Le HCR a besoin d'urgence de fonds car les opérations d'aide aux réfugiés syriens s'intensifient

Articles d'actualité, 22 janvier 2013

© HCR/M.Abu Asaker
Des réfugiés syriens attendent d'être enregistrés par des membres du personnel du HCR au Liban.

GENÈVE, 22 janvier (HCR) Le HCR augmente de façon spectaculaire l'enregistrement et l'assistance aux réfugiés syriens, faisant son possible pour gérer les arrivées incessantes chaque jour dans les pays voisins.

Moins d'un mois après la présentation du Plan d'aide régional aux réfugiés syriens pour 2013, le HCR et ses partenaires ont lancé d'ambitieux programmes d'enregistrement, de travail sur le terrain et d'aide financière envisagés dans le Plan d'action régional qui s'élève à 1,1 milliard de dollars.

Toutefois le porte-parole du HCR Adrian Edwards a indiqué aux journalistes à Genève mardi que l'agence pour les réfugiés a reçu à ce jour seulement 18% des financements nécessaires. « Si des contributions financières ne sont pas versées rapidement, des milliers de Syriens vulnérables ne bénéficieront pas de l'aide dont ils ont besoin », a-t-il souligné.

En passant en revue la situation actuelle dans les pays voisins, Adrian Edwards a indiqué que le personnel du HCR au Liban enregistrait en moyenne 1 500 réfugiés chaque jour dans quatre centres d'enregistrement à travers le pays. Le HCR est en train d'accroître sa capacité pour répondre aux besoins croissants. Mercredi dernier, les statistiques d'enregistrement ont atteint presque 1 800 personnes, soit le nombre le plus important de personnes enregistrées en une journée depuis le début du programme d'aide aux réfugiés syriens.

Pour couvrir les besoins croissants, le HCR a établi un nouveau site pour accueillir des réfugiés dans la plaine de la Bekaa, et l'agence ouvrir un centre d'enregistrement à Tyr dans les prochains mois. « Nous avons également identifié des terrains pour agrandir les structures d'enregistrement à Beyrouth », a indiqué Adrian Edwards, ajoutant que « ces efforts visent à réduire les temps d'attente qui se situent actuellement autour de deux mois. »

Le HCR travaille également avec les autorités libanaises pour identifier deux sites de transit pour héberger temporairement des réfugiés avant qu'un logement approprié ne leur soit trouvé. L'objectif est d'assurer que les réfugiés nouvellement arrivés soit en sécurité et dans un lieu chauffé.

Le porte-parole a également indiqué que le HCR avait planifié d'étendre l'aide financière à 18 000 bénéficiaires d'ici le mois de juin. Les familles dans le besoin recevront une allocation en espèces d'un montant moyen de 240 dollars par mois pour contribuer à leurs dépenses pour le loyer et la subsistance. Cette allocation permettra aux réfugiés de trouver un logement et d'acheter des articles nécessaires comme des vêtements, des ustensiles de cuisine et d'autres articles domestiques. Ils contribueront également à l'économie libanaise.

Adrian Edwards a indiqué que l'accélération du programme d'enregistrement est prévue pour aujourd'hui en Jordanie, visant à enregistrer jusqu'à 1 400 réfugiés syriens par jour au centre d'enregistrement d'Amman. Ce nombre augmentera encore une fois que le centre d'enregistrement à Irbid, dans le nord de la Jordanie, deviendra opérationnel. Le but est de prendre 50 000 rendez-vous pour résorber le retard d'ici la fin février.

Le porte-parole a également noté que le camp de Za'atri en Jordanie avait été le théâtre d'un nombre important d'arrivées, avec 8 821 réfugiés syriens ayant traversé la frontière ces cinq derniers jours. « Les réfugiés sont arrivés de nuit et également de jour ce qui marque un changement significatif par rapport aux précédentes arrivées qui se faisaient plutôt de nuit », a souligné Adrian Edwards.

Quelque 7 700 familles réfugiées (soit 30 000 personnes) en Jordanie bénéficient désormais d'allocations en espèces mais, du fait d'un manque de financement, le HCR n'a pas pu venir en aide à l'ensemble des 8 523 familles identifiées pour leur attribuer une allocation en espèces ce mois-ci. Avec 80% des réfugiés vivant en milieu urbain, l'aide en espèces est essentielle pour permettre aux familles les plus vulnérables de couvrir leurs besoins basiques comme payer le loyer.

