Le HCR appelle à nouveau les parties au conflit syrien à permettre l'acheminement de l'aide humanitaire

Points de presse, 26 mars 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 26 mars 2013 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR renouvelle aujourd'hui son appel à toutes les parties pour que soit garanti le passage sécurisé des convois de distribution d'aide humanitaire aux populations civiles en Syrie. Dans le contexte sécuritaire actuel, plusieurs convois ont dû être annulés ou retardés, ce qui prive de nombreux Syriens d'une aide vitale.

Selon les dernières estimations des Nations Unies, au moins 3,6 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Syrie. Le HCR coopère avec le gouvernement et les organismes non gouvernementaux pour faire en sorte que l'aide leur parvienne, mais à ce jour l'assistance n'atteint qu'une infime partie des personnes dans le besoin.

Malgré les difficultés liées à la sécurité, le HCR s'efforce de développer ses opérations. Depuis début 2013 nous avons effectué des distributions d'aide à Deir Ezzor, Daraa, Ar Raqqah, Idlib et Hama. L'année dernière, nous avons ajouté à notre présence à Damas, Alep et Al Hasakeh de nouvelles installations à Al Nabak and Homs. Cela nous a rapprochés de plusieurs lieux de concentration des populations déplacées et vulnérables.

Notre objectif actuel est de distribuer de l'aide à 1 million de personnes au minimum d'ici juin 2013 et nous espérons en atteindre encore davantage au cours des mois suivants. Au 20 mars, nous avions fourni des produits d'urgence à plus de 437 000 personnes dans certaines des provinces les plus touchées, dont Alep, Al Hassakeh, Ar-Raqqah, Damas, Daraa, Deir Ezzor, Hama et Idlib.

Cette aide comprend du matériel de couchage, des abris, des biens ménagers et des vêtements. Le matériel a été distribué directement par le HCR ou par des ONG locales et le Croissant-Rouge arabe syrien. Quatre convois, dont un organisé en collaboration avec d'autres agences de l'ONU, se sont rendus vers le nord depuis le début de l'année. La distribution la plus récente est partie de Damas vers Tal Abiyad dans la province de Ar Raqqah. Sept camions transportant 130 tonnes d'aide sont arrivés le 18 mars. Les camions étaient acheminés par le Croissant-Rouge arabe syrien. Le Programme alimentaire mondial a également envoyé quatre camions chargés de 5000 paniers de nourriture.

L'aide financière demeure une priorité importante en Syrie. L'année dernière nous avons apporté un soutien financier à 14 607 familles à Damas, Al Hassakeh et Al Nabek. Cette année 6 400 familles ont reçu une aide financière à Damas. Les projets d'extension du programme vers Homs ont été retardés en raison de l'insécurité, mais nous espérons démarrer le programme dans les semaines à venir.

Selon les termes de l'accord de collaboration, le Bureau chargé de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) coordonne les opérations de secours à l'intérieur de la Syrie. Le HCR est responsable de trois secteurs : distribution des biens ménagers ; soutien en matière d'abris (dont rénovation des abris, livraison de tentes et d'équipements pour les abris) et services communautaires (dont visites à domicile, gestion des centres communautaires et permanences téléphoniques). Nous participons à trois autres groupes : éducation, santé, eau et assainissement.

Les 70 000 réfugiés originaires d'Iraq, d'Afghanistan et de Somalie vivant toujours en Syrie sont confrontés aux mêmes souffrances et dangers que leurs hôtes syriens. Le HCR reste engagé à fournir une aide et une protection à cette population vulnérable. Nombreuses personnes ont des possibilités d'adaptation limitées car elles n'ont plus d'opportunités de travail et sont déplacées en raison du conflit.

Des informations reçues par le HCR font état de réfugiés victimes de menaces et d'enlèvements. Un réfugié afghan a été tué par un obus tombé sur sa maison. Les enfants réfugiés sont particulièrement vulnérables, certains présentant des problèmes psychosociaux et beaucoup ayant abandonné leur scolarité. L'assistance comprend un soutien financier et une aide pour accéder aux soins de santé. La réinstallation des réfugiés originaires en particulier d'Iraq, dont des Palestiniens, de Somalie et d'Afghanistan représente la plus grande priorité pour ceux qui ne peuvent pas envisager de rentrer chez eux.

Au moins 76 000 Iraquiens sont rentrés dans leur pays depuis le début du conflit en Syrie malgré le fait que pour beaucoup les conditions de retour sont loin d'être idéales. A leur arrivée en Iraq et après leur enregistrement auprès des autorités, le HCR leur fournit des biens ménagers et une aide en espèce de 400 dollars par famille et 200 dollars par personne seule. Entre novembre 2012 et fin janvier 2013, 3 116 ménages (18 815 personnes) ont bénéficié de cette assistance.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Turquie : La vie au campPlay video

Turquie : La vie au camp

En Turquie, plus de 100 000 Syriens sont hébergés dans 14 camps de réfugiés, mais davantage de camps sont nécessaires.
Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa Play video

Liban : Hébergement dans la plaine de la Bekaa

Des réfugiés syriens continuent de fuir vers les pays voisins pour échapper au violent conflit qui déchire leur pays.
Angelina Jolie en mission à BagdadPlay video

Angelina Jolie en mission à Bagdad

Durant sa récente mission au Moyen-Orient, l'Emissaire du HCR Angelina Jolie a rencontré des déplacés et des rapatriés iraquiens à Bagdad.