Position du HCR sur la directive du Gouvernement kényan sur le transfert des réfugiés depuis les villes vers des camps de réfugiés

Points de presse, 25 janvier 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Melissa Fleming à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 25 janvier 2013 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR a mené des consultations d'urgence avec les autorités kényanes depuis décembre. Le Gouvernement du Kenya avait alors annoncé une directive sur la cessation immédiate de la réception et de l'enregistrement des demandeurs d'asile à Nairobi et dans d'autres villes, ainsi que leur transfert dans des camps de réfugiés.

Le HCR a exprimé ses sérieuses préoccupations sur l'impact de la politique en matière de protection, de droits humains et de la situation humanitaire, et en particulier, l'interruption abrupte des conditions de vie, de l'éducation et des moyens d'existence de milliers de réfugiés qui étaient installés et qui vivaient en toute légalité dans des villes depuis des années. Le HCR a appelé le Gouvernement à ne pas mettre en œuvre la nouvelle directive.

Cependant, le gouvernement a clairement indiqué sa détermination à appliquer cette loi. Le HCR a depuis travaillé à assurer que cette mise en œuvre se ferait de façon appropriée, conformément aux principes essentiels en matière de protection et de droit humanitaire et qu'elle éviterait toute souffrance des personnes concernées. Les autorités ont établi par la suite un Comité interministériel pour vérifier que ces principes seraient respectés dans la mise en œuvre de la nouvelle politique.

Après l'annonce, le week-end dernier, de l'imminence d'une opération de sécurité pour rassembler les réfugiés à Nairobi et les transférer vers les camps, le HCR a exprimé ses inquiétudes au Gouvernement et a exhorté qu'une telle opération ne soit pas menée.

Le gouvernement a depuis fourni des assurances selon lesquelles un rassemblement n'aurait pas lieu. Il a réaffirmé sa volonté de travailler avec le HCR pour assurer que les principes de protection des réfugiés soient respectés. Parallèlement, le 22 janvier, dans une requête introduite par deux ONG travaillant dans le domaine des droits des réfugiés, la Haute Cour du Kenya a émis une injonction temporaire pour mettre fin à toute action visant à appliquer la décision sur le transfert en attendant une audience complète sur la question.

Le HCR continue de travailler avec le gouvernement pour veiller à ce que, dans le cadre d'une éventuelle mise en œuvre de la nouvelle directive, les réfugiés et les demandeurs d'asile ne soient pas mis en danger ou que leur protection vitale et les droits de l'homme ne soient pas transgressés comme c'est souvent le cas malheureusement, dans les opérations de cette nature et de cette ampleur.

Le HCR espère également que sa Politique sur les réfugiés en milieu urbain restera en vigueur. Elle avait été appuyée par le Gouvernement kényan comme étant la meilleure voie à suivre pour les réfugiés pouvant subvenir à leurs besoins et participer au développement de leurs communautés hôtes. Cette politique souligne que les villes sont des lieux légitimes et essentiels aux réfugiés pour résider et exercer les droits auxquels ils peuvent prétendre.

On compte actuellement 56 000 demandeurs d'asile et réfugiés enregistrés auprès du HCR à Nairobi et dans d'autres villes du Kenya. Le segment le plus important de ce groupe est composé de Somaliens (33 844), d'Ethiopiens (10 568) et de ressortissants de la République démocratique du Congo (7 046). Une minorité provient de l'Erythrée, du Soudan du Sud et de la région des Grands Lacs.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Voir aussi

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Ce week-end, l'UNHCR a commencé, avec l'aide de l'armée américaine, le largage aérien d'urgence d'environ 200 tonnes de biens de secours destinés aux milliers de réfugiés affectés par de graves inondations dans les camps de réfugiés de Dadaab au nord du Kenya.

Ces largages aériens offrent un spectacle impressionnant. Un avion cargo C-130 a largué, à chaque rotation, 16 tonnes de bâches en plastique, de moustiquaires, de tentes et de couvertures, au-dessus d'un site préalablement évacué de toute présence humaine et animale. Des réfugiés ont ensuite chargé le matériel dans des camions pour l'acheminer vers les camps.

