Le HCR commence à transférer les réfugiés soudanais du camp inondable de Jaman

Articles d'actualité, 7 mai 2013

© HCR/P.Rulashe
Hawa et Asha, sa fille de neuf ans, attendent patiemment tandis que le transfert de tous les réfugiés du site inondable de Jamam s'organise.

MABAN, Soudan du Sud, 7 mai (HCR) Cette semaine, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a commencé à transférer près de 20 000 réfugiés soudanais du site de transit inondable de Jamam, dans l'Etat du Nil supérieur au Soudan du Sud, vers un nouveau camp situé à une altitude plus élevée.

L'opération a débuté lundi et le HCR espère terminer le transfert vers Kaya, situé comme Jamam dans le comté de Maban dans l'Etat du Nil supérieur, avant fin juin et l'arrivée de la saison des pluies qui rendrait le transfert difficile.

« Le HCR, en partenariat avec des organisations humanitaires, transportera 450 réfugiés en moyenne par jour, les derniers arrivés faisant partie des premiers à faire le voyage », a annoncé l'agence dans un communiqué de presse, ajoutant qu'entre 40 et 50 réfugiés arrivent quotidiennement dans le comté de Maban depuis quatre mois.

Les réfugiés, principalement des femmes, des enfants et de plus en plus de personnes âgées, fuient le conflit et les souffrances dans l'Etat du Nil bleu au Soudan, mais l'afflux risque de ralentir avec l'arrivée des pluies.

Lundi, près de 300 personnes ont participé au premier convoi vers Kaya, site également plus adapté en raison de sa construction sur un sol sablonneux qui permet l'écoulement des eaux. Parmi la foule attendant de monter dans les autocars se trouvaient Hawa Aman, une veuve, et sa fille de neuf ans, Asha.

Elles attendaient tranquillement, traumatisées par le souvenir de l'attaque aérienne sur leur village, Gisi, en mars, suivie de leur fuite et d'un voyage pénible vers le Soudan du Sud. Elle a appris plus tard que deux de ses huit enfants avaient été tués dans l'attaque et que deux autres étaient en sécurité avec des proches dans un autre camp.

« Ma seule pensée était de partir aussi loin de Gisi que possible », se souvient-elle. « Je n'ai même pas eu le temps de prendre de l'eau ou de la nourriture. Nous nous sommes juste mis à marcher ». Mais ses plus jeunes enfants ont commencé à se battre et trois d'entre eux ont péri dans la forêt.

« J'ai prié, 'Mon Dieu, donne-moi la force d'emmener les [trois] enfants qui me restent dans un lieu sûr', et il l'a fait », déclare Hawa au HCR. Elle ajoute qu'ils ont été en contact avec des collaborateurs du HCR peu après avoir pénétré au Soudan du Sud, au point d'entrée de New Guffa. Comme les autres nouveaux arrivants, ils ont reçu de l'eau et de la nourriture avant d'être conduits à Jamam.

Maintenant, Hawa et ses trois enfants survivants ont été transférés vers leur nouveau foyer à Kaya, le cinquième camp de réfugiés ouvert par le HCR dans le comté de Maban. Toutes les familles recevront un lopin de terre pour construire leur maison.

Adan IImi, coordinateur senior des opérations du HCR dans la région, affirme que tous les nouveaux arrivants à Jamam seront conduits directement au camp de réfugiés de Kaya, « où une assistance humanitaire incluant la fourniture de nourriture et de produits non alimentaires comme des tentes, du matériel pour abris, des jerrycans, des seaux, des moustiquaires, des matelas et des ustensiles de cuisine, des services de santé, des installations d'eau et d'assainissement est à leur disposition ».

Les autres avantages de Kaya comprennent l'accès à l'éducation pour les enfants et suffisamment de forêt pour fournir de l'ombre et du bois pour la cuisine. Les installations d'eau et d'assainissement existantes peuvent satisfaire les besoins de 6 000 personnes. Des réserves d'eau sont en cours d'acheminement et de nouvelles installations sont mises en place. Le camp dispose d'un potentiel d'accueil de 35 000 personnes.

Pendant ce temps, Hawa s'efforce de faire le deuil de ses enfants. A Jamam, elle bénéficiait de conseils pour soigner ce traumatisme. Mais elle se dit « éternellement reconnaissante » envers le HCR pour l'avoir sauvée ainsi que ses autres enfants. « Je comptais juste les jours avant que mon prochain enfant ne tombe sans jamais se relever », dit-elle.

Elle a été encouragée à échanger et à socialiser autant que possible avec d'autres femmes dans le nouveau camp. « Je sais que je dois le faire car sinon je vais perdre la tête », dit-elle. « Ce n'est peut-être pas pour maintenant ou demain, mais un jour je serai certainement capable de sourire et de rire de nouveau comme tout le monde autour de moi ».

Par Pumla Rulashe à Jamam, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.