Les réfugiés en Ethiopie ont un nouveau domicile et créent des emplois

Articles d'actualité, 8 avril 2013

© HCR/R.Nuri
Mako, une réfugiée somalienne, et ses six enfants ont emménagé dans un abri en bambou tout neuf l'année dernière, après avoir vécu plusieurs mois dans une tente au camp de réfugiés de Kobe, en Ethiopie.

DOLLO ADO, Ethiopie, 8 avril (HCR) La vie sous la tente dans un camp de réfugiés est synonyme de nuits sans sommeil et de journées épuisantes pour Mako, âgée de 33 ans, et ses six enfants. « Je ne pouvais pas dormir la nuit », se souvient cette réfugiée somalienne.

Même pendant la journée, dit-elle, « je revenais à la maison et je trouvais ma tente éventrée et on m'avait volé des sacs de sucre et de riz. »

Désormais, elle arpente fièrement son abri de bambou dans le camp de Kobe où sa famille a emménagé l'année dernière. « Mes enfants sont plus en sécurité ici », dit-elle avec satisfaction. « Je peux désormais verrouiller les fenêtres et la porte. »

La nouvelle maison de Mako est l'un de 7 200 abris provisoires que le HCR et ses partenaires ont construit l'année dernière dans cinq camps de réfugiés de la région de Dollo Ado, à environ 1 000 kilomètres au sud de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

Les nouvelles maisons concrétisent la transition depuis la situation d'urgence vers des mesures de rétablissement. En 2011, il fallait ouvrir rapidement trois nouveaux camps pour fournir un refuge aux 100 000 Somaliens qui avaient fui la sécheresse et l'insécurité dans leur pays d'origine. Kobe, où vit Mako, est apparu ainsi que les camps d'Hilaweyn et de Buramino.

Leur apparence correspondait à l'image classique d'un camp de réfugiés établi par le HCR, avec des rangées de tentes. Mais maintenant que la phase de réponse du HCR à la situation d'urgence dans le sud de l'Ethiopie se termine, les camps ressemblent désormais de plus en plus à des villages ruraux.

Fournir aux réfugiés un abri plus durable et digne était devenu une priorité pour le HCR l'année dernière. « Nous avons invité les réfugiés à prendre part à ce programme plutôt que de leur imaginer unilatéralement un modèle d'abri pour eux », explique Anicet Adjahossou, expert du HCR dans le domaine des abris à Dollo Ado.

Le HCR a entamé des discussions avec les réfugiés, les autorités et les partenaires pour développer une alternative convaincante par rapport aux tentes utilisées en situation d'urgence. « Après deux mois de consultations et de groupes de discussion, nous avons décidé de produire trois modèles différents », a déclaré Anicet Adjahossou.

Trois partenaires travaillant avec le HCR dans le camp le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), le Conseil danois pour les réfugiés et Africa Humanitarian Action ont chacun élaboré un prototype d'abri provisoire en fonction des besoins spécifiques, y compris le contexte social et culturel des réfugiés, la disponibilité locale des matériaux, les conditions climatiques et météorologiques ainsi que les moyens d'existence.

« Au nom de tous les réfugiés, nous avons choisi l'abri du NRC avec des murs en bambou, un toit en tôle ondulée et des murs en boue », explique Mako, qui est également membre du comité des réfugiés dans le camp. « Cet abri nous rappelle nos maisons en Somalie. »

Avec un toit en tôle ondulée, l'abri est adapté pour les températures chaudes comme à Dollo Ado, qui peuvent dépasser les 42°C en été. « L'air y reste frais toute la journée », dit-elle, à la différence des tentes, où les réfugiés avaient du mal à respirer sous la lumière du soleil intense, l'après-midi.

Par chance pour les réfugiés, ces maisons neuves ont également créé de nouveaux emplois. Plus de 300 résidents qualifiés des communautés locales et réfugiées fabriquent désormais des composantes du logement infrastructures et toitures dans des ateliers de production dans les cinq camps. Quelque 150 autres travailleurs des communautés hôtes et réfugiées ont été formés à monter des abris sur le site. S'ils veulent une meilleure isolation, les réfugiés peuvent monter les murs de leur maison eux-mêmes.

A ce jour, un peu moins de 20% des 190 000 réfugiés dans les cinq camps de Dollo Ado vivent dans ces nouveaux abris. Avec le manque de fonds, le HCR ne peut pas atteindre son objectif de transférer 60% des réfugiés dans ces maisons cette année, selon Anicet Adjahossou.

Parallèlement, Mako, fière de sa maison, fait ce que tout nouveau propriétaire ferait elle la décore et invite les voisins. « J'espère que davantage de réfugiés pourront profiter d'un espace plus accueillant, protégeant la vie privée et la dignité », dit-elle, en montrant des tapis rouges et roses qui couvrent les murs et le sol de son salon.

« Quand mes enfants dorment, je peux tout de même inviter mes voisins pour le thé dans la pièce d'à côté. Et je peux aussi verrouiller la porte et passer du temps avec ma famille. »

Par Rocco Nuri à Dollo Ado, Ethiopie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Abri

L'une des choses dont les gens ont le plus besoin après avoir été forcés à fuir leur maison - qu'ils soient réfugiés ou déplacés internes - c'est un toit au-dessus de leur tête.

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Nouvelles arrivées en Ethiopie

La contrée isolée de Dolo Ado devient le refuge de quelque 10 000 Somaliens fuyant la violence dans leur pays.

Depuis le début de l'année, environ 10 000 Somaliens ont traversé la frontière en quête de refuge et ils sont arrivés à Dolo Ado, un lieu isolé, brûlé par le soleil et situé au sud-est de l'Ethiopie - où les habitants sont majoritairement de l'ethnie somali. La plupart ont fui l'insécurité après le retrait des troupes éthiopiennes du centre et du sud de la Somalie et la reprise de ces régions par des insurgés. Au pic de l'afflux au début du mois de février 2009, quelque 150 personnes franchissaient la frontière chaque jour. En réponse à cette situation, une équipe d'urgence du HCR a été envoyée sur place pour aider à gérer un centre de transit à Dolo Ado. De plus, le HCR a fait parvenir des convois contenant des articles de secours, y compris des moustiquaires, des couvertures, des jerrycans, des batteries d'ustensiles de cuisine et des bâches en plastique. Les efforts humanitaires sont coordonnés avec d'autres agences des Nations Unies et des ONG pour assurer que les besoins sont satisfaits. Bien que de nombreux Somaliens déplacés à l'intérieur du sud et du centre de la Somalie ont commencé à rentrer, principalement vers Mogadiscio, de nombreux Somaliens restent à Dolo Ado car ils ont besoin de protection. Etant donné les faibles perspectives de rapatriement dans un avenir proche, un nouveau camp est actuellement en cours de préparation et les cas des réfugiés sont maintenant examinés.

Nouvelles arrivées en Ethiopie

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.