107 réfugiés syriens quittent le Liban pour une réinstallation temporaire en Allemagne

Points de presse, 10 septembre 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 10 septembre 2013 au Palais des Nations à Genève.

Demain, mercredi 11 septembre, 107 réfugiés syriens extrêmement vulnérables devraient quitter le Liban dans le cadre d'un programme pour des admissions humanitaires temporaires qui a été annoncé par l'Allemagne en mars 2013. Ce groupe se dirigera vers Hanovre et sera le premier à recevoir une aide du HCR dans le cadre de ce processus.

A l'arrivée, les réfugiés seront transférés dans un centre d'hébergement à Friedland en Basse-Saxe où ils resteront pendant quatorze jours. Les réfugiés bénéficieront d'un cours d'orientation culturelle, avec une formation linguistique de base et des informations générales sur la vie en Allemagne, y compris les systèmes scolaires et de santé, ainsi qu'une aide pour s'adresser auprès des autorités locales.

A la fin de la période de deux semaines, les réfugiés partiront vers plusieurs localités à travers l'Allemagne. Ils seront hébergés dans de petits centres ou des appartements et ils auront accès à l'ensemble des services de soins, d'éducation et autres services sociaux. Durant leur séjour, les réfugiés auront le droit de travailler. Le permis de résidence délivré à ces réfugiés a une validité de deux ans, avec une possibilité d'extension si la situation en Syrie reste inchangée.

Le programme d'admission temporaire de l'Allemagne fournit jusqu'à 5 000 places pour des réfugiés syriens. En tant que tel, c'est le plus important programme de réinstallation actuellement mis en œuvre au bénéfice des réfugiés syriens. Les équipes du HCR dans la région de la Syrie préparent actuellement d'autres dossiers de candidature pour ce programme, dont la mise en œuvre sera terminée à la fin 2013. L'Organisation internationale pour les migrations travaille conjointement avec le HCR pour organiser les voyages, les pré-visites médicales et d'autres types d'assistance.

La réinstallation des réfugiés, que ce soit une réinstallation formelle ou une procédure accélérée pour l'admission de réfugiés, comme c'est le cas pour le programme mis en œuvre actuellement par l'Allemagne, est un outil vital qui peut sauver des vies. Il vise à aider des réfugiés particulièrement vulnérables. Parmi les personnes réinstallées, il peut y avoir des femmes et des jeunes filles dont la vie est menacée, des personnes gravement malades, des survivants de la torture et d'autres personnes ayant des besoins spécifiques.

Le HCR a annoncé en juin 2013, dans son plan régional d'aide aux réfugiés syriens pour 2013, qu'il cherchait 10 000 places pour l'admission humanitaire et 2 000 places de réinstallation pour des Syriens particulièrement vulnérables. Depuis lors, l'Allemagne et l'Autriche ont offert des places pour l'admission humanitaire (5 000 et 500 respectivement), alors que d'autres pays ont offert des places de réinstallation. Parmi ces pays, il y a l'Australie, le Canada, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, l'Espagne, la Suède et la Suisse. Au total, ces pays se sont engagés sur plus de 1 650 places de réinstallation, dont 960 pour 2013. Les Etats-Unis d'Amérique ont indiqué être prêts à envisager un nombre indéterminé de places supplémentaires.

Le HCR réitère son appel pressant aux Etats pour qu'ils proposent davantage de places de réinstallation ou d'admission humanitaire. En particulier, du fait de la population réfugiée syrienne croissante dans les pays voisins de la Syrie, nous espérons que des pays offriront des places additionnelles par rapport à leurs quotas annuels et permettront des procédures accélérées pour l'admission humanitaire. Ceci aiderait à répondre aux besoins de Syriens extrêmement vulnérables, et cela assurerait des opportunités de réinstallation qui resteraient accessibles à des réfugiés extrêmement vulnérables originaires d'autres pays.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Une escalade des combats au nord de la Syrie depuis le 3 juin a généré quelque 23 135 nouveaux réfugiés qui ont tenté de passer la frontière vers la province de Sanliurfa au sud de la Turquie. Environ 70 pour cent d'entre eux sont des femmes et des enfants, selon les informations reçues par le HCR cette semaine.

La plupart des nouveaux arrivants sont des Syriens ayant fui les combats entre des forces militaires rivales dans et autour de la ville frontalière clé de Tel Abyad. Cette ville est située en face d'Akcakale du côté syrien de la frontière. Ces tout derniers arrivants ont rejoint les rangs d'environ 1,77 million de réfugiés syriens qui se trouvent déjà en Turquie.

L'afflux comprend également jusqu'à 2 183 Iraquiens originaires des villes de Mossoul, Ramadi et Faloujah.

Selon le personnel du HCR sur le terrain, la plupart des réfugiés sont épuisés et ils transportent avec eux quelques affaires. Certains ont marché durant des jours. Ces derniers jours, les personnes ont fui directement vers Akcakale pour échapper aux combats à Tel Abyad, une ville où le calme serait actuellement revenu.

Des milliers de réfugiés syriens désespérés fuient vers la Turquie après une escalade des combats

Infographie : Syrie

Le conflit syrien entre dans sa 5e année. 3,9 millions de réfugiés syriens sont des réfugiés. Voici les pays où ils ont fui.

Infographie : Syrie

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Une violente tempête hivernale a balayé le Moyen-Orient cette semaine apportant des températures glaciales, des vents violents et d'abondantes chutes de neige. Dans la plaine de la Bekaa au Liban, plus de 400 000 réfugiés endurent de difficiles conditions hivernales. Le niveau des chutes de neige n'avait pas été observé depuis de nombreuses années.

Dans la plaine de la Bekaa, les réfugiés ont trouvé abri dans toutes sortes de refuges allant de bâtiments abandonnés à des garages, des hangars, des appartements et des installations informelles. Les conditions sont les plus difficiles dans les installations, car les toits des abris de fortune risquent de s'effondrer sous le poids de la neige.

Malgré les équipements contre les conditions hivernales qui ont été fournis, le HCR demeure préoccupé. Le HCR a fait son possible mais la situation au Liban demeure précaire pour les réfugiés, étant données les conditions extrêmement précaires dans lesquelles ils vivent et le fait que la population soit dispersée. Le défi est constant pour assurer que les réfugiés dans plus de 1700 localités demeurent en sécurité et au chaud pendant les mois d'hiver et qu'ils disposent de ressources suffisantes pour survivre aux tempêtes hivernales.

Le photojournaliste Andrew McConnell a passé deux jours dans la plaine de la Bekaa, et il fait le récit de la situation pour le HCR.

Réfugiés syriens au Liban : Survivre à la tempête

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.