Le HCR ouvre un nouveau camp de réfugiés dans l'État d'Unity au Soudan du Sud

Points de presse, 22 janvier 2013

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Adrian Edwards à qui toute citation peut être attribuée lors de la conférence de presse du 22 janvier 2013 au Palais des Nations à Genève.

Dans l'État d'Unity au Soudan du Sud, le HCR s'apprête à ouvrir un nouveau camp de réfugiés dans les prochaines semaines. Ce camp nous aidera à gérer de nouveaux afflux de réfugiés soudanais et à décongestionner l'installation existante de Yida, où les services essentiels sont mis à rude épreuve et débordés.

Conjointement avec les autorités sud-soudanaises, nous avons convenu de localiser le nouveau camp à Ajuong, une région boisée de terre sablonneuse rouge avec une terre riche, des ressources en eau et beaucoup d'espace. Ajuong est situé dans le comté frontalier de Pariang. Nous avons reçu les assurances des autorités nationales selon lesquelles l'emplacement est sûr.

Les représentants des réfugiés et le HCR ont travaillé conjointement pour évaluer la pertinence de ce nouveau site. Après des visites de reconnaissance organisées pour les membres de la communauté réfugiée, les réfugiés ont déterminé que le site est approprié pour eux. La terre productive dans la région pourrait être utilisée pour l'agriculture par la population réfugiée. Les collectivités locales de la région ont également réagi positivement à la proposition.

En plus du camp de réfugiés à Ajuong, dont la capacité d'accueil est de 20 000 réfugiés, le HCR prévoit d'ouvrir d'autres camps dans l'État d'Unity, au nord du Soudan du Sud. Les nouveaux camps pourraient éventuellement héberger un total de 110 000 réfugiés.

Les nouveaux arrivants en provenance du Sud-Kordofan au Soudan seront hébergés en priorité à Ajuong, qui devrait commencer à recevoir des réfugiés au début du mois de mars. Au même titre que l'hébergement pour les réfugiés nouvellement arrivés, nous espérons que de nombreux réfugiés dans d'autres camps existants choisiront de déménager à Ajuong. Le nouveau site permettra aux réfugiés de vivre dans un environnement sûr où les meilleures conditions sont réunies pour l'autonomie et l'aide pour des activités rémunératrices.

Actuellement, quelque 61 000 personnes sont hébergées à Yida. C'est le plus important site de réfugiés au Soudan du Sud. Toutefois, le site de Yida présente des problèmes majeurs en grande partie parce qu'il est totalement isolé du monde durant les six mois de saison des pluies, ce qui pose de graves risques pour l'hygiène et la santé. L'année dernière, le Programme alimentaire mondial (PAM) a dû acheminer par avion 2 500 tonnes de nourriture pour un coût élevé, tandis que le HCR a également transporté par avion-cargo des milliers de tonnes d'articles de secours essentiels comme des seaux, des bâches en plastique et des médicaments.

Le camp de Yida est situé non loin de la zone frontalière contestée avec le Soudan, ce qui pose également des problèmes de sécurité et soulève des inquiétudes quant à la sécurité des réfugiés et à au caractère civil du site.

À l'heure actuelle, quelque 300 réfugiés arrivent chaque jour au Soudan du Sud. Alors que la situation reste confuse, quelque 60 000 personnes pourraient arriver au cours des cinq à six prochains mois, durant la saison sèche.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise au Soudan du Sud : Appel urgent

Donnez maintenant et aidez des dizaines de milliers de personnes fuyant le Soudan du Sud pour échapper à la violence.

