Les statistiques du HCR montrent une augmentation alarmante des cas de viols et de violence contre les femmes au Nord-Kivu

Articles d'actualité, 30 juillet 2013

© HCR/F.Noy
Ces femmes déplacées congolaises partagent un repas dans leur tente commune dans l'Est de la République démocratique du Congo. Le HCR s'inquiète de l'augmentation des aggressions sexuelles contre les femmes.

GOMA, République démocratique du Congo, le 30 juillet (HCR) -Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a signalé mardi que les conflits récurrents qui fnt rage dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC) déracinent plus de civils et exposent un nombre croissant de femmes, de filles et d'hommes au viol.

Les statistiques récoltées par le HCR cette année au Nord-Kivu montrent une augmentation alarmante de la fréquence des actes de violence contre les femmes et filles dans la province, avec un nombre très important de cas de viols. « Nos équipes de monitoring de la protection ont enregistré 705 cas de violence sexuelle dans la région depuis le mois de janvier, dont 619 cas de viol », explique une porte-parole du HCR. « Au cours de la même période en 2012, notre personnel n'avait enregistré que 108 cas. Les survivants de violence sexuelle et sexiste comprenaient 288 mineurs et 43 hommes ».

La porte-parole a déclaré que le HCR craint que les combats entre l'armée et l'Alliance des forces démocratiques (ADF), un groupe rebelle ougandais, ainsi que la reprise des combats entre l'armée et les rebelles du M23 à proximité de la capitale du Nord-Kivu, Goma, au cours des deux dernières semaines n'augmentent le danger pour les femmes de la région, notamment pour celles vivant dans les camps.

La plupart des cas de violence sexuelle sont commis par des hommes armés. 434 des 705 cas de violence sexuelle rapportés au personnel du HCR depuis le début de l'année ont été perpétrés par des éléments armés. Les chiffres officiels des Nations unies apportent des preuves supplémentaires de la menace croissante qui pèse sur les femmes et les filles. Ils montrent que les cas enregistrés de violence sexuelle dans le Nord-Kivu sont passés de 4 689 cas en 2011 à 7 075 en 2012. Le HCR estime que le nombre réel est encore beaucoup plus grand.

Le HCR travaille en étroite collaboration avec d'autres organisations humanitaires et autorités afin de renforcer la surveillance et la réponse qui est apportée à cette problématique. Le HCR a par exemple contribué à organiser des formations pour 96 policiers déployés dans les camps et les sites de Goma sur la manière de prévenir la violence sexuelle et de gérer les cas de viol.

Le Haut Commissariat contribue également à la création de centres communautaires et à la formation de points focaux parmi la population déplacée pour permettre à ces derniers de cerner les cas de violence sexuelle et d'orienter les victimes vers des soins de santé et un soutien psychosocial. Le HCR encourage l'utilisation de combustible alternatif au bois de chauffage dans un effort visant à réduire l'exposition des femmes à la violence sexuelle lorsqu'elles sortent pour cueillir du bois. La phase actuelle de ce projet profitera à 2 000 ménages dans les camps à proximité de Goma.

Entre temps, les combats autour de Goma ont forcé 6 000 à 7 000 personnes à fuir leur foyer depuis le 14 juillet. La plupart de ces personnes sont des femmes et des enfants, ainsi que de jeunes garçons qui fuient pour échapper au recrutement forcé.

Les personnes nouvellement déplacées logent dans des écoles et des églises dans la partie nord de Goma, à environ 10 kilomètres des combats. Avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et d'autres partenaires, le HCR transfère les personnes déplacées vers des camps existants, où elles reçoivent un abri et de l'aide humanitaire de base.

Dans la région de Kamango, on estime à 14 000 le nombre de civils déplacés ce mois-ci en raison des combats. Ils ont trouvé refuge dans la brousse et dans les villages autour de Kamango, portant à 40 000 le nombre de personnes déplacées internes dans la zone.

Le HCR s'inquiète également des rapports faisant état de violations des droits de l'homme dans la zone de Kamango, notamment le meurtre d'au moins 15 civils, des cas d'enlèvement, de travaux forcés, de sévices et de taxation illégale. Selon une récente évaluation du personnel du HCR sur le terrain, les personnes déplacées sont confrontées à des pénuries alimentaires, car elles ne peuvent se rendre dans les champs pour prendre leurs récoltes.

En outre, l'accès à l'eau et aux services de santé est également très difficile compte du tenu du fait que près de 80 pour cent des centres de santé de la région ont été pillés. Le personnel médical de la région a signalé de nombreux cas de diarrhée et d'infections respiratoires dus au manque d'eau propre et de latrines. L'accès à l'aide humanitaire dans la région constitue un défi et de récents rapports indiquent que la situation y reste tendue.

