Le HCR s'active au Niger pour contenir l'épidémie du choléra dans les camps de réfugiés

Points de presse, 21 mai 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 21 mai 2013 au Palais des Nations à Genève.

Une épidémie de choléra, déclarée par le Gouvernement du Niger le 11 mai, a fait 7 morts dans l'ouest du pays, dont 2 réfugiés maliens.

Les deux réfugiés sont un homme de 45 ans, décédé le 13 mai, et un garçon de 3 ans, décédé dimanche dernier après être arrivé au centre de santé à un stade avancé de la maladie. Tous deux étaient réfugiés dans le camp de Mangaize, qui accueille 15 000 personnes dans la région de Tillaberi.

A ce jour, 248 cas ont été enregistrés dans la région de Tillaberi, dont 31 cas parmi les réfugiés accueillis dans les camps de Mangaize et Tabareybarey.

Le choléra se contracte habituellement par la consommation d'eau contaminée.

Nous réagissons à l'éruption de cette maladie dans les camps par la mise en œuvre de mesures d'urgence en matière de santé et d'assainissement, comme l'augmentation de l'approvisionnement en eau potable. Les réfugiés touchés sont traités dans les Centres de Traitement du Choléra (CTC) gérés par Médecins Sans Frontières (-Suisse). En collaboration avec nos partenaires, nous fournissons également des solutions orales de réhydratation, du savon et des comprimés pour désinfecter l'eau. Des médicaments supplémentaires sont toutefois nécessaires d'urgence dans les centres pour traiter les nouveaux cas potentiels.

Nous nous efforçons de transmettre des messages de santé publique dans les camps au moyen de campagnes de sensibilisation. Les mêmes mesures sont mises en place en direction de la communauté locale dans les régions environnantes.

Nous renforçons actuellement notre équipe par l'arrivée, hier (lundi), d'un coordinateur de santé régional qui travaillera avec les autorités et les partenaires à la mise en place de mesures supplémentaires visant à contenir l'épidémie. La mise en œuvre d'une campagne de vaccination pour la population à risque, dans les camps de réfugiés et en dehors, est une mesure essentielle en cours d'examen.

L'année dernière, une épidémie de choléra a touché 5 287 personnes et en a tué 110 dans l'ensemble du Niger. La région de Tillaberi a été la plus touchée, avec 4 792 cas et 87 décès. Aucun réfugié ne faisait partie des victimes à cette époque.

Les éruptions de choléra sont récurrentes au Niger, l'un des pays les plus pauvres du monde. Le Niger accueille actuellement quelque 50 000 réfugiés maliens, dont 31 000 répartis dans 3 camps dans la région de Tillaberi. Ils ont fui le conflit qui a commencé début 2012 dans le nord de leur pays.

Le conflit malien a forcé 174 000 personnes à fuir au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger. Il a également déraciné plus de 300 000 Maliens à l'intérieur de leur pays.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Santé publique

La santé des réfugiés et des autres personnes déracinées de force est un élément essentiel de la protection et une priorité pour le HCR.

Crise au Mali : Appel urgent

Plus de 300 000 maliens ont été forcés de quitter leur maison dans l'espoir de trouver un endroit où ils seraient en sécurité. Aidez-nous à les protéger.

Donnez pour cette crise

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Des milliers de familles maliennes sont arrivées au Niger depuis la mi-janvier, après avoir fui les combats entre un mouvement rebelle touareg et les forces gouvernementales maliennes au nord du Mali. Les réfugiés vivent dans des installations de fortune le long de la frontière. Ils sont exposés au soleil et au vent durant la journée et au froid la nuit. Le HCR a commencé à distribuer des biens de secours et prévoit d'ouvrir des camps dans des zones plus sûres situées hors des régions frontalières. Hélène Caux, du HCR, a rencontré certains parmi ces réfugiés qui lui ont fait part de leur souhait de retourner dans leur pays dès que la sécurité y serait restaurée.

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Fuyant les combats, l'insécurité générale et l'instabilité politique de leur pays, des réfugiés maliens continuent d'arriver au Niger. Sur le site de Mangaizé où sont accueillis des réfugiés, ils sont quelque 3000 à vivre dans des conditions difficiles, exposés pendant le jour à une chaleur étouffante et se demandant quand ils pourront rentrer chez eux. Dans ce pays aride du Sahel, l'eau et la nourriture sont comptés, ce qui pose un problème considérable et aux réfugiés et aux communautés locales. Ce sont plus de 40 000 Maliens qui ont trouvé refuge au Niger depuis janvier, lorsque les forces gouvernementales maliennes et le mouvement rebelle touareg en sont venus à un affrontement armé. Cent soixante mille réfugiés maliens se répartissent entre le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. En outre, on compte 133 000 déplacés internes au Mali. Au début du mois de mai, António Guterres, Haut Commissaire pour les réfugiés, s'est rendu au Niger, notamment à Mangaizé, en compagnie de Mme Ertharin Cousin, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, dans l'intention de sensibiliser encore davantage l'opinion mondiale à la crise et de rallier de l'aide en faveur des déplacés.

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Niger : fuir le NigériaPlay video

Niger : fuir le Nigéria

Les personnes qui fuient les combats entre l'armée nigériane et les rebelles Boko Haram sont accueillis chaleureusement au Niger.
Mali: Distribuer de l'aidePlay video

Mali: Distribuer de l'aide

Alors que des milliers de personnes attendent de pouvoir rentrer chez elles au nord du Mali, les agences humanitaires continuent d'aider les déplacés.
Mali: Déplacés à MoptiPlay video

Mali: Déplacés à Mopti

Les Maliens qui ont fui Tombouctou, par peur des affrontements entre les forces d'intervention et les rebelles de l'opposition tentent de survivre à Mopti.