Le HCR et ses partenaires accélèrent l'aide aux réfugiés syriens avec l'arrivée de la tempête

Articles d'actualité, 12 décembre 2013

© HCR/A.McConnell
Chutes de neige dans la plaine de la Bekaa, la région de l'est du Liban la plus affectée par la tempête Alexa.

BEYROUTH, Liban, 12 décembre (HCR) Le HCR renforce les mesures pour protéger des centaines de milliers de réfugiés syriens au Liban, y compris 120 000 d'entre eux vivant sous des tentes légères, alors qu'ils sont confrontés à une tempête hivernale dans la région.

Avec le soutien des forces armées libanaises, le HCR et les ONG partenaires ont pu, en début de cette semaine, accélérer la distribution de kits d'abris d'urgence supplémentaires. Ces kits sont composés de bâches en plastique, de madriers et d'outils et ils sont distribués à des milliers de réfugiés vivant sous la tente dans la plaine de la Bekaa, à l'est du Liban, la région la plus affectée par la forte tempête « Alexa ».

Les équipes d'urgence ont continué leur travail mercredi, malgré les routes bloquées par le mauvais temps. Des logements alternatifs sont également préparés pour les réfugiés dont les tentes pourraient ne pas résister à la neige, à la pluie et aux inondations.

Environ 125 000 réfugiés vivant dans la plaine de la Bekaa ont reçu des kits d'hiver et 55 000 autres seront distribués ces prochains jours. Les agences humanitaires travaillant à travers le Liban ont distribué 255 000 couvertures et plus de 6 000 réchauds ces derniers mois. Environ 45 000 cartes de débit ATM (chacune étant chargée d'une valeur de 150 dollars) ont également été données aux familles vulnérables pour acheter des réchauds et du fuel supplémentaires.

La tempête Alexa a frappé le Liban mardi soir, avec des chutes de neige en altitude et des pluies ailleurs, ainsi que des vents violents. Selon les prévisions, les conditions devraient rester difficiles pendant plusieurs jours, avec de nouvelles chutes de neige prévues. Des informations provenant de la Syrie et de certaines régions de la Turquie font état des mêmes conditions météorologiques sur place.

Le HCR est particulièrement préoccupé pour les nombreux réfugiés au Liban vivant dans des logements de fortune, qui sont fragiles et insalubres. Le nombre de réfugiés au Liban s'est multiplié par cinq par rapport à l'année dernière.

« Pour les centaines de milliers de réfugiés au Liban et dans les pays voisins, ainsi que les personnes déplacées en Syrie, une tempête de ce type génère encore davantage de misère et de souffrances », a déclaré Amin Awad, Directeur au HCR du Bureau pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. « Avec l'aide du Liban, nous faisons notre possible pour fournir rapidement une aide supplémentaire aux personnes qui en ont désespérément besoin. Ceci se déroule en plus du programme de préparation aux conditions hivernales qui est déjà mené depuis ces derniers mois. »

Un certain nombre d'autres agences humanitaires travaillent aussi à l'équipement des réfugiés contre les conditions hivernales au Liban, y compris le Programme alimentaire mondial (PAM), le Conseil norvégien pour les réfugiés, l'Organisation internationale pour les migrations, Oxfam, Medair, Save the Children, World Vision, Humedica, Mercy Corps, Caritas et Handicap International.

Le HCR avait commencé à distribuer des couvertures à haute performance thermique et d'autres articles depuis le mois de novembre. À travers le Moyen-Orient, le HCR a distribué quelque 70 000 bâches goudronnées pour aider les réfugiés à mieux équiper leurs tentes ainsi que les abris pour l'hiver. Certains ont également reçu des radiateurs électriques ou fonctionnant au kérosène.

Le PAM et ses partenaires répondent aux besoins alimentaires des réfugiés syriens nouvellement arrivés dans les zones affectées par la tempête au Liban avec des stocks alimentaires suffisants pour nourrir 150 000 personnes. Ailleurs dans le pays, le PAM fournit une aide alimentaire, grâce à des cartes électroniques d'échange contre des vivres, à plus de 600 000 réfugiés syriens enregistrés par le HCR.

Le Liban est actuellement le plus grand pays d'accueil des réfugiés syriens dans la région, avec près de 840 000 Syriens qui sont enregistrés en tant que réfugiés ou en attente de l'être. Contrairement à d'autres pays voisins de la Syrie, il n'y a aucun camp de réfugiés établi. Les réfugiés vivent au sein de la communauté dans près de 1 600 différentes localités.

Le Liban a répondu généreusement à l'afflux de réfugiés. Plus tôt cette semaine les autorités ont permis de recourir à l'armée libanaise pour aider le HCR à accélérer la fourniture de l'aide contre les conditions hivernales. Dès mercredi, les efforts ont porté sur l'acheminement de l'aide dans certains des sites les plus touchés dans la plaine de la Bekaa. En Turquie, les équipes du HCR sur le terrain n'ont pas pu se rendre dans les camps autour de Kilis aujourd'hui, car la neige bloque les routes dans cette région.

Avec près de 2,3 millions de réfugiés syriens dans la région et des millions d'autres personnes déplacées en Syrie, les conditions hivernales sont une préoccupation majeure pour la communauté humanitaire. Le travail de préparation aux conditions hivernales vise à améliorer les abris, le chauffage ainsi qu'à fournir des couvertures et des vêtements. Ce travail est en cours depuis des mois. Le premier pont aérien transfrontalier depuis l'Iraq vers le nord-est de la Syrie, pour acheminer du matériel humanitaire supplémentaire afin d'équiper contre les conditions hivernales les populations déplacées, va débuter en fin de cette semaine, si les conditions météorologiques le permettent.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.