Des supermarchés aux camps de réfugiés : les codes-barres accélèrent la distribution de vivres

Agir pour faire la différence, 2 août 2013

© HCR
Au camp de Yida (Soudan du Sud), le personnel du HCR effectue la distribution mensuelle de rations alimentaires pour les réfugiés. Un nouvel outil a permis de réduire la durée du processus de 10 à 4 jours.

YIDA, Soudan du Sud, 2 août (HCR) La technologie des codes-barres, plus couramment utilisée dans les supermarchés, permet au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) d'accélérer considérablement la distribution de vivres et de produits de première nécessité aux réfugiés hébergés dans les camps au Soudan du Sud.

Pendant le processus de distribution, chaque réfugié représentant une famille présente sa carte de rationnement à un employé humanitaire qui la scanne et obtient ainsi les photos et les renseignements d'enregistrement de l'ensemble des personnes liées à cette carte. Précédemment, le personnel devait se reporter à une liste imprimée de toutes les familles vivant dans le camp, un processus long qui menait inévitablement à des erreurs. Au camp de Yida qui accueille plus de 70 000 réfugiés, au nord du Soudan du Sud, la technologie des codes-barres a permis au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) de réduire la durée de la distribution de 10 à 4 jours.

Cette technologie permet également d'éliminer les risques de fraude. En ayant accès aux photos et aux renseignements d'enregistrement de tous les membres de la famille liés à la carte, les membres du personnel peuvent s'assurer que les rations sont bien distribuées à leurs bénéficiaires légitimes. Ce système rend l'utilisation des cartes bien plus difficile pour les personnes qui ne sont pas enregistrées auprès du HCR. Cette technologie produit également rapidement des données précieuses sur le nombre de personnes recevant les rations, leur âge, leur sexe et d'autres renseignements biométriques. Si une carte est jugée non valide, son propriétaire a la possibilité de plaider son cas dans un bureau d'arbitrage des litiges installé au centre de distribution.

Récemment, le Programme alimentaire mondial (PAM) a demandé que cet outil soit modifié pour permettre son utilisation dans le cadre du programme de coupons pour le broyage. Ce programme octroie aux réfugiés un accès aux services locaux pour moudre le sorgho qu'ils reçoivent dans leurs rations alimentaires mensuelles.

Tunzaw Oo, employé du HCR en charge de l'enregistrement, a développé cet outil de distribution rapide des vivres et il a expliqué qu'il était conçu pour améliorer l'efficacité et la responsabilité. « La technologie simple que nous utilisons nous permet de faciliter la distribution mensuelle de rations pour les réfugiés ainsi que pour le HCR et nos partenaires », explique-t-il. « Ce système permet d'économiser du temps et de la main-d'œuvre ainsi que de réduire les cas de fraude dus à la perte ou au vol des cartes de rationnement ».

Le même système de codes-barres est également utilisé par un autre partenaire du HCR, Samaritan's Purse, dans le cadre de son programme d'alimentation complémentaire pour lutter contre la malnutrition parmi les enfants et les femmes enceintes ou allaitant un nouveau-né. Les taux de malnutrition sont introduits dans la base de données, ce qui en facilite la surveillance et le suivi.

Jabralla a fui l'état du Sud-Kordofan au Soudan voisin avec sa famille en juin 2011. Il explique qu'il apprécie ce processus plus rationnel pour les distributions : « Les codes-barres ont permis de réduire notre temps d'attente pour recevoir nos rations, maintenant cela ne prend plus des jours comme avant ».

Cet outil est également utilisé dans le camp d'Ajuong Thok, situé à environ 90 kilomètres de Yida et qui accueille quelque 3 000 réfugiés.

L'équipe du HCR à Yida étudie également la possibilité d'installer la technologie internet sans fil dans le camp ce qui permettrait d'effectuer un lien entre deux distributions, ainsi qu'une saisie des données et un accès à celles-ci depuis divers emplacements.

Ces avancées passeraient inaperçues dans la plupart des villes. Toutefois, dans un environnement reculé et hostile sans électricité ni réseau de téléphonie, les technologies mises en place au Soudan du Sud constituent des approches innovantes dans le cadre de l'aide et de la protection fournies aux réfugiés.

Par Alessandro Telo à Yida, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

L'objet le plus important

Depuis novembre 2011, plus de 105 000 réfugiés ont traversé la frontière qui sépare l'État du Nil Bleu, au Soudan, de celui du Haut-Nil, au Soudan du Sud. Le voyage, généralement réalisé à pied, passe par de dangereuses zones de conflit et emprunte des routes secondaires que les fortes pluies ont rendues presque impraticables. Les réfugiés, pour la plupart, fuient précipitamment, n'emportant que ce qu'ils peuvent porter et parfois rien d'autre que les vêtements qu'ils ont sur le dos. Certains arrivent malades ou blessés, et beaucoup ont souffert de la faim au cours du trajet. Le photojournaliste Brian Sokol a demandé à plusieurs réfugiés au Soudan du Sud de lui montrer l'objet le plus important qu'ils avaient emporté avec eux. Nous vous invitons à lire son photoreportage pour découvrir les objets qu'ils ont choisis.

L'objet le plus important

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.