Aider les réfugiés en respectant et en aidant leurs hôtes au Burkina Faso

Articles d'actualité, 8 janvier 2013

© HCR/H.Reichenberger
Mustapha (à gauche en jean) au village de Sag-nioniogo avec le chef local, Maurice. C'est la deuxième fois qu'il y est réfugié. Il avait passé quatre ans dans ce village quand il était enfant et il en a appris le dialecte. Il s'y sent comme dans sa famille.

SAG-NIONIOGO, Burkina Faso, 8 janvier (HCR) Le chef local Maurice a fort à faire pour préserver les intérêts des 10 000 habitants de sa circonscription, Sag-nioniogo. Depuis octobre dernier, il doit également gérer les arrivées soudaines de centaines de réfugiés depuis le Mali voisin.

Son travail témoigne de ses qualités de dirigeant et de diplomate car les deux communautés vivent côte à côte en paix dans ce village situé non loin de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou. Quand on lui demande si la vie a changé à Sag-nioniogo depuis l'afflux, il dit : « Un pays sans étranger, ce n'est pas un pays. »

Il est encourageant d'entendre ce point de vue de la part d'un haut représentant influent comme Maurice, toutefois il reste confronté à d'immenses problèmes, comme la pression croissante sur les ressources dans une zone touchée par la sécheresse et l'insécurité alimentaire ainsi que le besoin d'aider également la communauté hôte pour éviter des rancœurs.

Maurice, un agriculteur de subsistance, commence sa journée en allant surveiller ses champs et son bétail avant de mener ses tâches officielles en tant que chef local. Ces trois derniers mois, il s'est rendu chaque jour au camp de réfugiés établi par le HCR sur un terrain habituellement cultivé par ses concitoyens. Il prend connaissance des toutes dernières informations et d'éventuels problèmes affectant les deux communautés, y compris les sources de frictions.

Les nouveaux arrivants font partie des centaines de milliers de personnes qui ont fui la violence et l'application stricte de la charia dans le nord du Mali depuis janvier 2012, lorsque des combats ont éclaté entre les troupes gouvernementales maliennes et un groupe rebelle touareg. Environ 38 000 Maliens ont fui vers le Burkina Faso, y compris 2 700 d'entre eux à Sag-nioniogo, où le HCR et ses partenaires leur fournissent un abri et des vivres ainsi que l'accès à l'école locale et aux soins de santé.

L'arrivée des réfugiés a d'abord généré des réactions mitigées à Sag-nioniogo, où certains villageois ont dû abandonner leurs terres pour ouvrir un camp de réfugiés. Les membres des communautés locales ont été également en colère quand des réfugiés ont planté leurs tentes sur un site considéré comme sacré.

D'autres ont été simplement irrités par l'attention portée aux nouveaux arrivants. « Il n'est pas toujours facile de voir des voitures de l'ONU se précipiter pour répondre aux besoins des Maliens, tandis que nous sommes démunis et affamés », a reconnu un habitant de Sag-nioniogo.

Mais le HCR et ses partenaires, aidés par des personnes comme Maurice et des représentants des réfugiés, ont géré ces obstacles grâce à la médiation ainsi qu'à des séances de sensibilisation sur les réfugiés et sur des questions culturellement sensibles.

Qui plus est, certains des réfugiés comme Mustapha, 30 ans, étaient déjà venus dans le village durant des crises de déplacement antérieures et ils s'étaient fait des amis au Burkina Faso. Ils aident à établir des liens entre les deux communautés.

Mustapha, un Touareg, a fui vers le Burkina Faso avec sa femme et ses deux enfants il y a près d'un an, depuis la région de Gao au Mali. Il a voyagé avec leurs deux ânes et a rejoint Sag-nioniogo, 18 ans après avoir fui une première fois son village. Il avait alors passé quatre ans au Burkina Faso et avait appris le mooré, le dialecte local parlé.

Maurice se souvient Mustapha : « La première fois qu'il est venu au Burkina Faso, c'était un enfant », a-t-il dit, ajoutant : « C'était bien de le voir à nouveau. » Il faut dire que sa maîtrise du dialecte a largement contribué à assurer la compréhension entre les communautés.

Le HCR et ses partenaires mettent également en œuvre des mesures supplémentaires au Burkina Faso pour anticiper les problèmes potentiels et ancrer des relations de bon voisinage. « Le HCR mène son opération pour renforcer la cohabitation pacifique entre les réfugiés et la population locale », a indiqué Ibrahima Coly, le représentant du HCR au Burkina Faso.

Pour commencer, les personnes les plus vulnérables parmi la population locale se voient également accorder une aide matérielle ainsi qu'une aide pour accéder aux services essentiels, comme l'éducation et la santé. Dans certaines régions, le HCR a aidé à rénover des écoles de village, où sont scolarisés à la fois les réfugiés et les enfants des communautés locales.

