivernale a balayé le Moyen-Orient cette semaine apportant des températures glaciales, des vents violents et d'abondantes chutes de neige. Dans la plaine de la Bekaa au Liban, plus de 400 000 réfugiés endurent de difficiles conditions hivernales. Le niveau des chutes de neige n'avait pas été observé depuis de nombreuses années.

Dans la plaine de la Bekaa, les réfugiés ont trouvé abri dans toutes sortes de refuges allant de bâtiments abandonnés à des garages, des hangars, des appartements et des installations informelles. Les conditions sont les plus difficiles dans les installations, car les toits des abris de fortune risquent de s'effondrer sous le poids de la neige.

Malgré les équipements contre les conditions hivernales qui ont été fournis, le HCR demeure préoccupé. Le HCR a fait son possible mais la situation au Liban demeure précaire pour les réfugiés, étant données les conditions extrêmement précaires dans lesquelles ils vivent et le fait que la population soit dispersée. Le défi est constant pour assurer que les réfugiés dans plus de 1700 localités demeurent en sécurité et au chaud pendant les mois d'hiver et qu'ils disposent de ressources suffisantes pour survivre aux tempêtes hivernales.

Le photojournaliste Andrew McConnell a passé deux jours dans la plaine de la Bekaa, et il fait le récit de la situation pour le HCR.

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.