Rencontre d'un photographe avec l'innocence dans un camp de réfugiés du Sud-Soudan

La parole aux réfugiés, 22 juillet 2013

© HCR/S. Rich
Mastoura Hasan, sept ans, est une réfugiée soudanaise réinstallée à Louisville au Kentucky. Elle nous montre fièrement son dessin du drapeau de l'Union lors d'une classe de sensibilisation culturelle. Mastoura a fui le Soudan avec son père, sa mère et ses trois frères au milieu d'affrontements violents. Ils sont arrivés aux États-Unis en décembre dernier.

WASHINGTON, D.C., États-Unis, le 22 juillet (HCR) Le fameux photographe et caméraman britannique Sebastian Rich a couvert les sujets d'actualité pendant plus de 30 ans. Après avoir rejoint Independent Television News (ITN) en 1980, il a couvert certains des plus grands événements internationaux. Plus tard, il a décidé de poursuivre une carrière de photographe indépendant. Au fil des années, il s'est également concentré sur les questions humanitaires, et cette année, il a entamé une collaboration avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Afrique et aux États-Unis. Il évoque ici son métier, après une visite émouvante sur le terrain :

« J'ai des tatouages, beaucoup trop. Mais les doutes concernant ma décision de me faire tatouer s'évanouissent dans les camps de réfugiés du monde entier. Les enfants de nombreuses cultures n'ont jamais vu de tatouages et la vue d'un photographe plutôt grand, les manches remontées, avec une abondance de papillons, de fleurs et de dauphins sur les bras suscite beaucoup de curiosité et d'hilarité parmi les enfants. »

« Pendant quelques minutes quand je fais des photos et que je joue avec les enfants, ils oublient les horreurs qui les ont amenés ici, intrigués par les tatouages. Les plus courageux me touchent les bras et s'enfuient en courant, ensuite ils reviennent prudemment avec de larges sourires. Puis, tous les enfants se mettent à glousser en même temps, mon interprète est bombardé de centaines de questions concernant mes tatouages, tandis que leurs sourires se font de plus en plus larges. »

« Récemment au camp de réfugiés des Nations Unies dans le comté de Maban, au Sud-Soudan, une petite fille d'environ sept ans m'avait suivi pendant que je prenais des photos de la vie quotidienne. De temps en temps, sa toute petite main chaude me prenait gentiment par le poignet. J'ai baissé le regard et constaté qu'elle étudiait attentivement plusieurs papillons. J'ai demandé à mon interprète Mohammad ce qu'elle disait, et il m'a répondu : « Ce n'est rien Sebastian, rien que des trucs idiots d'enfant ».

« J'ai insisté et finalement, un peu embarrassé, Mohammad m'a dit : « Elle dit que le camp est tellement sale avec toute cette poussière, qu'elle aimerait prendre les papillons de votre bras pour les mettre dans ses poches afin qu'ils gardent leurs ailes propres et douces! ».

« Je me suis arrêté. J'ai vu tellement d'horreur dans mon métier de photographe dont une grande partie a heureusement été filtrée par un mécanisme d'autoprotection, mais l'innocence de cette petite fille a fait s'effondrer mon monde pendant quelques minutes. »

« Ce soir-là au camp, tandis que j'éditais mes photos, je me suis rendu compte que je n'avais jamais fait de suivi des récits des réfugiés. Dans l'ensemble, les agences de presse ne veulent pas de l'envers de la médaille les histoires de réussite, les nouvelles vies ce ne sont pas des photos dramatiques de gens qui meurent, qui ont faim ou peur. »

© HCR/S.Rich
La famille Sabri, une famille irakienne réinstallée. Le père, Ali, et trois de ses filles sur la statue d'Abraham Lincoln à Louisville au Kentucky.

« Mais, est-ce tout ce que nous voulons voir? Pourquoi les bonnes nouvelles sont-elles si loin dans l'ordre des priorités? Malheureusement, je fais partie du problème. Au fil des années, j'ai photographié l'horreur et l'enfer, car je sais que c'est ce que les gens attendent. C'est triste, vous ne trouvez pas? »

« Au cours des derniers jours, le HCR m'a donné l'occasion de photographier des réfugiés réinstallés aux États-Unis, à Louisville au Kentucky, et à Charlotte en Caroline du Nord. Quel plaisir énorme ce fut de capturer ces nouvelles vies palpitantes, des gens au bord de la découverte. Des Birmans, des Bhoutanais, des Vietnamiens, des Afghans, des Somalis, des Congolais, des Irakiens et des Pakistanais ... la liste est presque sans fin, car les États-Unis accueillent plus de la moitié des réfugiés réinstallés du monde. »

« Du pilote sud-vietnamien qui aide à présent d'autres réfugiés et vit au Kentucky depuis 30 ans, au réfugié arrivé récemment de République Démocratique du Congo et qui vit à Charlotte en Caroline du Nord depuis seulement quelques semaines, je n'ai photographié aucun de ces sujets dans un cadre spectaculaire. Au contraire, j'ai capturé les rituels de la vie quotidienne, banals, mais nouveaux. Bien sûr, la toile de fond de ces photos est une histoire de bonheur trouvé et un immense sentiment de véritable liberté dans leur nouveau foyer. «

« Pour moi, cette semaine a été un voyage qui m'a permis de boucler la boucle. J'ai vu l'envers de la médaille la concrétisation de l'espoir et la découverte d'un nouveau sens de la vie des vies sans peur. Ces pensées étaient souvent incompréhensibles dans les camps. »

« Ces récits ont un peu modéré mon cynisme concernant l'homme et la guerre, et m'ont montré qu'il y a de bonnes personnes qui parviennent à amener du bonheur aux autres et à leur offrir un refuge sûr. Je remercie vivement le HCR et ses partenaires de m'avoir donné l'occasion de vivre cette expérience. »

« À présent, j'ai l'impression que parfois je pourrais, oui je pourrais bien, faire partie de la solution et non du problème. Hélas, mes tatouages n'ont pas tout à fait le même cachet aux États-Unis. »

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Manuel de réinstallation du HCR

Un document de référence dans l'élaboration des critères régissant la réinstallation et des différentes approches en matière de politique de réinstallation.

Réinstallation

Cette alternative, offerte à ceux qui ne peuvent pas rentrer chez eux, est rendue possible par le HCR et les gouvernements.

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Iraq : Khaled Hosseini en visitePlay video

Iraq : Khaled Hosseini en visite

L'auteur de best-sellers internationaux et Ambassadeur de bonne volonté du HCR Khaled Hosseini s'est rendu pour la première fois au nord de l'Iraq cette semaine pour rendre visite aux réfugiés syriens qui y ont trouvé refuge. Khaled Hosseini est lui-même un ancien réfugié afghan. Il est l'auteur de plusieurs best-sellers comme « Les cerfs-volants de Kaboul » et « mille soleils splendides ». Il s'est entretenu avec de nombreux réfugiés durant sa visite, y compris Payman qui est âgée de 16 ans. Cette jeune auteure très ambitieuse est très frustrée car pour le moment elle ne peut pas aller à l'école.
Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.