Le HCR a également renforcé son travail sur le terrain auprès des réfugiés syriens, avec près de 11 000 foyers visités par des équipes du HCR sur le terrain ainsi que des membres du personnel de International Relief and Development à travers la Jordanie depuis avril l'année dernière. « Ces visites nous ont aidés à accéder aux plus vulnérables, y compris des réfugiés âgés ayant des besoins médicaux et des foyers dirigés par des femmes », a indiqué Adrian Edwards.

La situation de plupart des réfugiés urbains devient de plus en plus difficile. Beaucoup vivent dans des abris qui ne sont pas suffisamment isolés sur les terrasses au sommet des maisons ou dans des studios en sous-sol. Beaucoup survivent grâce à la générosité des voisins jordaniens, qui ont eux-mêmes des ressources limitées.

En Iraq, plus de la moitié des 73 150 réfugiés syriens enregistrés vivent dans des camps de réfugiés, avec 35% d'entre eux qui vivent en milieu urbain. Le HCR et ses partenaires, y compris les autorités, ont aidé à la préparation aux conditions hivernales en distribuant des bâches en plastique, des matelas, du kérosène, des réchauds, des chauffages, des couvertures en polaire et des édredons. D'autres initiatives incluent le remplacement des tentes légères par des tentes familiales plus isolées.

Des tentes sont également nécessaires en Turquie, où le HCR a fourni 18 500 tentes adaptées aux conditions hivernales au Croissant-Rouge turc. Selon les autorités turques, il y a 156 801 réfugiés hébergés dans 15 camps répartis dans sept provinces.

Le gouvernement assure gratuitement les soins de santé et l'éducation pour les réfugiés syriens. Depuis le début de la crise en mars 2011, les autorités ont enregistré plus de 600 000 consultations de réfugiés syriens dans les centres de santé.

Parallèlement, l'analyse du HCR sur l'enregistrement des données pour près de 280 000 réfugiés syriens enregistrés en Jordanie, au Liban, en Iraq et en Egypte montre que plus de la moitié de la population est composée d'enfants, dont 39% sont âgés de moins de 11 ans. Un foyer sur cinq est dirigé par une femme. Près de 90% des réfugiés syriens sont arrivés en 2012.

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Donnez

Le HCR dépend presque entièrement de dons pour financer ses opérations. Vous aussi, contribuez dès maintenant.

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

Liens Internet autour de ce thème

Le HCR n'est pas responsable du contenu et de la disponibilité des sites Internet externes

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La distinction Nansen pour les réfugiés 2008 est remise au Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban.

Le coordonnateur britannique d'un programme d'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban, ainsi que son équipe composée de près de 1 000 démineurs civils - des Libanais pour la plupart - ont été nommés, par le HCR, lauréats de la distinction Nansen pour les réfugiés 2008.

Christopher Clark, un ancien officier de l'armée britannique, est devenu en 2003 responsable du Centre de coordination de l'action contre les mines des Nations Unies au Sud-Liban (UNMACC-SL). Ses équipes ont détecté et détruit des tonnes de munitions non explosées (UXO) et des dizaines de milliers de mines antipersonnel.

Ces chiffres incluent près de 145 000 sous-munitions, provenant de bombes à sous-munitions, trouvées au Sud-Liban après la guerre de cinq semaines ayant eu lieu mi-2006. Leur travail a permis à près d'un million de déplacés libanais par le conflit de rentrer chez eux en sécurité. Il a cependant eu un coût, 13 démineurs ont perdu la vie et 38 autres ont été blessés depuis 2006. Le Sud-Liban retrouve sa prospérité et la reconstruction se poursuit rapidement, en grande partie grâce au travail mené par les lauréats de la distinction Nansen 2008.

La Distinction Nansen pour les réfugiés 2008

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de ZaatariPlay video

Jordanie : Malala visite le camp de réfugiés de Zaatari

Malala Yousafzai s'est rendue dans le camp de réfugiés de Zaatari avec un message : les enfants veulent un avenir… ils ont des rêves et ils ont besoin d'aller à l'école.
Iraq : Khaled Hosseini en visitePlay video

Iraq : Khaled Hosseini en visite

L'auteur de best-sellers internationaux et Ambassadeur de bonne volonté du HCR Khaled Hosseini s'est rendu pour la première fois au nord de l'Iraq cette semaine pour rendre visite aux réfugiés syriens qui y ont trouvé refuge. Khaled Hosseini est lui-même un ancien réfugié afghan. Il est l'auteur de plusieurs best-sellers comme « Les cerfs-volants de Kaboul » et « mille soleils splendides ». Il s'est entretenu avec de nombreux réfugiés durant sa visite, y compris Payman qui est âgée de 16 ans. Cette jeune auteure très ambitieuse est très frustrée car pour le moment elle ne peut pas aller à l'école.
Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.