Le camp de Goudebou a été récemment ouvert et il est situé près de la ville de Dori. Quelque 554 réfugiés y fréquentent l'école primaire locale avec 22 enfants de la communauté locale. Le HCR et son partenaire, Plan Burkina Faso, ont commencé à construire 24 salles de classe qui seront ouvertes aux nouveaux arrivants en provenance du Mali, ainsi qu'à la communauté locale. Les élèves apprennent aussi un mélange entre l'histoire du Burkina Faso et celle du Mali, ce qui les aidera à mieux se comprendre mutuellement.

Au sein des communautés locales, des personnes vulnérables bénéficient également des régimes de santé mis en œuvre pour aider les réfugiés. Au dispensaire géré par le HCR et Médecins du Monde-France (MDM-F) dans le camp de Mentao, province du Soum, plus de la moitié des personnes qui viennent pour une consultation appartiennent à la communauté locale.

Aboubacar Mahamadou, employé du HCR pour la santé publique, a ajouté qu'à la clinique, des membres des communautés locales sont soignés pour des problèmes comme le paludisme, les maladies respiratoires ou la diarrhée. Le médecin a ajouté que le HCR et ses partenaires, dont Médecins Sans Frontières (MSF) et MDM-Espagne, ainsi que MDM-France, mènent également une campagne de sensibilisation au Burkina Faso sur le choléra ainsi que la nécessité d'une bonne hygiène et de l'assainissement.

Ces partenaires apportent leur soutien aux postes de santé primaires dans plusieurs camps, ce qui bénéficie également à la population locale. Toutes ces mesures ont contribué à apaiser les tensions entre les réfugiés et leurs hôtes.

Par Hugo Reichenberger à Sag-nioniogo, Burkina Faso

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Des milliers de familles maliennes sont arrivées au Niger depuis la mi-janvier, après avoir fui les combats entre un mouvement rebelle touareg et les forces gouvernementales maliennes au nord du Mali. Les réfugiés vivent dans des installations de fortune le long de la frontière. Ils sont exposés au soleil et au vent durant la journée et au froid la nuit. Le HCR a commencé à distribuer des biens de secours et prévoit d'ouvrir des camps dans des zones plus sûres situées hors des régions frontalières. Hélène Caux, du HCR, a rencontré certains parmi ces réfugiés qui lui ont fait part de leur souhait de retourner dans leur pays dès que la sécurité y serait restaurée.

Les réfugiés maliens fuient au Niger en quête de sécurité

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Le 1er août, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres s'est rendu au nord du Burkina Faso avec Anne C. Richard, la Secrétaire d'Etat américaine adjointe à la Population, aux Réfugiés et à la Migration (BRPM). Au camp de Damba, ils ont rencontré des réfugiés maliens qui ont fui le Mali au cours des six derniers mois pour échapper à la poursuite du conflit et à l'instabilité politique. A ce jour, plus de 250 000 réfugiés maliens ont fui leurs maisons et trouvé refuge dans l'un des pays de la région, y compris 250 000 réfugiés maliens au Burkina Faso. L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a reçu seulement un tiers de l'appel de fonds de 153 millions de dollars dont elle a besoin pour fournir une aide vitale y compris des abris, de l'eau, des installations sanitaires, des soins de santé, des vivres et une protection aux réfugiés. Le HCR craint que la situation politique instable et l'urgence humanitaire au Mali ne génèrent d'autres afflux vers les pays voisins. colombienne.

Le chef du HCR rencontre des réfugiés au Burkina Faso

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Fuyant les combats, l'insécurité générale et l'instabilité politique de leur pays, des réfugiés maliens continuent d'arriver au Niger. Sur le site de Mangaizé où sont accueillis des réfugiés, ils sont quelque 3000 à vivre dans des conditions difficiles, exposés pendant le jour à une chaleur étouffante et se demandant quand ils pourront rentrer chez eux. Dans ce pays aride du Sahel, l'eau et la nourriture sont comptés, ce qui pose un problème considérable et aux réfugiés et aux communautés locales. Ce sont plus de 40 000 Maliens qui ont trouvé refuge au Niger depuis janvier, lorsque les forces gouvernementales maliennes et le mouvement rebelle touareg en sont venus à un affrontement armé. Cent soixante mille réfugiés maliens se répartissent entre le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. En outre, on compte 133 000 déplacés internes au Mali. Au début du mois de mai, António Guterres, Haut Commissaire pour les réfugiés, s'est rendu au Niger, notamment à Mangaizé, en compagnie de Mme Ertharin Cousin, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, dans l'intention de sensibiliser encore davantage l'opinion mondiale à la crise et de rallier de l'aide en faveur des déplacés.

Poursuite de l'exode de Maliens vers le Niger

Burkina Faso : un dimanche d'électionPlay video

Burkina Faso : un dimanche d'élection

Les réfugiés maliens au Burkina Faso peuvent voter aux élections présidentielles.
Mali: Distribuer de l'aidePlay video

Mali: Distribuer de l'aide

Alors que des milliers de personnes attendent de pouvoir rentrer chez elles au nord du Mali, les agences humanitaires continuent d'aider les déplacés.
Mali: Déplacés à MoptiPlay video

Mali: Déplacés à Mopti

Les Maliens qui ont fui Tombouctou, par peur des affrontements entre les forces d'intervention et les rebelles de l'opposition tentent de survivre à Mopti.