Le conflit en Syrie affecte la santé ; malades et blessés se font soigner à l'étranger

Articles d'actualité, 21 février 2013

© HCR/G.Beals
Un médecin place des points de suture sur la jambe d'une vieille dame qui a été blessée quand elle traversait la frontière entre la Syrie et la Jordanie.

CAMP DE REFUGIES DE ZA'ATRI, Jordanie, 21 février (HCR) Mustapha* est assis sur un matelas en mousse à l'intérieur d'une tente hôpital verte et il essaye de contenir sa douleur. Les brûlures ont fait disparaître la peau sur ses jambes, les laissant pliées à un angle de 45 degrés. Des médecins marocains de l'hôpital de campagne du camp de Za'atri en Jordanie ont évité que le corps de ce blessé ne s'infecte. Bientôt, il sera transféré vers un autre établissement pour y subir une chirurgie plastique et on espère qu'il pourra bientôt marcher à nouveau.

Les yeux noisette de ce réfugié syrien de 41 ans se fixent lorsqu'il raconte le soir où sa maison située à Dara'a a été incendiée pendant le conflit. Il se souvient de l'explosion assourdissante qui a secoué sa maison. Les murs de la salle de séjour ont été déformés par la chaleur et le souffle orangé. Sa moto embrasée rougeoyait. « Mes vêtements étaient en feu et mon corps brûlait », explique-t-il. « J'ai été très surpris qu'il brûle aussi vite. »

Il n'y avait aucun médecin disponible à Dara'a pour le soigner. Alors le jeune fils de Mustapha a réuni un groupe d'hommes du quartier pour aider à le transporter de l'autre côté de la frontière. A 10 heures du matin, le 23 janvier, ils l'ont transporté vers une voiture pour se rendre en Jordanie. Après trois heures, ils se sont arrêtés et ont placé leur ami sur un matelas, que six hommes ont hissé sur leurs épaules, avant de marcher à travers champs pour finalement atteindre la frontière.

D'autres personnes sont hospitalisées à côté de Mustapha. Il y a un homme avec un trouble cardiaque. Un autre patient souffre d'un pneumothorax. La salle est remplie et une longue file d'attente s'étend jusqu'à la porte de l'hôpital avec d'autres personnes en quête de soins médicaux. Comme Mustapha, beaucoup ont traversé la frontière blessés ou malades.

Le personnel de l'hôpital marocain établi à Za'atri a traité plus de 93 000 cas depuis l'ouverture du camp en juillet 2012. L'hôpital est entièrement équipé avec une clinique dentaire, deux salles d'opération et une salle de radiographie. Pourtant, avec l'augmentation du nombre de réfugiés ayant traversé la frontière, les médecins sont débordés.

La Jordanie affirme héberger plus de 320 000 Syriens depuis que le conflit a éclaté en mars 2011. Ils arrivent chaque nuit au nombre de 1 700 à 4 000. Beaucoup ont besoin d'un traitement médical.

En partenariat avec la Jordanie, le HCR a travaillé sans relâche pour coordonner la réponse à la crise. Un centre de coordination pour les soins de santé primaires devrait ouvrir ses portes en Za'atri dans les prochains jours. « Nous assurons que tout le monde travaille ensemble en utilisant les vastes ressources disponibles dans le camp », déclare Ann Burton, qui dirige l'unité de santé du HCR en Jordanie.

Pendant ce temps, l'agence pour les réfugiés demande à ses partenaires d'accroître le nombre de médecins généralistes avec les 10 partenaires de santé qui travaillent à Za'atri. Selon les experts du HCR pour la santé et d'autres médecins, la répartition des services de santé dans de nombreuses régions de la Syrie amène un nombre croissant de réfugiés avec des problèmes médicaux complexes, ce qui met à rude épreuve les ressources disponibles pour les soins de santé en Jordanie.

Jusqu'à présent, le HCR et ses partenaires ont permis d'éviter une épidémie. Tous les enfants de moins de 15 ans sont vaccinés contre la rougeole. Chaque nouvel arrivant au camp bénéficie d'un examen de santé, afin de déterminer s'il doit être immédiatement orienté vers des services disponibles.

