Un effort de réconciliation nécessaire pour éviter un déplacement prolongé au Mali

Points de presse, 1 mars 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 1 mars 2013 au Palais des Nations à Genève.

Près de deux mois après le lancement de l'intervention militaire française au Mali, le HCR continue de voir de nombreuses personnes déplacées internes. Dans les pays voisins, le nombre de réfugiés est encore élevé et, dans certains cas, il augmente encore.

Malgré les améliorations de la situation sécuritaire dans certaines régions, la peur de rentrer est courante.

Sur les 430 000 personnes environ qui sont déracinés depuis début 2012 au Mali, selon les statistiques disponibles, quelque 260 665 personnes sont déplacées internes. La population réfugiée s'élève à environ 170 000, dont plus de 70 000 ont trouvé refuge en Mauritanie, quelque 47 200 au Burkina Faso, 50 000 au Niger et environ 1 500 en Algérie.

Selon Adrian Edwards, les retours spontanés parmi les personnes déplacées étaient encore faibles, bien que les services d'autobus aient repris la semaine dernière entre Bamako, la capitale du Mali, et la ville de Gao dans le nord. Les bateaux ont également repris les liaisons pour desservir les villes de Mopti et de Tombouctou.

Pour les personnes déplacées et les réfugiés, la principale inquiétude concerne l'insécurité. La poursuite des combats, les attentats-suicides, les attaques de représailles contre certaines communautés, la présence de mines terrestres et de munitions non explosées dans les régions de Mopti, Gao et Tombouctou, sont cités comme motifs de reporter le retour.

L'absence de services essentiels dans le nord du Mali est également un facteur. Avec peu d'écoles ouvertes sur place, et les autorités gouvernementales encore absentes dans de nombreuses villes, beaucoup de familles déplacées préfèrent encore attendre.

Pour les personnes qui se trouvent en dehors du Mali, une complication supplémentaire concerne l'appartenance ethnique. La majorité des réfugiés sont touaregs ou arabes. La peur des attaques de représailles est très répandue, ainsi que la peur de la criminalité ou de la présence de djihadistes dispersés au sein de la communauté.

Bien que le nombre de nouveaux réfugiés soit sensiblement en baisse par rapport aux statistiques d'il y a quelques semaines, le Mali continue de voir un flux de réfugiés sortir du territoire, même s'il est relativement faible. En février, les arrivées en Mauritanie étaient de plus de 1 500 personnes en moyenne par semaine principalement depuis les régions de Léré, Goundam, Tombouctou et Gnoufonke. Le nombre de réfugiés au Burkina Faso et au Niger reste inchangé.

Selon le HCR, des efforts de réconciliation sont nécessaires d'urgence, ainsi que des efforts pour combattre l'impunité, encourager la coexistence pacifique entre les communautés, aider à la stabilisation ainsi qu'au rétablissement de la sécurité à long terme et empêcher que les crises de déplacement du Mali ne se prolongent. Nous planifions actuellement l'appui pour la réconciliation dans les zones de déplacement et de retour, ainsi que dans les camps de réfugiés.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Crise au Mali : Appel urgent

Plus de 300 000 maliens ont été forcés de quitter leur maison dans l'espoir de trouver un endroit où ils seraient en sécurité. Aidez-nous à les protéger.

Donnez pour cette crise

L'objet le plus important - Réfugiés maliens au Burkina Faso

« L'objet le plus important » présente - par des témoignages et des photos - l'une des décisions les plus difficiles à prendre par les personnes qui doivent fuir leur maison. Avec le soutien du HCR, le photographe américain Brian Sokol avait commencé ce projet au Soudan du Sud, en prenant des photos de réfugiés soudanais et l'objet le plus cher à leurs yeux qu'ils avaient apporté. Il leur a également demandé d'expliquer pourquoi. Brian Sokol a continué ce projet avec des réfugiés syriens en Iraq. Cette galerie de photos concerne des Maliens se trouvant dans des camps de réfugiés au Burkina Faso voisin. Alors que les photos montrent ce qui leur est le plus précieux, ce sont leurs témoignages qui en disent le plus.

