Les réfugiés hésitent sur le transfert vers un nouveau camp au Soudan du Sud

Articles d'actualité, 17 avril 2013

© HCR/T.Irwin
Dans le camp de réfugiés nouvellement établi d'Ajoung Thok au Soudan du Sud, Hassam Neel Salom explique à un employé du Conseil danois pour les réfugiés, l'organisation responsable de la gestion du camp, qu'il fera venir sa famille après avoir construit leur maison.

YIDA, Soudan du Sud, 17 avril (HCR) Depuis ces trois dernières semaines, Hassam Neel Salom a fait partie d'un petit nombre de réfugiés, toutefois en hausse, qui ont rejoint un nouveau camp après avoir quitté l'installation où ils vivaient dans des conditions de promiscuité et d'insécurité près d'une zone contestée de la frontière entre le Soudan du Sud et le Soudan.

Salom est arrivé au camp d'Ajoung Thok dans le cadre d'un programme du HCR « travail contre rémunération. » Avec d'autres réfugiés et des habitants des communautés hôtes alentour, il a aidé à construire un camp de réfugiés dans une zone boisée hors de la zone militarisée. Ce camp a une capacité d'accueil initiale de 20 000 personnes.

« En travaillant au camp, j'ai pu voir ses avantages », a-t-il déclaré. « Il y a davantage d'espace et de services ici et je me sens plus en sécurité. » Une fois qu'il aura construit la maison de sa famille en utilisant le matériel fourni par le HCR, Salom envisage d'y faire venir sa famille.

Beaucoup d'autres familles du camp de Yida ont exprimé leur réticence à être transférés. Yida a été créé en 2011 par des réfugiés qui avaient fui le conflit dans l'Etat du Sud-Kordofan, au Soudan.

Comme le nombre d'arrivées a connu une hausse exponentielle, le HCR, d'autres organisations des Nations Unies et ONG ont mis en œuvre des opérations de réponse à la situation d'urgence, tout en encourageant parallèlement les réfugiés à rejoindre des zones plus sûres. Aujourd'hui, la population de Yida s'élève à plus de 70 000 personnes. Le Gouvernement du Soudan du Sud a clairement annoncé que ce n'est pas une option à long terme et que les résidents de Yida devront rejoindre le nouveau camp un jour ou l'autre.

Marian Selam et ses trois enfants ont marché pendant quatre jours pour échapper au conflit qui affectait leur village dans les montagnes de Nuba, au Soudan. Un jour après un bombardement aérien qui avait tué son voisin et son enfant, Marian a dit au revoir à son mari qui ne pouvait pas voyager en raison d'une blessure subie lors d'une précédente attaque. Elle est partie avec ses enfants vers le Soudan du Sud. Elle avait entendu dans sa communauté qu'il y avait un lieu où les habitants de sa région s'étaient installés.

Au centre d'enregistrement du HCR à Yida, Marian a déclaré que même si l'assistance, y compris des rations alimentaires, des articles de secours et des abris sont disponibles à Ajoung Thok, elle restera à Yida. « Si j'entends dire par des gens de ma région que le nouveau camp est sûr, qu'une protection y est assurée, alors je m'y rendrai », a-t-elle déclaré à un employé du HCR.

Comme tous les arrivants, Marian avait exprimé l'espoir que ses enfants pourraient aller à l'école. Le HCR ne propose pas l'enseignement primaire à Yida en raison des problèmes de sécurité. En novembre 2011, un avion avait largué deux bombes dans l'installation de Yida, l'une d'elles près d'une école. Heureusement, il n'y avait pas eu de victimes dans le camp. En mars, un différend dans le camp avait donné lieu à une fusillade et un policier avait été abattu. Les résidents du camp d'Ajoung Thok auront accès aux écoles, aux services médicaux et il leur sera alloué des petites parcelles de terrain sur lesquelles ils pourront construire un abri et cultiver des légumes. Ils recevront également des cartes d'enregistrement en tant que réfugiés.

Boutros Magub avait, lui aussi, d'abord refusé de rejoindre le nouveau camp, en quittant le centre d'enregistrement du HCR avec sa femme et ses quatre enfants à Yida. Neuf jours plus tard, il est revenu pour s'inscrire au prochain transfert vers Ajoung Thok. « Yida est surpeuplé », a-t-il déclaré. « J'ai entendu dire que, dans le nouveau camp, nous aurons plus d'espace, que mes enfants pourront aller à l'école et que nous allons recevoir des rations alimentaires. »

« Le transfert vers Ajoung Thok a commencé », a déclaré Cosmos Chanda, Représentant du HCR au Soudan du Sud. « Le nombre des nouveaux arrivants augmente et le camp ne cesse de se développer. Nous sommes convaincus que davantage de réfugiés seront convaincus d'y vivre, car l'assistance et la protection y sont plus accessibles. »

