Le HCR appelle le Gouvernement soudanais à renouveler les permis de travail pour les employés internationaux au Darfour

Points de presse, 6 août 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 6 août 2013 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR appelle le Gouvernement du Soudan à renouveler les permis de travail pour tous nos employés internationaux basés au Darfour, afin de nous permettre de reprendre la totalité de nos opérations de protection et d'assistance au bénéfice de centaines de milliers de civils déplacés dans le besoin.

Sur les 37 employés internationaux basés au Darfour, seulement 17 ont actuellement des permis valides pour continuer leur travail. Dans vingt autres cas, les permis n'ont pas été renouvelés, malgré les demandes répétées du HCR auprès des autorités gouvernementales concernées, ce qui nous force à ralentir nos opérations.

Ceci a particulièrement affecté le travail du HCR au Nord-Darfour. Personne parmi les employés internationaux du HCR basés à El Fasher n'a obtenu un permis pour rentrer. Par ailleurs, il a été demandé aux tout derniers employés encore présents sur place de partir fin juillet. En conséquence, le HCR est dans l'incapacité de mener efficacement ses activités de protection et d'assistance pour les déplacés au Nord-Darfour.

La situation humanitaire au Darfour demeure critique à la fois pour les personnes déplacées de longue date et pour celles qui sont nouvellement déplacées après les récents combats. L'incapacité du HCR à continuer de mettre en œuvre ses activités aura un impact direct sur les programmes pour la santé, l'éducation, les services essentiels et les moyens d'existence, la fourniture d'hébergement d'urgence et d'articles non alimentaires ainsi que sur le suivi des rapatriés.

On compte actuellement environ deux millions de déplacés internes au Darfour. Parmi eux, quelque 1,2 million vit dans des camps. Il y a déjà eu près de 300 000 nouveaux déplacés pour la seule année 2013, y compris un tiers dans et depuis le Nord-Darfour.

En plus de fournir des articles de secours d'urgence aux personnes nouvellement déplacées, le HCR met en œuvre des solutions durables pour les déplacés en collaboration avec les autorités et d'autres partenaires humanitaires.

Nous avons récemment distribué des articles de secours comme des matelas, des couvertures, des moustiquaires, des jerrycans, des bâches en plastique et des batteries d'ustensiles de cuisine à environ 75 000 nouveaux déplacés au Nord-Darfour, 140 000 dans le Sud et l'Est et 15 000 dans l'Ouest et le Centre du Darfour.

Le HCR mène régulièrement des missions de vérification sur les retours à travers les cinq Etats au Darfour. A ce jour, le HCR a confirmé le retour de près de 280 000 déplacés et réfugiés au Darfour depuis le 1er janvier 2011.

On compte également quelque 34 000 réfugiés dans la région, principalement dans l'ouest du Darfour, qui ne subissent pas d'effet du non-renouvellement des permis de travail.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.
Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi Play video

Soudan du Sud : L'histoire d'Oumi

Oumi a fui le Soudan avec son mari et ses enfants il y a trois mois lors d'un voyage qui a été tragique.
Ethiopie : Arrivée à AssosaPlay video

Ethiopie : Arrivée à Assosa

Zenab vivait dans le village de son mari dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, avant qu'il n'ait été attaqué. Elle a perdu trois frères et a ensuite traversé une épreuve difficile lors du voyage vers l'Ethiopie avec ses enfants.