En tout 967 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu suite à des années de conflit.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise de la RD du Congo : Appel Urgent

L'intensité des combats de ces derniers mois a forcé plus de 64 000 Congolais à fuir leur pays.

Donnez pour cette crise

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Alors qu'une distribution alimentaire massive a lieu dans six camps gérés par le HCR pour des dizaines de milliers de déplacés internes congolais au Nord-Kivu, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés continue à fournir des abris et des articles domestiques dont le besoin se fait ressentir d'urgence.

Un convoi de quatre camions, transportant 33 tonnes de divers biens de secours, notamment des bâches en plastique, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des jerrycans, a voyagé mercredi depuis le Rwanda vers Goma, la capitale de la province affectée par le conflit et située à l'est de la République démocratique du Congo (RDC). L'aide, en provenance d'un entrepôt régional d'urgence situé en Tanzanie, devait être distribuée immédiatement. L'aide d'urgence est arrivée à Goma alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) débutait, conjointement avec le HCR, une distribution de vivres pour quelque 135 000 déplacés internes hébergés dans les six camps situés aux alentours de Goma et gérés par le HCR.

Plus de 250 000 personnes sont déplacées dans le Nord-Kivu depuis la reprise des combats en août. On estime que la population déplacée s'élève à plus de 1,3 million de personnes dans cette province à elle seule.

Le HCR et ses partenaires apportent de l'aide au Nord-Kivu

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

Les combats font rage dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), sans aucune perspective d'accalmie en vue pour des centaines de milliers de Congolais forcés à fuir la violence et l'insécurité ces deux dernières années. Des vagues successives de conflit sont à l'origine de déplacements en continu, et souvent les familles sont séparées. Au moins un million de personnes sont déracinées dans le Nord-Kivu, la province la plus touchée. Après des années de conflit, plus de 1 000 personnes meurent chaque jour - principalement de faim ou de maladies qui pourraient être pourtant soignées. Dans certaines régions, deux femmes sur trois sont victimes de viols. Les enlèvements sont toujours fréquents, et des enfants sont recrutés de force pour combattre. Des cas de choléra et d'autres maladies se sont accrus, alors que la situation se détériore et que les organisations humanitaires luttent pour répondre aux besoins de la population.

Lorsque la crise de déplacement a empiré dans le Nord-Kivu en 2007, l'agence pour les réfugiés a envoyé plusieurs équipes d'urgence sur place et a mis en oeuvre des opérations dans plusieurs camps accueillant des déplacés. Les efforts d'assistance comprennent aussi l'enregistrement de la population déplacée et la distribution d'articles non alimentaires. Le HCR mène également un contrôle dans le domaine de la protection pour identifier les abus des droits humains et d'autres problèmes, auxquels sont confrontés les déplacés dans le Nord et le Sud-Kivu.

Juin 2009

Déplacements incessants de population au Nord-Kivu

La crise continue au Nord-Kivu

Dans la province du Nord-Kivu en RDC (République démocratique du Congo), l'insécurité persiste et plus de 500 000 personnes sont des déplacés internes. Un grand nombre d'entre eux sont déplacés pour la deuxième ou la troisième fois consécutive. Le conflit armé, la persécution des populations civiles, les meurtres, les enlèvements, les abus sexuels et le recrutement forcé des enfants sont les motifs de déplacement. Les signalements de viols et de meurtres se comptent par milliers. Quelque 176 000 déplacés vivent dans le district de Masisi, y compris 49 000 d'entre eux accueillis dans 19 camps. Les conditions de vie sont précaires, des familles entières vivent dans des huttes de fortune comptant une pièce unique sans eau potable ni accès aux services essentiels. Le HCR est préoccupé par la situation sécuritaire, les conditions de vie et l'avenir de ces personnes déplacées. Même si quelque 36 000 personnes auparavant hébergées dans des camps au Nord-Kivu ont réussi à rentrer dans leurs villages d'origine en 2010, environ 72 000 personnes restent déplacées à ce jour.

Le HCR coordonne la gestion de 31 camps de déplacés et fournit une assistance d'urgence. Ces camps sont localisés à travers tout le Nord-Kivu. Le HCR est confronté à des défis de taille en termes d'accès aux zones où les déplacés ont trouvé refuge et l'agence pour les réfugiés continue à réclamer l'accès humanitaire aux personnes dans le besoin afin de leur venir en aide.

La crise continue au Nord-Kivu

RDC : retour à KimokaPlay video

RDC : retour à Kimoka

En 2007 et 2008, les conflits armés avaient contraint des centaines de milliers de Congolais à fuir la province du Nord-Kivu. Les habitants du village de Kimoka sont enfin de retour chez eux.
RDC : Au bord du gouffrePlay video

RDC : Au bord du gouffre

Fatuma Kapuweli, une mère chef de famille et déplacée interne en RDC, craint pour la sécurité et le bien-être de ses enfants.