Dadaab, un complexe de trois camps accueillant quelque 160 000 réfugiés, principalement originaires de Somalie, a été coupé du monde par un mois de fortes pluies qui ont emporté la seule route permettant de relier les camps isolés depuis la capitale kenyane, Nairobi. Le transport aérien s'est avéré la seule solution pour faire parvenir les secours vers les camps.

L'UNHCR a transféré 7 000 réfugiés parmi les plus touchés depuis Ifo vers le camp d'Hagadera, à quelque 20 kilomètres plus loin. 7 000 autres réfugiés ont été transférés vers un nouveau site, appelé Ifo 2, situé plus en altitude.

Kenya : largages aériens pour les camps de réfugiés affectés par les inondations

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Des inondations dans le nord-est du Kenya à la mi-novembre ont causé des dégâts dans les trois camps de réfugiés du complexe de Dadaab. Plus de 100 000 réfugiés sur les 160 000 qui y sont accueillis ont été affectés par ces inondations, en particulier au camp d'Ifo. Les réfugiés ont perdu leurs abris et les latrines ont été inondées et détruites. La route d'accès principale reliant Dadaab au reste du Kenya a été coupée par les inondations dues aux fortes pluies, empêchant tout approvisionnement d'aide par voie terrestre.

L'UNHCR a commencé à transférer les réfugiés - souvent avec des charrettes, tirées par des ânes - vers un lieu plus en sécurité, le camp de Hagadera, situé à 20 kilomètres et à une altitude plus élevée. La mise en place d'un pont aérien a permis d'apporter du carburant pour les générateurs, des kits médicaux d'urgence, des bâches en plastique et des pelles pour remplir des sacs de sable afin de consolider les digues anti-inondations. Des biens de premier secours ainsi que de la nourriture ont été distribués aux réfugiés démunis.

L'ampleur de ces inondations rappelle celle des inondations massives ayant suivi les pluies record d'El Nino en 1997, qui avaient submergé toutes les basses terres de l'est du Kenya.

Inondations dans les camps de réfugiés au Kenya

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Les trois camps de Dadaab, dont la capacité d'accueil était initialement prévue pour 90 000 personnes, comptent désormais une population d'environ 250 000 civils somaliens, ce qui fait de ce complexe accueillant des réfugiés l'un des plus grands et des plus surpeuplés au monde. Le HCR craint l'arrivée de dizaines de milliers d'autres réfugiés en 2009 dans cette région isolée située au nord-est du Kenya, alors que la situation continue à se détériorer dans leur pays en proie à des troubles.

Les ressources, comme l'eau et la nourriture, se réduisent dangereusement dans les camps surpeuplés, avec parfois 400 familles se partageant l'usage d'un robinet d'eau. Il n'y a plus de place pour monter de nouvelles tentes, et les nouveaux arrivants doivent partager des abris déjà surpeuplés avec d'autres réfugiés.

Début 2009, le Gouvernement kényan a donné son accord pour allouer des terres supplémentaires à Dadaab, ce qui permettra d'héberger quelque 50 000 réfugiés. Les photos ci-après montrent les conditions de vie dans le camp de Dadaab en décembre 2008.

Le rythme d'arrivée des réfugiés somaliens au Kenya est alarmant

Kenya : Nubiens à KiberaPlay video

Kenya : Nubiens à Kibera

Les Nubiens sont arrivés au Kenya depuis le Soudan il y a plus d'un siècle avec l'armée britannique. Après l'indépendance, beaucoup d'entre eux sont devenus apatrides.
Kenya : Femmes réfugiéesPlay video

Kenya : Femmes réfugiées

La longue marche vers la sécurité au Kenya est particulièrement difficile pour des mères somaliennes comme Maryanne, qui était enceinte, ou Fatuma, dont le bébé a trouvé la mort en route.
Kenya : Le camp de Dadaab continue de grossirPlay video

Kenya : Le camp de Dadaab continue de grossir

Le complexe de réfugiés de Dadaab continue de grossir. De plus en plus de Somaliens fuient la sécheresse et le conflit, comme Shukri Abdi Sieki et ses six enfants.