Le HCR renforce l'assistance aux pays accueillant des réfugiés, avant les élections au Mali

Articles d'actualité, 28 juin 2013

© HCR/H.Caux
Certains réfugiés maliens, parmi les 50 000 qui sont présents au Niger, vivent ici au camp de Tabareybarey, où des équipes du Consulat du Mali ont enregistré des votants.

DAKAR, Sénégal, 28 juin (HCR) Un mois avant les élections présidentielles le 28 juillet au Mali, le HCR renforce son rôle dans l'aide aux pays voisins pour le processus de vote à l'extérieur du pays à destination des réfugiés maliens.

Le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie accueillent au total 175 000 réfugiés maliens depuis le tout dernier conflit. Les réfugiés éligibles à voter en exil sont les personnes déjà enregistrées dans le cadre du Recensement administratif à vocation d'état civil datant de 2010.

« Le HCR soutient la participation des réfugiés à ces élections, bien que la limite de notre rôle soit strictement humanitaire et apolitique. Nous fournissons aux réfugiés des informations pratiques sur leurs droits à participer à ces élections ainsi que le transport pour certains », a déclaré un porte-parole.

Au Burkina Faso, le HCR a mené des campagnes de sensibilisation dans tous les camps de réfugiés (Goudoubo, Mentao et Sag-nioniogo), dans des installations de réfugiés spontanées (Dibissi, Tin Hedja, Deou et Gountouré Gnégné) ainsi qu'en milieu urbain où se trouvent de nombreux réfugiés (Bobo-Dioulasso, Ouagadougo et Ouahigouya).

Le vote se fera sur une base volontaire et les réfugiés seront informés en conséquence. « Nous faisons savoir aux personnes que les données et informations à caractère personnel détenues par le HCR ne sont pas communiquées aux autorités maliennes. Nous conseillons sur les démarches à suivre si des personnes subissaient des pressions de tout individu ou partie engagée dans les élections », a indiqué le porte-parole.

Entre mardi (le 25 juin) et aujourd'hui, avec le soutien du HCR dans les domaines de la logistique, du transport et de la traduction, dix équipes maliennes ont été déployées par l'Ambassade du Mali. Elles ont commencé à enregistrer les réfugiés pour le vote. Sur 49 945 réfugiés dans les camps et les sites spontanés, 18 409 sont en âge de voter (âgés de 18 ans et au-dessus). Le processus d'enregistrement est contrôlé par la CONAREF (Commission nationale pour les réfugiés au Burkina Faso).

La participation des réfugiés à l'enregistrement a été faible au début mais maintenant le rythme a augmenté. Les chiffres d'enregistrement devraient être disponibles dans les prochains jours. Les noms des personnes qui se sont enregistrées seront transmis aux autorités de Bamako pour que leurs cartes électorales soient envoyées au Burkina Faso puis distribuées aux réfugiés.

Des dispositifs similaires sont en place au Niger et en Mauritanie.

Au Niger, qui accueille environ 50 000 réfugiés maliens, des équipes du Consulat du Mali ont enregistré des votants dans les camps de Mangaizé et Tabareybarey. L'enregistrement continue dans le camp d'Abala, ainsi que dans les installations de réfugiés d'Intekan et Tassalit (dans la région de Tahoua), avec le soutien logistique du HCR.

En Mauritanie, qui accueille 75 000 réfugiés maliens dans le camp de Mbéra, les préparatifs pour l'enregistrement des votants maliens sont en cours. Des consultations entre les autorités maliennes, l'Ambassade malienne à Nouakchott et le HCR continuent. Le HCR assure un soutien logistique.

Le HCR avait déjà facilité le processus de vote à l'extérieur du pays à destination des réfugiés du Soudan du Sud en 2011, d'Iraq en 2010 et d'Afghanistan en 2004.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Mali : Appel urgent

Plus de 300 000 maliens ont été forcés de quitter leur maison dans l'espoir de trouver un endroit où ils seraient en sécurité. Aidez-nous à les protéger.

Donnez pour cette crise

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Des milliers de familles maliennes sont arrivées au Niger depuis la mi-janvier, après avoir fui les combats entre un mouvement rebelle touareg et les forces gouvernementales maliennes au nord du Mali. Les réfugiés vivent dans des installations de fortune le long de la frontière. Ils sont exposés au soleil et au vent durant la journée et au froid la nuit. Le HCR a commencé à distribuer des biens de secours et prévoit d'ouvrir des camps dans des zones plus sûres situées hors des régions frontalières. Hélène Caux, du HCR, a rencontré certains parmi ces réfugiés qui lui ont fait part de leur souhait de retourner dans leur pays dès que la sécurité y serait restaurée.

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Fuyant les combats, l'insécurité générale et l'instabilité politique de leur pays, des réfugiés maliens continuent d'arriver au Niger. Sur le site de Mangaizé où sont accueillis des réfugiés, ils sont quelque 3000 à vivre dans des conditions difficiles, exposés pendant le jour à une chaleur étouffante et se demandant quand ils pourront rentrer chez eux. Dans ce pays aride du Sahel, l'eau et la nourriture sont comptés, ce qui pose un problème considérable et aux réfugiés et aux communautés locales. Ce sont plus de 40 000 Maliens qui ont trouvé refuge au Niger depuis janvier, lorsque les forces gouvernementales maliennes et le mouvement rebelle touareg en sont venus à un affrontement armé. Cent soixante mille réfugiés maliens se répartissent entre le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. En outre, on compte 133 000 déplacés internes au Mali. Au début du mois de mai, António Guterres, Haut Commissaire pour les réfugiés, s'est rendu au Niger, notamment à Mangaizé, en compagnie de Mme Ertharin Cousin, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, dans l'intention de sensibiliser encore davantage l'opinion mondiale à la crise et de rallier de l'aide en faveur des déplacés.

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Niger : fuir le NigériaPlay video

Niger : fuir le Nigéria

Les personnes qui fuient les combats entre l'armée nigériane et les rebelles Boko Haram sont accueillis chaleureusement au Niger.
Burkina Faso : un dimanche d'électionPlay video

Burkina Faso : un dimanche d'élection

Les réfugiés maliens au Burkina Faso peuvent voter aux élections présidentielles.
Mali: Distribuer de l'aidePlay video

Mali: Distribuer de l'aide

Alors que des milliers de personnes attendent de pouvoir rentrer chez elles au nord du Mali, les agences humanitaires continuent d'aider les déplacés.