Pour les Soudanais, les objets les plus importants étaient des objets de première nécessité qui leur ont permis de survivre durant le voyage long et difficile : une marmite, une hache, une jarre ou un sac. Pour les Syriens, les objets étaient davantage sentimentaux : une bague, une photographie déchirée, une clé pour ouvrir une porte qui n'existe plus. Les objets décrits par les Maliens dans cette galerie de photos ont trait à leur identité culturelle. Ils ont emporté des objets qui renforcent leur sentiment d'appartenance à leur communauté, et ce malgré l'exil

L'objet le plus important - Réfugiés maliens au Burkina Faso

Le HCR et ses partenaires luttent contre la malnutrition dans un camp en Mauritanie

Le HCR vient de renouveler son appel de fonds pour aider à répondre aux besoins de dizaines de milliers de réfugiés maliens et de près de 300 000 personnes déplacées internes au Mali. Les fonds recherchés par le HCR seront notamment destinés à fournir des suppléments alimentaires et une alimentation thérapeutique, y compris pour les personnes qui souffrent de malnutrition. C'est l'une des principales préoccupations du HCR dans le camp de réfugiés de Mbéra en Mauritanie, qui accueille plus de 70 000 réfugiés maliens. Selon une enquête sur la nutrition menée en janvier 2013 dans le camp, plus de 13% des enfants réfugiés âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë et plus de 41% de malnutrition chronique. Des mesures ont été prises pour traiter et prévenir la malnutrition, y compris avec la distribution de suppléments nutritionnels pour les nourrissons et les enfants, l'organisation de séances de sensibilisation pour les mères, un accès accru aux services de santé, le lancement d'une campagne de vaccination contre la rougeole, la distribution d'eau potable et la création d'installations d'assainissement . Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour améliorer les mécanismes de prévention et de réponse. Le HCR a lancé un appel de fonds en 2012 d'un montant de 144 millions de dollars pour ses opérations relatives à la crise au Mali en 2013, mais cet appel de fonds n'est financé à ce jour qu'à hauteur de 32%. Les besoins les plus urgents sont la nourriture, les abris, les installations d'assainissement, les soins de santé et l'éducation.

Le HCR et ses partenaires luttent contre la malnutrition dans un camp en Mauritanie

Long voyage de retour vers Tombouctou

La guerre a atteint Tombouctou en avril dernier, quand des rebelles touaregs se sont emparés de cette ville antique du nord du Mali. Elle est rapidement tombée sous le contrôle des militants, qui ont commencé à imposer aux habitants une version stricte de la charia. Les femmes ont été forcées de porter le voile en public, des personnes suspectées d'adultère étaient fouettées ou lapidées, des voleurs ont eu les mains coupées et des chambres funéraires centenaires ont été détruites.

Des milliers de personnes ont alors fui Tombouctou et beaucoup ont trouvé refuge dans la capitale malienne, Bamako, au sud du pays. Fatima Nialy, une mère de quatre enfants, s'est jointe au flux des civils se dirigeant vers le sud car elle se sentait prisonnière dans sa propre maison à Tombouctou. A Bamako, elle et ses enfants - dont son bébé d'un mois - ont été pris en charge par des proches. Elle a vécu dans une chambre de la maison de son frère aîné.

En février 2013, peu de temps après que les forces françaises et maliennes aient libéré Tombouctou, Fatima a décidé de rentrer chez elle avec ses enfants. Le photographe Thomas Martinez les a suivis

Long voyage de retour vers Tombouctou

Mali: Distribuer de l'aidePlay video

Mali: Distribuer de l'aide

Alors que des milliers de personnes attendent de pouvoir rentrer chez elles au nord du Mali, les agences humanitaires continuent d'aider les déplacés.
Mali: Déplacés à MoptiPlay video

Mali: Déplacés à Mopti

Les Maliens qui ont fui Tombouctou, par peur des affrontements entre les forces d'intervention et les rebelles de l'opposition tentent de survivre à Mopti.
Burkina Faso : L'eau, une ressource rarePlay video

Burkina Faso : L'eau, une ressource rare

Dans la région aride du Sahel, au Burkina Faso, des camions-citernes du HCR font la navette pour transporter de l'eau potable aux réfugiés maliens.