La sécurité pour une famille soudanaise arrivée en Syrie

La parole aux réfugiés, 26 août 2013

© HCR
Après avoir fui la guerre au Soudan pour arriver au milieu du conflit en Syrie, Mohamed et sa famille, soulagés, sont contents d'avoir rejoint le Centre de transit d'urgence en Roumanie, sur leur chemin vers une nouvelle vie aux Pays-Bas.

TIMISOARA, Roumanie, 26 août, (HCR) Après avoir fui la guerre au Soudan pour être pris au piège dans le conflit syrien, Mohamed* exprime son soulagement et sa joie, alors qu'il pousse ses deux enfants sur la balançoire du terrain de jeux de leur lieu de refuge, en Roumanie.

Bien que le Centre de transit d'urgence localisé à Timisoara, en Roumanie, ne soit qu'un hébergement temporaire avant leur réinstallation pour débuter une nouvelle vie aux Pays-Bas, il leur assure la sécurité dont ils avaient urgemment besoin. Mohamed ne peut cacher sa joie, alors que ses filles, Wjud, sept ans, et Walla, presque deux ans, rient aux éclats. Leur mère traverse le jardin verdoyant avec un plat de pâtes pour le déjeuner.

Ils sont arrivés au Centre de transit d'urgence le 3 juillet, après que le HCR les ait identifiés comme ayant urgemment besoin de protection. Avec l'assistance de l'OIM, le HCR a aidé à organiser le transfert de la famille vers le Centre, à Timisoara.

Ils pourraient y rester pour une durée allant jusqu'à six mois, avant leur réinstallation aux Pays-Bas, qui leur a offert d'y vivre en lieu sûr. Durant cette période, la famille va passer des examens médicaux, rencontrer des fonctionnaires néerlandais lors d'entretiens et accomplir toutes les formalités nécessaires pour le transfert.

Ils suivent également des cours de langue, de culture et de traditions néerlandaises. « Nous apprenons petit à petit sur ce pays », a indiqué Mohamed, en sortant de sa poche un petit lecteur MP3 avec des leçons de néerlandais pour débutants.

Mohamed et Muna sont très heureux d'être arrivés au Centre de transit d'urgence, qui sert de passerelle vers une multitude de pays qui acceptent des réfugiés. Dans ce centre, ils vivent loin de toute zone de guerre, en perspective d'un transfert vers un pays pacifique où ils pourront recommencer une nouvelle vie.

Mais la famille reste en prise avec des souvenirs difficiles du long voyage qui les a amenés à Timisoara. Mohamed s'est échappé de la prison au Soudan, et ils ont fui vers la Syrie en 2008 où Muna et Wjud, alors âgé de trois ans, l'ont rejoint un an plus tard.

« Nous sommes originaires du Darfour, au Soudan », a déclaré Muna. « Nous vivions dans une zone de guerre là-bas. Nous avons fui une guerre pour en retrouver dans un autre. Le conflit en Syrie a commencé en 2011 et, la même année, elle est tombée enceinte de Walla.

À l'époque, la famille vivait dans une maison dans la banlieue de Damas. Quand des bombes ont explosé dans leur quartier et que les morts s'amoncelaient dans les rues, ils ont fui vers Damas où les autorités syriennes les ont placés dans une salle de sport transformée avec environ 750 autres réfugiés.

Muna dit que la vie en Syrie était terrifiante, surtout pour les enfants. Chaque fois qu'une bombe était larguée, Wjud tombait dans un état de choc du fait du bruit, ce qui l'a rendu malade. « Encore aujourd'hui, quand nous entendons une porte qui claque, nous sursautons, en pensant que c'est un obus », a déclaré Muna, les larmes aux yeux.

À une autre occasion, Mohamed, Muna et les enfants étaient dans un taxi à un barrage militaire syrien lorsque deux motards ont été abattus. « Notre voiture a été prise dans les tirs croisés et a été criblée de balles », a déclaré Muna. « C'est un miracle que nous en ayons réchappé. Malheureusement, notre fils aîné a tout vu ... »

Après les violences subies dans le passé, la famille attend avec impatience le passage vers l'avenir, inconnu mais paisible. « Je ne veux pas qu'ils passent par les difficultés que nous avons vécues », a déclaré Mohamed. « Pour nous, le plus important maintenant, c'est de les scolariser. »

Mohamed, qui était chauffeur au Soudan, souhaite devenir plombier. Muna, anciennement professeur d'arabe et de religion, espère trouver du travail dans la communauté réfugiée aux Pays-Bas. Leur avenir est peut-être encore incertain, mais ils vivent maintenant en sécurité et depuis leur havre de paix au Centre de transit d'urgence en Roumanie, ils peuvent entrevoir des possibilités infinies.

*Nom fictif pour des raisons de protection

Par Andreea Anca à Timisoara, Roumanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.