Les femmes réfugiées combattent l'ennui et les mauvais souvenirs en tissant des tapis

Articles d'actualité, 24 octobre 2013

© HCR
Une jeune femme met en pratique ses nouvelles compétences sur un métier à tisser au camp d'Adiyaman en Turquie.

CAMP DE REFUGIES D'ADIYAMAN, Turquie, 24 octobre (HCR) Après avoir vécu au milieu d'un conflit puis une fuite en exil, un camp de réfugiés offre l'hébergement, la sécurité, la nourriture et l'eau mais aussi le désœuvrement, les journées étant rythmées de tâches essentiellement banales.

Au camp de réfugiés d'Adiyaman dans le sud de la Turquie, un peu plus de 40 femmes mènent une vie différente. Elles ont d'abord acquis des compétences professionnelles et, maintenant, elles travaillent. Une grande tente localisée au centre de ce camp accueillant 10 000 réfugiés est devenue un atelier de tissage de tapis.

Le projet est mis en œuvre par la direction du camp avec l'aide et le financement de la municipalité locale, qui a fourni des métiers à tisser et d'autres équipements. Sous la direction d'un enseignant turc, les femmes apprennent les techniques de fabrication de tapis traditionnels et, dès les semaines suivantes, elles commencent à tisser leurs propres tapis.

« Ici, les femmes veulent travailler pour ne pas penser tout le temps à la Syrie et aux moments tragiques vécus chez elles », explique Rula Qasim, qui a fui les combats dans son pays il y a plus d'un an. Pendant des mois, elle a pensé à son pays et aux souvenirs qu'elle avait laissés derrière elle, jusqu'à ce que sa mère lui ait demandé de rejoindre l'atelier.

« Ce [travail] nous aide à oublier les traumatismes, comme celui de perdre des proches. On arrête de penser tout le temps aux enfants qui se trouvent encore en Syrie. Ce cours peut nous aider à aller mieux », explique-t-elle.

Le travail a d'autres avantages. Warda Beitun est âgée de 15 ans seulement, mais elle est employée dans l'atelier depuis presque un an et elle a terminé deux tapis. Les matériaux sont fournis par des sociétés turques qui viennent chercher les tapis finalisés pour les vendre en Turquie et à l'étranger. Les deux tapis de Warda ont été vendus et elle a reçu un pourcentage sur le prix de vente.

Les tapis sont fabriqués selon un modèle de conception traditionnelle et délicate, selon Warda. « La partie la plus difficile de ce travail consiste à faire correspondre exactement les motifs. Certains volets de cette profession sont difficiles à mettre en pratique, ce n'est pas facile. Par exemple, il faut apprendre à placer le fil dans la position exacte. C'est difficile. »

La tutrice de cet artisanat turc, Gamze Karayilan, ne cache pas qu'elle et ses collègues considèrent leur travail au-delà du seul enseignement du tissage de tapis. Elles n'ont pas peur de suggérer aux femmes syriennes que ce travail pourrait les rendre autonomes.

« Ils ont certaines traditions », dit Gamze Karayilan. « Du point de vue d'un homme, l'objectif principal pour les femmes, c'est d'avoir des enfants. Au début, nous l'avons même critiqué, mais c'est leur tradition. Ici, au camp, ce sont les hommes qui sont aux commandes de la vie, ils regardent les femmes différemment. C'est un effort mineur mais, au moins, nous essayons de changer la culture. »

L'atelier de tapis a été récemment suivi par un autre projet pilote, la couture et la confection pour hommes. Pour le moment, seulement 15 hommes apprennent un nouveau métier.

Dehors, dans les rues sablonneuses de la cité de tentes, c'est l'ennui qui prédomine. Contrairement aux réfugiés urbains, ils ne sont pas libres de se déplacer à l'extérieur du camp et donc ils ne peuvent pas trouver du travail pour la récolte du coton. Des milliers de réfugiés sont donc assis ou debout et ils attendent. Il n'y a pas grand-chose d'autre à faire.

Par Don Murray au camp de réfugiés d'Adiyaman, Turquie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés iraquiens en Syrie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés est de plus en plus préoccupée par la violence en Iraq et par l'absence d'une réponse humanitaire internationale face au nombre très important de personnes déplacées. Suite à une mission d'évaluation effectuée en novembre 2006, des responsables de l'UNHCR ont signalé que l'agence faisait face à une crise humanitaire de plus grande ampleur que celle prévue pour 2002-2003. Cependant l'UNHCR et les autres organisations manquent cruellement de fonds pour venir en aide aux personnes déplacées en nombre croissant. Pour combler ce manque de financement, l'UNHCR a donc publié en janvier 2007 un appel de 60 millions de dollars pour financer ses programmes d'assistance aux réfugiés iraquiens en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie, ainsi qu'aux réfugiés non iraquiens et aux déplacés internes au sein de l'Iraq déchiré par la guerre.

Plus le conflit durera en Iraq, plus la situation deviendra difficile pour des centaines de milliers de déplacés ainsi que les communautés qui tentent de les aider - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iraq. Le fardeau pour les gouvernements et les communautés d'accueil de la région est important, il est donc essentiel que la communauté internationale soutienne les efforts humanitaires.

Réfugiés iraquiens en Syrie

Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en SyriePlay video

Turquie : L'exil de Faysal depuis Kobané en Syrie

Plus de 170 000 personnes ont fui la ville de Kobané au nord de la Syrie pour échapper à une violente offensive menée par des militants ISIS. Faysal a réussi à s'échapper en Turquie avant que les combats ne s' intensifient. Toutefois, il a encore une famille qui a dû rester dans la ville frontalière assiégée.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.