Décès ou survie : Les témoignages de personnes évacuées après le typhon Haiyan

La parole aux réfugiés, 15 novembre 2013

© HCR/R.Rocamora
Walter Valdez, un serveur de 33 ans, a perdu sa femme et trois enfants quand le typhon a frappé Tacloban. Deux autres de ses enfants sont portés disparus.

CEBU, Philippines, 15 novembre (HCR) Jane Ilagan savait que quelque chose ne tournait pas rond quand elle s'est aperçue que « la pluie avait un goût salé. » La forte marée liée à la tempête qui a accompagné le typhon Haiyan dans les premières heures du 8 novembre a inondé sa maison d'eau de mer et l'a poussée à fuir avec sa famille vers un lieu plus en altitude. Même là, l'eau lui arrivait encore jusqu'à la poitrine.

« Pendant sept heures jusqu'à ce que le niveau de l'eau redescende, nous avons dû lever les enfants pour qu'ils ne soient pas entièrement recouverts d'eau. Il faisait très froid et leurs lèvres devenaient noires », a expliqué cette mère d'un enfant et âgée de 33 ans, originaire de Guiuan. Sa ville est située dans le Samar oriental, au centre des Philippines. Cette province a été la première à avoir été frappée par le typhon dévastateur.

« Toutes les personnes qui vivaient près de la côte [à Guiuan] sont mortes », a expliqué Jane Ilagan. « J'ai de la chance d'être encore en vie. » Selon les Nations Unies, 11,8 millions de personnes ont été affectées par la catastrophe, y compris plus de 920 000 sans-abri. Les autorités estimaient jeudi le nombre de décès à plus de 3 600, mais ce nombre pourrait être plus élevé.

Walter Alvarez a failli mourir. Cet habitant de Tacloban, l'une des villes les plus durement frappées, est âgé de 23 ans. Il a retrouvé les corps sans vie de sa femme, sa fille et sa belle-mère quand l'eau s'est retirée. Deux autres de ses enfants sont portés disparus. Il a survécu car il s'est tenu à un cocotier. Il a serré l'arbre si fort qu'il s'est blessé aux bras et aux jambes. Une semaine après, les cicatrices disparaissent lentement.

Sa douleur d'avoir perdu des êtres chers est très vive. « Je ne peux pas supporter le chagrin et le traumatisme en restant à Tacloban », a-t-il indiqué, en expliquant la raison pour laquelle il avait décidé d'embarquer à bord du vol C130 de livraison d'aide géré par les militaires à Cebu il y a quelques jours.

A la fois Walter et Jane font partie des dizaines de personnes au centre de transit à Cebu pour les personnes évacuées par avion depuis des zones affectées par le typhon. Ici ils se sont enregistrés. Ils reçoivent des repas chauds et on leur a fourni des vêtements donnés par la communauté. Ils dorment dans le centre ou en plein air dans le jardin. Ils font la queue pour aller à l'un des deux toilettes disponibles.

Certains sont partis par leurs propres moyens mais beaucoup attendent une occasion de rejoindre Manille, la capitale des Philippines.

Jane a expliqué que sa famille élargie avait quitté Guiuan car les cocotiers étaient tous tombés. Pour les personnes qui comptent sur ces arbres pour tisser des matelas en tant que gagne-pain, les perdre veut dire perdre aussi son travail. Pour eux, c'est le moment d'aller voir ailleurs pour trouver les moyens de survivre.

« Nous n'avons pas d'argent pour aller à Manille par nos propres moyens », a indiqué Jane, qui se trouve au centre de transit de Cebu avec sa famille élargie depuis samedi. « Nous espérons que nous pourrons rejoindre Manille à bord d'un avion d'aide humanitaire. »

Walter soupire : « Je ne sais pas comment je vais y arriver tout seul. Je prévois d'aller à Manille et de recommencer une nouvelle vie. Peut-être qu'un jour, quand j'irai mieux, je retournerai à Tacloban. »

Le HCR travaille à Cebu pour coordonner la logistique de l'acheminement du matériel de secours pour les rescapés du typhon. L'organisation transporte par avion-cargo des tentes et des articles non alimentaires pour 80 000 personnes. Elle prévoit également de distribuer des lampes à énergie solaire pour renforcer la sécurité des femmes et des enfants vulnérables. En tant que co-chef de file, avec les autorités, du groupe de travail sur la protection dans le cadre de la réponse interagence à cette catastrophe naturelle, le HCR assure également une coordination et des prestations en matière de protection, en identifiant les personnes les plus vulnérables et en leur assurant l'accès à l'assistance et aux services essentiels.