Par Tim Irwin à Yida, Soudan du Sud

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

A la veille du référendum portant sur l'autodétermination du Sud-Soudan le 9 janvier 2011, des dizaines de milliers de personnes qui vivaient dans le nord du Soudan ont plié bagage pour rentrer dans leurs villages d'origine au sud du pays. Le HCR a établi des points d'escale le long des axes de retour vers le Sud-Soudan, afin de distribuer des vivres aux voyageurs et de leur fournir un lieu sûr pour qu'ils se reposent durant ce pénible voyage. Plusieurs cas d'attaques et de viols perpétrés contre des voyageurs ont justifié l'ouverture de ces centres où les femmes, les enfants et les personnes handicapées peuvent passer la nuit. Le HCR a mobilisé des ressources pour répondre aux besoins de 50 000 personnes, dans l'éventualité d'un déplacement massif suite aux résultats du vote.

Les Soudanais rentrent dans le Sud pour le référendum

Tchad : l'éducation en exil

L'UNHCR s'associe avec le Ministère de l'éducation et des partenaires ONG pour améliorer l'éducation des réfugiés soudanais au Tchad. La violence continue dans la région ouest du Darfour, au Soudan, a déraciné deux millions de Soudanais dans leur propre pays et a fait fuir quelque 230 000 personnes de l'autre côté de la frontière dans l'est du Tchad. Les réfugiés sont hébergés dans 12 camps au Tchad. Bien que le taux d'inscription à l'école dans les camps au Tchad soit élevé, l'assiduité est variable. Le manque d'instituteurs qualifiés et de fournitures scolaires perturbe le déroulement des classes. Par ailleurs, de nombreux enfants sont accaparés par les tâches domestiques, tandis que d'autres arrêtent l'école pour travailler dans des familles tchadiennes. La fréquentation des filles est moins régulière, surtout après leur mariage qui a lieu généralement lorsqu'elles ont 12 ou 13 ans. Pour les garçons et adolescents, fréquenter l'école diminue le risque d'être recruté par différents groupes armés opérant dans la région.

L'UNHCR et ses partenaires continuent de former et de rémunérer les instituteurs au sein des 12 camps de réfugiés, assurant ainsi une éducation de qualité aux enfants réfugiés. Les ONG partenaires entretiennent les écoles et fournissent les uniformes aux écoliers. L'UNICEF distribue des livres, des cahiers et des fournitures. En août 2007, l'UNHCR, l'UNICEF et le Ministère de l'éducation tchadien ont travaillé conjointement pour améliorer l'éducation des Soudanais déracinés par le conflit au Darfour.

Tchad : l'éducation en exil

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Quelque 105 000 réfugiés se sont regroupés dans le Comté de Maban, au Soudan du Sud. De graves risques pèsent sur la santé de nombre d'entre eux. Le HCR et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour prévenir et contenir l'épidémie de paludisme et plusieurs maladies hydriques.

La plupart des réfugiés, notamment les enfants et les personnes âgées, sont arrivés très affaiblis dans les camps. Or, les pluies incessantes ont tendance à exacerber la situation, les flaques d'eau se transformant vite en foyer d'incubation de moustiques porteurs du paludisme. Qui plus est, un simple rhume suffit pour que l'état de malnutrition modérée dont souffrent les enfants et personnes âgées se transforme en malnutrition sévère.

C'est dans le camp de Yusuf Batil, dans le Comté de Maban, que la situation se fait la plus critique puisque 15 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition aiguë.

Le HCR et ses partenaires font tout leur possible pour prévenir et lutter contre la maladie. Dans le camp de Yusuf Batil, 200 professionnels de la santé des communautés vont de foyer en foyer afin d'enseigner aux réfugiés les règles d'hygiène de base, telles que la nécessité de se laver les mains ou encore comment reconnaître les signes de maladie. S'ils en ont besoin, les enfants reçoivent des aliments nutritifs tels que des Plumpy'nut. Un hôpital spécialisé dans le traitement de patients atteints du choléra a d'ailleurs ouvert ses portes. Parallèlement, des moustiquaires ont été distribuées dans tous les camps à des fins de prévention du paludisme.

Crise sanitaire au Soudan du Sud

Soudan du Sud : née en plein conflitPlay video

Soudan du Sud : née en plein conflit

Nyariek est née alors que le conflit affecte de nouveau son tout jeune pays, le Soudan du Sud. Mais quelques jours après, elle a vécu une tragédie, lorsque sa mère a été tuée lors d'une attaque.
Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.