Des Centrafricains poussés par le désespoir risquent la traversée du fleuve vers la sécurité

Articles d'actualité, 17 décembre 2013

© HCR/M.L.Diop
Des civils continuent de risquer la traversée par bateau vers Zongo en République démocratique du Congo. Ici un groupe se prépare à être transféré depuis Zongo vers le camp de réfugiés de Molé.

ZONGO, République démocratique du Congo, 17 décembre (HCR) Au bord du fleuve Oubangui, un garde-frontière congolais porte son regard vers la République centrafricaine, si jamais un bateau arrivait avec, à son bord, des personnes fuyant la ville instable située en face.

Même si la frontière marquée par le fleuve entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo est officiellement fermée depuis le 8 décembre, beaucoup risquent leur vie chaque jour pour effectuer le trajet de deux kilomètres depuis Bangui, où les violences et les meurtres continuent d'alimenter un climat de peur généralisée.

Lundi, 1 815 personnes au total avaient effectué la traversée depuis vendredi et ont été enregistrées à Zongo sur la rive située en République démocratique du Congo. Un autre groupe de 175 personnes a été enregistré mardi. La plupart sont des femmes et des enfants. Beaucoup ont témoigné avoir fui vers la RDC après avoir vu des hommes armés frapper et tuer des civils. La pénurie de vivres a également poussé les civils à fuir.

Bangui semble si proche. Le clocher de St Paul, où des milliers de personnes ont trouvé abri après avoir fui les violences, est clairement visible depuis Zongo, d'où la traversée dure normalement cinq minutes en bateau rapide. Malgré le déploiement de troupes supplémentaires des Nations Unies pour le maintien de la paix, beaucoup d'habitants n'osent pas faire le voyage par crainte d'être la cible de tirs.

Désiré, âgé de 23 ans, fait partie des centaines de personnes arrivées en RDC après avoir traversé le fleuve Oubangui. « Je suis arrivé ce matin à 9h », explique-t-il au HCR ce week-end. « J'ai traversé en pirogue. J'étais caché au fond du bateau car j'avais peur d'être visé par des tirs », ajoute-t-il.

Il avait raison de s'inquiéter. Louise* a également fait le voyage ce week-end avec des proches. Elle a indiqué que des combattants de la coalition séléka ayant pris le contrôle de Bangui essayaient de tuer les personnes qui tentaient d'effectuer la traversée. « Nous les avons vu tirer sur des gens hier après-midi vers 15h lorsque nous avons essayé une première fois de traverser », explique cette jeune femme de 26 ans, dont le mari et le frère ont été tués à Bangui il y a une semaine.

Beaucoup de nouveaux réfugiés arrivés à Zongo ont expliqué que la situation était très dangereuse à Bangui. Ils ont signalé que le conflit et les meurtres poussaient les habitants à quitter leurs maisons par désespoir. « Ce matin, il y a eu des affrontements. Les séléka sont venus dans notre quartier. Ils ont torturé des civils et les ont tués », déclare Désiré. « J'ai fui. Ma famille a fui, tout le monde a fui mais je ne sais pas où ils se trouvent. Je suis arrivé ici tout seul. Je n'ai personne ici. »

Anna* a traversé le fleuve avec sa petite fille trois jours avant la fermeture de la frontière. Elle a expliqué avoir fui car la situation à Bangui devenait insupportable. Avec ses voisins, ils ont couru lorsque des hommes armés ont fait irruption dans son quartier et ont commencé à tuer des habitants.

« J'ai fui avec des voisins. Nous sommes allés au bord du fleuve que nous avons traversé à bord d'une pirogue », se rappelle Anna, en ajoutant qu'elle était inquiète pour ses deux enfants ainsi que pour son mari qui travaille dans le commerce. « Quand nous avons fui, les enfants étaient à l'école. Je ne sais toujours pas où ils se trouvent. »

Le HCR s'est entretenu avec de nombreux réfugiés à Zongo en République démocratique du Congo, qui ont indiqué que c'est le seul endroit où ils se sentent en sécurité. « Je sais qu'ici à Zongo, je suis en lieu sûr », souligne Désiré. Beaucoup craignent une escalade du conflit vers des violences sectaires.

Après leur arrivée en République démocratique du Congo, les réfugiés sont enregistrés par la Commission nationale pour les réfugiés et transférés vers le camp de réfugiés de Molé, un site qui accueille environ 5 200 réfugiés localisé à environ deux heures de bus depuis Zongo.

A Molé, les réfugiés reçoivent une aide d'urgence, qui comprend un abri, des couvertures, des matelas, des jerrycans, une batterie d'ustensiles de cuisine, du savon et de la nourriture. D'autres préfèrent rester chez des familles d'accueil à Zongo, en attendant des jours meilleurs à Bangui. Beaucoup décident finalement de rejoindre le camp de réfugiés.

Ils espèrent que la situation va s'améliorer et que le fleuve va rouvrir bientôt pour le commerce en temps de paix. « Quand le calme sera rétabli à Bangui, je rentrerai. Je ne sais pas si le calme va revenir de sitôt », a indiqué Anna.

Depuis le début du conflit il y a un an, plus de 45 000 réfugiés ont traversé la frontière vers cette province du nord de la République démocratique du Congo. Le HCR a ouvert quatre camps de réfugiés : trois dans la province Equateur et un dans la province Orientale. A ce jour, près de 20 000 réfugiés ont été transférés vers des camps de réfugiés.

* Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Céline Schmitt à Zongo, République démocratique du Congo

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel pour la protection des déplacés internes

Dans plus de 50 pays du monde entier, quelque 24 millions de personnes sont déracinées et déplacées dans leur propre pays suite à un conflit ou à des violations des droits de l'homme.

Personnes déplacées internes

Les personnes déplacées fuient en quête de sécurité dans d'autres régions au sein même de leur pays, où ils ont besoin d'une aide.

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Crise en République Centrafricaine : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de refugiés.

Donnez pour cette crise

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Une crise humanitaire silencieuse a lieu au nord de la République centrafricaine, où au moins 295 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons depuis mi-2005. Environ 197 000 personnes sont déplacées internes et quelque 98 000 autres ont trouvé refuge au Tchad, au Cameroun et au Soudan. Toutes sont victimes des combats entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales.

Nombre des déplacés internes vivent dans la brousse, non loin de leurs villages. Ils y ont construit des abris de paille et d'herbe, ils cultivent des légumes et ils crééent même des écoles de brousse pour leurs enfants. Cependant, l'accès à l'eau potable et aux soins de santé demeure un vaste problème. De nombreux enfants souffrent de diarrhées et du paludisme, mais leurs parents ont trop peur de les emmener dans des hôpitaux ou des cliniques pour les faire soigner.

Des gardiens de troupeaux au nord de la République centrafricaine sont la proie des zaraguinas - des bandits qui enlèvent des enfants contre rançon. Les villageois sont alors contraints de vendre leur bétail pour pouvoir payer les rançons.

Crise humanitaire silencieuse en République centrafricaine

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
République centrafricaine : une crise oubliéePlay video

République centrafricaine : une crise oubliée

Lors d'une mission en République centrafricaine, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres a décrit la violence et le déplacement forcé survenant dans le pays comme étant une tragédie silencieuse.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.