Par Vivian Tan à Cebu, Philippines

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Dévastation aux Philippines après le passage du typhon Haiyan

Environ 13 millions de personnes ont été affectées lorsque le typhon Haiyan a frappé le centre des Philippines le 8 novembre dernier. Des milliers de personnes ont été tuées et près de trois millions d'autres seraient déplacées- Certaines d'entre elles vivent dans des sites d'hébergement temporaire, d'autres près des ruines de leur ancienne maison. La ville de Tacloban dans la province de Leyte a été l'une des zones les plus touchées. Une semaine le passage du typhon, une grande partie de la côte est détruite et des monceaux de débris bordent toujours les rues. En collaboration avec les autorités des Philippines, les agences partenaires de l'ONU et des ONG, le HCR achemine par avion du matériel d'urgence pour des milliers de rescapés. L'agence distribue des tentes, des bâches en plastique, des moustiquaires et d'autres articles de première nécessité. Le HCR codirige également, avec les autorités, le groupe de travail sur la protection, pour identifier les personnes vulnérables et veiller à ce qu'elles puissent accéder à l'assistance et aux services essentiels. Le HCR a lancé un appel de fonds d'un montant de 15 millions de dollars pour répondre à ces besoins vitaux. Le HCR est désormais présent à Tacloban et Ormoc dans la province de Leyte ainsi qu'à Guiuan, dans la province de Samar oriental.

Dévastation aux Philippines après le passage du typhon Haiyan

Typhon Haiyan, six mois après : La reconstruction

Le typhon Haiyan, qui avait dévasté le centre des Philippines, avait généré quatre millions de déplacés philippins. Six mois après, la région ressemble à un vaste chantier de construction. Les habitants reconstruisent leurs maisons détruites et tentent de recommencer une nouvelle vie. Beaucoup ont emménagé dans des maisons rénovées : Des milliers de personnes qui avaient fui vers Manille ou Cebu sont désormais rentrées dans leur ville ou village d'origine. Mais beaucoup vivent encore sous la tente ou dans d'anciens centres d'accueil d'urgence. Le retour à la normale se fait lentement. Beaucoup ont encore besoin d'aide. Le HCR travaille avec les autorités et d'autres partenaires pour trouver des solutions aux personnes déplacées. Le HCR a fourni une assistance à plus de 600 000 personnes, en distribuant du matériel pour les abris et des articles domestiques, comme des lampes à énergie solaire dans des zones où l'électricité n'est toujours pas rétablie. Le HCR appuie également un programme d'état civil mobile - dirigé par les autorités - afin que 100 000 personnes puissent continuer à accéder à la protection sociale, à l'éducation et à l'emploi. Six mois après le passage du typhon Hayian, le photographe Jeoffrey Maitem s'est rendu dans les communautés en cours de reconstruction.

Typhon Haiyan, six mois après : La reconstruction

Philippines: la ville de Tacloban dévastéePlay video

Philippines: la ville de Tacloban dévastée

Le typhon Haiyan a frappe les Philippines les 8 et 9 novembre. Parmi les régions les plus durement frappées, il y a Tacloban, Ormoc et Guiuan. Le HCR distribue du matériel de secours dans et autour de Tacloban et estime avoir déjà aidé environ 15 000 personnes.
Philippines: la ville de Tacloban dévastéePlay video

Philippines: la ville de Tacloban dévastée

Le typhon Haiyan a frappe les Philippines les 8 et 9 novembre. Parmi les régions les plus durement frappées, il y a Tacloban, Ormoc et Guiuan. Le HCR distribue du matériel de secours dans et autour de Tacloban et estime avoir déjà aidé environ 15 000 personnes.
Philippines : Paysans sans terre à MindanaoPlay video

Philippines : Paysans sans terre à Mindanao

Déplacée en raison des combats, une communauté autochtone des Philippines préfère recevoir une formation pour apprendre à défendre ses droits plutôt que de la nourriture ou des abris.