Donnez pour cette crise

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Depuis décembre, les combats au Soudan du Sud entre les troupes gouvernementales et les forces rivales ont déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup ont trouvé refuge dans des centres de transit temporaire et d'autres centres d'accueil juste de l'autre côté de la frontière au nord de l'Ouganda. Depuis début janvier, le HCR a rouvert trois anciens camps de réfugiés et y a transféré environ 50 000 personnes. Ces sites sont localisés plus à l'intérieur de l'Ouganda. Il y est plus facile de leur assurer protection et assistance. Après avoir été transportés par camion vers l'un de ces sites, Nyumanzi I, situé à environ 30 kilomètres de la frontière, les nouveaux arrivants reçoivent des articles de secours, notamment des vivres, des couvertures, des nattes et des ustensiles de cuisine ainsi qu'un carré de terrain alloué par les autorités pour y construire un abri. Le site s'est rempli rapidement. Le HCR et ses partenaires ont travaillé sans relâche pour construire des routes, installer des réseaux de distribution d'eau et des dispensaires. Début février, des maisons et des petits commerces se construisent à travers le site. Les Sud-Soudanais ont repris le rythme de leur vie tout en surveillant de près la situation dans leur pays avec l'espoir d'y rentrer un jour.

Un camp de réfugiés rouvre au nord de l'Ouganda

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Depuis trois semaines après l'éruption de violences au Soudan du Sud, environ 200 000 Sud-Soudanais sont désormais déplacés dans leur propre pays. Environ 57 000 d'entre eux ont trouvé abri dans des bases des troupes des Nations Unies pour le maintien de la paix, à travers tout le pays. Ces photos de Kitty McKinsey, chargée d'information régionale au HCR, donnent un aperçu de la vie quotidienne de 14 000 personnes déplacées ayant trouvé refuge à l'intérieur d'un complexe abritant des bureaux des Nations Unies connu localement sous le nom de Tong Ping, près de l'aéroport de Juba, la capitale du Soudan du Sud. Les agences humanitaires, y compris le HCR, se mobilisent pour apporter des abris, des couvertures et d'autres articles d'aide. Toutefois, les premiers jours, les personnes déplacées ont dû se débrouiller par elles-mêmes. Les complexes abritant des bureaux ont pris l'apparence de petites villes avec des marchés, des kiosques, la collecte des ordures et des toilettes publiques. Étonnamment, les enfants parviennent encore à sourire et à organiser leurs jeux avec du matériel de fortune.

Déplacement au Soudan du Sud : Un camp au milieu d'un autre camp

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Depuis début mai, une opération est en cours au Soudan du Sud afin de transférer plus de 18 000 réfugiés soudanais vers un camp nouvellement construit. Six jours par semaine, environ 500 personnes sont transportées du camp de Jamam, dans l'Etat du Nil supérieur, vers un site récemment construit, dénommé Kaya. La saison des pluies, longue et intense au Soudan du Sud, va bientôt commencer pour de bon et l'opération permettra de transférer les réfugiés d'un endroit propice aux graves inondations vers un autre, conçu pour rester accessible et fonctionnel pendant les pluies torrentielles. Les pluies laissent de vastes zones du pays coupées pendant des mois à cause des inondations. Les résidents de Jamam sont assistés pour déplacer leurs affaires et se voient allouer un lopin de terre à leur arrivée à Kaya, où les partenaires du HCR ont installé des écoles et des structures de santé. Les réfugiés nouvellement arrivés du Soudan sont également transportés vers Kaya, où des produits de secours et un abri leur sont fournis. Tim Irwin, du HCR, se trouvait sur place avec son appareil photo.

Des milliers de réfugiés déplacés avant la saison des pluies au Soudan du Sud

Soudan du Sud : Le chef du HCR Play video

Soudan du Sud : Le chef du HCR

Le Haut Commissaire du HCR se rend auprès des réfugiés dans l'installation de Yida, située non loin de la frontière avec le Soudan en proie à l'instabilité.
Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiésPlay video

Soudan du Sud : Fier d'aider les réfugiés

D'anciens réfugiés ont été embauchés au HCR au Soudan du Sud pour venir en aide aux réfugiés soudanais.
Soudan du Sud : La fuite de SannaPlay video

Soudan du Sud : La fuite de Sanna

L'année dernière, des raids aériens et des attaques terrestres sur des villages de l'Etat du Nil bleu au Soudan ont forcé des civils à fuir vers le Soudan du Sud. Sanna témoigne sur son voyage vers l'exil.