Un premier groupe de réfugiés syriens arrive en Allemagne pour une réinstallation temporaire

Articles d'actualité, 11 septembre 2013

© HCR/E.Dorfman
Des réfugiés syriens entrent à l'aéroport de Beyrouth avant d'embarquer dans l'avion pour l'Allemagne.

HANOVRE, Allemagne, 11 septembre (HCR) Un premier groupe de 107 réfugiés syriens extrêmement vulnérables est arrivé aujourd'hui depuis le Liban par avion à Hanovre, au nord de l'Allemagne, dans le cadre d'un programme humanitaire spécifique annoncé récemment par les autorités allemandes.

« L'avion vient d'atterrir et les familles sont en train de débarquer », a indiqué Rouven Brunnert, chargé d'information au HCR, ajoutant qu'une conférence de presse aurait lieu ensuite.

Les réfugiés avaient fui vers le Liban pour échapper à l'escalade du conflit qui avait débuté en Syrie en mars 2011. Ils ont été transportés depuis l'aéroport de Hanovre vers un centre d'hébergement à Friedland, en Basse-Saxe, où ils resteront pendant deux semaines. Les réfugiés bénéficieront d'un cours d'orientation culturelle, avec une formation linguistique de base et des informations générales sur la vie en Allemagne, y compris les systèmes scolaires et de santé, ainsi qu'une aide pour s'adresser auprès des autorités locales.

A la fin de la période de deux semaines, les réfugiés partiront vers plusieurs localités à travers l'Allemagne. Ils seront hébergés dans de petits centres ou des appartements et ils auront accès à l'ensemble des services de soins, d'éducation et autres services sociaux.

Durant leur séjour, les réfugiés auront le droit de travailler. Le permis de résidence délivré à ces réfugiés a une validité de deux ans, avec une possibilité d'extension si la situation en Syrie reste inchangée.

Michael Lindenbauer, le Représentant du HCR en Allemagne, a remercié le Gouvernement allemand pour son initiative humanitaire. « L'Allemagne est le premier pays d'Europe à mettre en œuvre un programme d'admission humanitaire pour les réfugiés syriens ayant des besoins spécifiques », a-t-il noté, en ajoutant : « Le large consensus auquel sont parvenus les politiques et la société civile pour soutenir cette initiative est exemplaire. »

Le programme d'admission temporaire de l'Allemagne assure jusqu'à 5 000 places pour des réfugiés syriens. « En tant que tel, c'est le plus important programme de réinstallation actuellement mis en œuvre au bénéfice des réfugiés syriens. Les équipes du HCR dans la région proche de la Syrie préparent actuellement d'autres dossiers de candidature pour ce programme, dont la mise en œuvre sera terminée à la fin 2013 », a indiqué Melissa Fleming, porte-parole du HCR, aux journalistes mardi à Genève. « L'Organisation internationale pour les migrations travaille conjointement avec le HCR pour organiser les voyages, les pré-visites médicales et d'autres types d'assistance », a-t-elle ajouté.

La réinstallation des réfugiés, que ce soit une réinstallation formelle ou une procédure accélérée pour l'admission de réfugiés, comme c'est le cas pour le programme mis en œuvre actuellement par l'Allemagne, est un outil vital qui peut sauver des vies. Il vise à aider des réfugiés particulièrement vulnérables. Parmi les personnes réinstallées, il peut y avoir des femmes et des jeunes filles dont la vie est menacée, des personnes gravement malades, des survivants de la torture et d'autres personnes ayant des besoins spécifiques.

Le HCR a annoncé en juin 2013, dans son plan régional d'aide aux réfugiés syriens pour 2013, qu'il cherchait 10 000 places pour l'admission humanitaire et 2 000 places de réinstallation pour des Syriens particulièrement vulnérables. Depuis lors, l'Allemagne et l'Autriche ont offert des places pour l'admission humanitaire (5 000 et 500 respectivement), alors que d'autres pays ont offert des places de réinstallation.

Parmi ces pays, il y a l'Australie, le Canada, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, l'Espagne, la Suède et la Suisse. Au total, ces pays se sont engagés sur plus de 1 650 places de réinstallation, dont 960 pour 2013. Les Etats-Unis d'Amérique ont indiqué être prêts à envisager un nombre indéterminé de places supplémentaires.

Melissa Fleming a indiqué que le HCR réitérait son appel pressant aux Etats pour qu'ils proposent davantage de places de réinstallation ou d'admission humanitaire. « En particulier, du fait de la population réfugiée syrienne croissante dans les pays voisins de la Syrie, nous espérons que des pays offriront des places additionnelles par rapport à leurs quotas annuels et permettront des procédures accélérées pour l'admission humanitaire. Ceci aiderait à répondre aux besoins de Syriens extrêmement vulnérables, et cela assurerait des opportunités de réinstallation qui resteraient accessibles à des réfugiés extrêmement vulnérables originaires d'autres pays », a-t-elle déclaré.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel de réinstallation du HCR

Un document de référence dans l'élaboration des critères régissant la réinstallation et des différentes approches en matière de politique de réinstallation.

Réinstallation

Cette alternative, offerte à ceux qui ne peuvent pas rentrer chez eux, est rendue possible par le HCR et les gouvernements.

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa Play video

Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa

Des réfugiés syriens continuent de fuir vers les pays voisins pour échapper au violent conflit qui déchire leur pays.
Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syriennePlay video

Jordanie : Angelina Jolie à la frontière syrienne

L'Emissaire spéciale du HCR Angelina Jolie et le chef de l'agence pour les réfugiés António Guterres rencontrent des réfugiés syriens en Jordanie et écoutent leurs témoignages déchirants.
Liban : Aide pour les réfugiésPlay video

Liban : Aide pour les réfugiés

Au Nord-Liban, des réfugiés syriens reçoivent une aide vitale de la part de HCR et des communautés locales.