Le HCR fournit une aide d'urgence tandis que le nombre de victimes dans l'incendie d'un camp de réfugiés en Thaïlande augmente

Points de presse, 26 mars 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 26 mars 2013 au Palais des Nations à Genève.

En Thaïlande, le nombre de victimes dans l'incendie de vendredi dernier dans un camp de réfugiés à la frontière avec le Myanmar s'élève maintenant à 37 personnes. En outre, 2 300 personnes n'ont plus de foyer.

Le feu s'est déclaré vendredi après-midi dans le camp Ban Mae Surin situé dans la province de Mae Hong Son. Il s'est propagé rapidement et a détruit plus de 400 maisons, un pensionnat, une clinique, un entrepôt, des installations communautaires ainsi que des bureaux du gouvernement et d'organisations humanitaires. Les réfugiés présentant des brûlures graves ont été transportés dans les hôpitaux locaux.

Les autorités thaïes enquêtent sur les causes de l'incendie. Elles dirigent également les opérations de secours dans ce camp géré par le gouvernement, en coopération étroite avec le HCR et des ONG comme le Comité international de secours (IRC), The Border Consortium (TBC) et le Catholic Office for Emergency Relief and Refugees (COERR).

Des vivres et de l'eau potable sont distribués aux rescapés.

Des services temporaires de santé ont été mis en place et IRC coopère avec le Ministère thaïlandais de la santé publique pour fournir des conseils psychosociaux aux populations touchées.

Certains réfugiés se sont déplacés dans le camp avec leurs proches.

Il est conseillé aux familles qui dorment près de la rivière qui traverse le camp de se déplacer pour minimiser le risque de déclenchement de maladies.

Des discussions sont en cours concernant la localisation de sites temporaires, les personnes étant actuellement trop traumatisées pour reconstruire leurs maisons dans les zones touchées. The Border Consortium répare les bâtiments et les espaces communaux dont une école et un terrain de football pour accueillir quelques familles. IRC installera des toilettes dans ces sites temporaires.

Dans le même temps, le HCR a acheminé quelque 60 tentes familiales, plus de 800 bâches en plastique et 1 200 couvertures et nattes vers le camp. Les autorités et les ONG fournissent aussi des moustiquaires, des vêtements et d'autres provisions.

Le HCR et ses partenaires s'efforcent également d'identifier les réfugiés vulnérables parmi ceux touchés par l'incendie, notamment les femmes enceintes, les enfants non accompagnés et les handicapés, afin de s'assurer que leurs besoins spécifiques sont satisfaits.

Le camp de réfugiés de Ban Mae Surin a été installé en 1992 et accueille quelque 3 500 réfugiés majoritairement originaires de l'Etat de Kayah dans l'est du Myanmar. C'est l'un des neuf camps frontaliers qui hébergent environ 120 000 réfugiés du Myanmar dans I'ouest de la Thaïlande.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juini, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Myanmar : Les besoins persistent dans des zones reculées

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Avec huit vols cargo et un convoi terrestre depuis la Thaïlande, l'UNHCR a déjà acheminé vers le Myanmar, en date du 6 juin, 430 tonnes de matériel d'abri et d'articles de première nécessité pour aider environ 130 000 victimes du cyclone Nargis. L'aide inclut des bâches et des rouleaux de plastique, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Elle est rapidement distribuée une fois sur place.

Aux alentours de Yangon - une région qui a également été touchée par le cyclone - et dans le delta d'Irrawaddy, des familles ont construit des abris de fortune avec des toits de feuilles de palmier. Ils ont cependant désespérément besoin de bâches en plastique pour se protéger des pluies de mousson.

Légendes.

L'aide d'urgence de l'UNHCR parvient aux victimes du cyclone au Myanmar

Cyclone dévastateur au Myanmar

Les 2 et 3 mai 2008, le cyclone Nargis a dévasté le Myanmar, causant la mort de milliers de personnes et en laissant plus d'un million d'autres sans abri. En réponse immédiate à la catastrophe, le bureau de l'UNHCR à Yangon a acheté et distribué l'équivalent de 50 000 dollars de bâche en plastique et de nourriture en conserve aux rescapés.

Depuis, avec un premier convoi d'aide humanitaire par camion, l'UNHCR a fait parvenir 22 tonnes de tentes et de bâche en plastique en provenance des stocks de l'agence dans le nord-ouest de la Thaïlande. Par ailleurs, plus de 100 tonnes de toile goudronnée, de couvertures, d'ustensiles de cuisine et de moustiquaires sont acheminées par avion depuis l'entrepôt régional de l'UNHCR à Dubaï.

L'UNHCR n'intervient pas habituellement en cas de catastrophe naturelle, mais l'agence a agi en raison de l'ampleur de la dévastation, du besoin urgent des victimes et de la proximité de ses entrepôts d'aide d'urgence, qui sont situés non loin du Myanmar.

Cyclone dévastateur au Myanmar

Inde : Jeune et seulePlay video

Inde : Jeune et seule

Ni Ang, âgée de 16 ans, parcourt le marché de nuit à Delhi pour trouver de la nourriture pour elle et ses trois frères et soeurs. Ces enfants non accompagnés luttent pour leur survie en Inde après avoir fui leur village au Myanmar.