Une jeune réfugiée soudanaise déterminée met les études avant le mariage

Articles d'actualité, 8 mai 2013

© HCR/P.Rulashe
Aida (à droite) et sa grand-mère qui estime qu'elle devrait se marier bientôt.

CAMP DE REFUGIES DE YUSUF BATIL, Soudan du Sud, 8 mai (HCR) Il y a tout juste un an, la détermination d'Aida Budjut de poursuivre ses études se heurtait à la ferme opposition de sa grand-mère qui estimait que la jeune fille de 16 ans devait se marier et avoir des enfants.

Mais Aida, une réfugiée originaire du Soudan, n'est pas du genre à se laisser influencer et grâce au soutien d'un allié puissant et progressiste, son père, elle a gagné. L'adolescente vient d'entamer une formation de six mois qui prépare les non-anglophones à l'anglais pour pouvoir enseigner dans cette langue à des élèves d'école primaire.

Sur 400 réfugiés des camps du Soudan du Sud, elle a été la seule à être sélectionnée pour la formation dispensée par Windle Trust International, un partenaire du HCR. Elle a aussi commencé à travailler comme enseignante dans une école maternelle du camp de réfugiés de Yusuf Batil après avoir suivi un cours d'un mois sur le développement de la petite enfance. Le HCR considère qu'il est très important de donner un accès à l'éducation aux réfugiés, en particulier aux femmes.

Mais bien qu'Aida gagne l'équivalent de 250 dollars par mois pour aider sa famille, sa grand-mère, Rajab, n'est toujours pas convaincue. « Ma grand-mère pensait que comme j'avais suivi le cours je serais satisfaite et disposée à me marier », déclare Aida, « mais elle ne comprend pas ce que je veux ».

Aida explique qu'elle ne veut pas finir piégée dans un mariage précoce et dépendre de son mari, comme tant d'autres jeunes femmes qu'elle connait. Jusqu'à présent, elle a repoussé trois prétendants. « Qui l'épousera si elle ne cesse de repousser les propositions de mariage?", déplore sa grand-mère.

La jeune fille s'était habituée à ce refrain après avoir passé plusieurs mois seule avec sa grand-mère de 60 ans dans le camp de Yusuf Batil. La famille entière avait fui leur village de l'Etat du Nil bleu au Soudan fin 2011 après être devenue une cible dans le conflit opposant les forces armées soudanaises au Mouvement de libération du peuple du Soudan-Nord.

Aida et Rajab ont été séparées du reste de la famille et ont poursuivi seules leur chemin vers le Soudan du Sud et Yusuf Batil. S'inquiétant de la manière dont elle allait subvenir aux besoins de sa petite-fille, Rajab pensait sincèrement que seul le mariage offrirait une sécurité financière à la jeune fille.

Pour échapper aux remarques incessantes de sa grand-mère, Aida s'est mise à explorer le camp de près de 38 000 personnes et à chercher quelque chose à faire ou à étudier. Puis, un jour, ses parents et frères et sœurs sont arrivés dans le camp et les choses ont commencé à changer. « J'étais très heureuse de voir mes parents non seulement parce qu'ils étaient vivants, mais aussi parce que mon père ne partageait pas l'insistance de ma grand-mère pour que je marie », déclare la jeune fille.

Peu après la réunification de la famille, Aida se rendait au marché à Yusuf Batil quand elle est tombée sur un groupe de personnes qui semblaient étudier dans l'une des écoles du camp. Après s'être approchée, elle a compris qu'il s'agissait de personnes de son âge qui participaient à un atelier pour enseignants d'école maternelle.

« Je suis restée dans l'enceinte de l'école jusqu'à ce que le formateur me dise de rejoindre le groupe car je distrayais la classe », raconte-t-elle. « C'était comme retourner à l'école. J'étais très excitée », ajoute-t-elle en évoquant le cours d'un mois sur le développement de la petite enfance.

Actuellement, elle suit la formation d'enseignante dispensée par Windle Trust International et financée par le HCR et elle pense bien faire. Comme la plupart des autres étudiants du cours, elle a grandi avec l'arabe, mais elle doit désormais maitriser l'anglais, la principale langue d'étude au Soudan du Sud.

« Cela n'est peut-être pas dans la continuité de ma scolarité secondaire au sens conventionnel », affirme Aida, « mais cela contribue vraiment à mon objectif de toujours d'apprendre l'anglais et de devenir enseignante ». On apprend aux étudiants, tous non-anglophones, à utiliser des techniques d'enseignement visuelles, sonores et avec le langage du corps.

« Au terme du programme, toute personne non-anglophone est en mesure d'enseigner l'anglais à des élèves de niveau école primaire », explique Deborah Namukwaya, du Windle Trust, qui gère le programme de formation des enseignants financé par le HCR dans les camps de réfugiés situés dans le comté de Maban dans l'Etat du Nil supérieur.

A l'issue de leur programme de formation, les nouveaux enseignants comme Budjut seront chargés de classes composées de 40 à 50 élèves. Fin 2012, environ 20 000 enfants étaient inscrits dans les écoles des quatre camps de réfugiés du Comté de Maban, lesquels accueillent quelque 116 000 réfugiés au total. Un cinquième camp vient juste d'ouvrir.

Désormais Rajab n'insiste plus pour qu'Aida se marie immédiatement, mais estime qu'elle devrait au moins trouver un mari avant ses 20 ans.

Par Pumla Rulashe dans le camp de réfugiés de Yusuf Batil, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.