Après un voyage périlleux pour fuir la guerre, les Syriens reçoivent un accueil glacial en Europe

Articles d'actualité, 27 décembre 2013

© HCR/K.Kehayioylou
Hamadheir, un réfugié syrien, allume une bougie dans le sous-sol froid et abandonné d'Athènes qu'il occupe avec sa mère, Rajaa, et ses deux jeunes soeurs, depuis que sa famille a fui la guerre ravageant leur patrie, la Syrie.

ATHÈNES, Grèce, 27 décembre (HCR) Rajaa et ses trois enfants ont fait un voyage déchirant et périlleux pour atteindre ce sous-sol d'Athènes, éclairé uniquement par une petite lanterne et une bougie. Même si la famille est protégée de la pluie qui tombe à l'extérieur, il n'est pas étonnant que ses membres ne s'y sentent pas en sécurité.

Rajaa est âgée de 42 ans. Elle a fui la guerre en Syrie avec son fils adolescent et ses deux petites filles. La famille a rejoint le Liban il y a quelques mois pour retrouver le père des enfants qui y travaillait. Ils ont été dupés par un passeur qui avait promis de les emmener en Suède, mais il a disparu avec leurs précieux 30 000 dollars.

Avec le peu d'argent qui leur restait, son mari l'a envoyée avec leurs trois enfants pour un voyage par la route qui s'est terminé sur une embarcation pneumatique à Izmir, en Turquie, tandis que lui restait au Liban. Il y avait 35 hommes, sept femmes et sept enfants sur cette embarcation impropre à la navigation, tous essayant de passer outre un mur d'enceinte fortement gardé et long de 12,5 kilomètres, à la frontière entre la Grèce et la Turquie.

Après plus de trois heures en mer, ils étaient à moins de 100 mètres de la côte grecque lorsque l'embarcation a commencé à sombrer. Au même moment, explique Rajaa, un navire des garde-côtes grecs a braqué un projecteur sur eux, mais il ne leur a pas porté secours.

« Nous avons failli perdre Leima », dit-elle, en parlant de sa fille de deux ans. « C'est un véritable miracle si nous sommes tous en vie. Chaque homme a pris en charge un enfant et une femme et ils nous ont amené à la nage jusqu'au rivage ». Elle explique qu'une fois sur le rivage, trempés, frigorifiés et épuisés, ils ont été accueillis par des hommes en uniforme pointant des fusils sur eux.

De plus en plus de Syriens prennent la mer pour rejoindre l'Europe depuis la construction du mur et le renforcement des patrouilles frontalières ces 16 derniers mois. Les statistiques grecques font état de plus de 7 600 Syriens qui ont été arrêtés pour être entrés ou avoir séjourné illégalement dans le pays au cours des 11 premiers mois de l'année.

Avec un nombre croissant de Syriens qui rejoignent les côtes européennes, « personne ne s'attend à ce que la Grèce assume seule ce fardeau », explique Laurens Jolles, Représentant régional du HCR pour l'Europe du Sud. « Le HCR met tout en œuvre pour rappeler à la communauté européenne le besoin de faire preuve de solidarité et de responsabilité en aidant les pays situés aux frontières externes de l'Union européenne (UE). »

Il ajoute que le cas de la Syrie « est actuellement la plus grande situation d'urgence humanitaire » et en dépit des défis qu'elle pose, refuser les demandeurs d'asile n'est pas la solution.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a également fait part de son inquiétude sur les graves lacunes constatées dans la protection des Syriens arrivant en Europe et il a exhorté les États à une approche plus généreuse et cohérente dans l'accueil des Syriens cherchant refuge et asile en Europe.

Après leur arrivée sur cette plage grecque, le voyage s'est poursuivi, jusqu'à ce que toute la famille, y compris le fils aîné Hamadheir, âgé de dix-sept ans et Lamar, âgée de cinq ans, arrive dans un quartier d'Athènes où vivent de nombreux Syriens. Ils ont passé une nuit glaciale dans un parc jusqu'à ce qu'un Palestinien indique à la famille de Rajaa qui est d'origine palestinienne le sous-sol abandonné qui est devenu leur foyer. Il n'y a ni électricité, ni chauffage mais, au moins, ils sont à l'abri des éléments.

Toutefois, Rajaa ne se sent pas en sécurité, parce qu'elle sait que bien que la Grèce autorise les Syriens à rester six mois dans le pays sans les menacer d'expulsion forcée, ils n'ont aucun autre droit.

« Les Syriens peuvent introduire une demande d'asile en Grèce, mais ils ne voient pas l'utilité de le faire, puisqu'ils ne souhaitent pas rester ici », explique le Dr Maarouf Alobeid, un médecin syrien qui a vécu en Grèce pendant 30 ans et a soigné la petite Leima. Avec d'autres personnes de la communauté syrienne, le médecin apporte de la nourriture et des médicaments à la famille.

Il dit que la crise économique qui sévit en Grèce depuis cinq ans décourage de nombreux réfugiés syriens à rester dans le pays. Ils ne reçoivent que peu de soutien des autorités, dit-il, et nombre d'entre eux préfèrent poursuivre leur route vers d'autres pays européens où ils ont de la famille.

Toutefois, cette situation peut poser problème, explique Laurens Jolles du HCR. « Il est très difficile pour ces personnes de se déplacer légalement en Europe », précise-t-il. « Les politiques européennes pour le regroupement familial doivent être plus souples, en particulier en cas de situation d'urgence comme celle à laquelle nous sommes confrontés dans le cadre de l'exode de réfugiés syriens.

Rajaa a le sentiment qu'elle ne peut plus faire marche arrière sa maison en Syrie a été détruite par des tirs d'artillerie et qu'elle ne peut pas aller de l'avant. Elle aimerait rejoindre son fils aîné de 22 ans qui est un réfugié reconnu dans un autre pays européen, mais la réglementation européenne actuelle ne le lui permet pas.

En regardant son unique bougie dans ce sous-sol froid, elle soupire : « Seul Dieu peut nous aider ».

Par Ketty Kehayioylou à Athènes, Grèce

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés iraquiens en Syrie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés est de plus en plus préoccupée par la violence en Iraq et par l'absence d'une réponse humanitaire internationale face au nombre très important de personnes déplacées. Suite à une mission d'évaluation effectuée en novembre 2006, des responsables de l'UNHCR ont signalé que l'agence faisait face à une crise humanitaire de plus grande ampleur que celle prévue pour 2002-2003. Cependant l'UNHCR et les autres organisations manquent cruellement de fonds pour venir en aide aux personnes déplacées en nombre croissant. Pour combler ce manque de financement, l'UNHCR a donc publié en janvier 2007 un appel de 60 millions de dollars pour financer ses programmes d'assistance aux réfugiés iraquiens en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie, ainsi qu'aux réfugiés non iraquiens et aux déplacés internes au sein de l'Iraq déchiré par la guerre.

Plus le conflit durera en Iraq, plus la situation deviendra difficile pour des centaines de milliers de déplacés ainsi que les communautés qui tentent de les aider - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iraq. Le fardeau pour les gouvernements et les communautés d'accueil de la région est important, il est donc essentiel que la communauté internationale soutienne les efforts humanitaires.

Réfugiés iraquiens en Syrie

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.