Alors que tous les indicateurs de santé des camps sont en-dessous des seuils d'urgence, les experts du HCR sont particulièrement préoccupés par les enfants. Les nouveau-nés sont les plus vulnérables, selon Ann Burton. « Nous voyons les mêmes problèmes de santé chez les nouveau-nés que partout ailleurs, y compris des anomalies congénitales, des naissances avant-terme, des bébés de faible poids à la naissance et des infections néonatales », dit-elle, en ajoutant : « Nous pouvons gérer un grand nombre de cas dans les services de santé des camps mais, pour les cas plus compliqués, il nous faut les orienter vers les services du Ministère de la santé. »

Le collègue d'Ann Burton basé à Genève, Chris Haskew, affirme qu'il y a inévitablement des décès et lorsque ceux-ci se produisent, « le HCR travaille avec le Ministère de la Santé et ses partenaires afin d'en rechercher les causes et tout facteur évitable. »

Les médecins travaillant à Za'atri sont très conscients des circonstances souvent violentes dans lesquelles les réfugiés ont fui la Syrie. Malgré le grand nombre de patients qui reçoivent un traitement, le personnel prend le temps d'écouter leurs témoignages.

« La majorité d'entre eux ont perdu un proche et l'impact de cette expérience est très important », explique Bouaiti Elarbi, un médecin de l'hôpital marocain. « Ils sont frustrés, ils ressentent de l'anxiété. Ils ont besoin qu'on les écoute. Nous avons observé que, lorsque nous prenons plus de temps pour écouter les patients, leur état d'esprit va changer. »

Pendant ce temps, dans la salle d'accouchement de l'hôpital, Leïla*, 22 ans, vient de donner naissance à son deuxième enfant par césarienne. Noor*, la Grand-mère du bébé Nara*, tient l'enfant dans ses bras et remercie que la mère et la fille soient toutes deux en bonne santé.

La fille aînée de Leïla, Rina*, souffre d'épilepsie. Son mari Ali* a fui la Syrie par crainte d'être tué. La sécurité du bébé a également décidé la famille à partir de crainte que l'hôpital local de Dara'a ne soit pas opérationnel du fait du conflit. Lorsque Leïla est arrivée en Jordanie, elle a fait une dépression et les médecins de Za'atri ont choisi de faire naître le bébé par césarienne pour sa sécurité et celle de l'enfant.

Dans la tête de Leila, les pensées se bousculent. Elle rayonne à la vue de son nouveau-né. Et elle est reconnaissante car, pour la première fois depuis de longs mois, elle peut dormir la nuit. Et pourtant, le passé la rattrape et la rend incapable de fêter la naissance dans la joie. « Devrais-je mentir et vous dire que je suis heureuse ? » dit Leïla. « Je ne suis pas contente du tout. Après tout ce que nous avons vécu, je suis très triste. Quel sera l'avenir de mon enfant ? »

* Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Greg Beals au camp de réfugiés de Za'atri en Jordanie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Suite à la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, des groupes de réfugiés vivant en Iraq depuis de nombreuses années ont tenté de fuir le désordre et l'anarchie. Des centaines de personnes ont fui vers la frontière jordanienne, des Palestiniens depuis Bagdad et des Kurdes iraniens depuis le camp d'Al Tash dans le centre de l'Iraq.

A l'exception de quelques Palestiniens ayant pu rejoindre des proches en Jordanie, les réfugiés se sont vus refuser l'entrée et la libre circulation dans ce pays. Des milliers d'entre eux se sont alors retrouvés bloqués dans le no man's land entre l'Iraq et la Jordanie, ou dans le camp de Ruweished, situé dans le désert à 60 kilomètres à l'intérieur du pays.

Depuis 2003, des Palestiniens, des Kurdes iraniens, des Iraniens, des Soudanais et des Somaliens vivent dans ce désert jordanien. Ils subissent des conditions climatiques extrêmes : la chaleur torride en été et le froid glacial en hiver. L'UNHCR et ses partenaires ont distribué des tentes et des biens de secours. L'agence pour les réfugiés a tenté de trouver des solutions - en participant à la réinstallation de plus de 1 000 personnes dans des pays tiers. Début 2007, 119 personnes - pour la plupart des Palestiniens - étaient encore présentes au camp de Ruweished, sans aucune solution immédiate en vue.

Réfugiés non-iraquiens en Jordanie : La vie dans un camp isolé du désert, sans aucune solution en vue

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de ZaatariPlay video

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de Zaatari

Malala Yousafzai s'est rendue dans le camp de réfugiés de Zaatari avec un message : les enfants veulent un avenir… ils ont des rêves et ils ont besoin d'aller à l'école.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.