Des réfugiés syriens vont étudier dans des universités turques

Articles d'actualité, 28 décembre 2012

© HCR/B.Sokol
Tamara et Eilada, deux soeurs qui ont fui leur village en Syrie. Elles ont la chance de pouvoir continuer leurs études grâce à une décision des autorités turques qui permettent à des réfugiés syriens qualifiés d'étudier à l'université, dès le mois de mars prochain.

CAMP DE REFUGIES D'ADIYAMAN, Turquie, 27 décembre (HCR) Deux sœurs, Tamara et Eilada, des réfugiées syriennes ont peut-être perdu leur maison et la plupart de leurs affaires, mais pas leur espoir d'étudier et d'avoir un avenir fructueux et productif.

Tamara, 20 ans, et Eilada, 18 ans, ont fui Idlib au nord de la Syrie en septembre dernier. Aujourd'hui, elles vivent sous la tente dans un camp de réfugiés au sud de la Turquie avec leurs parents, deux frères et une sœur. Malgré le changement spectaculaire intervenu dans leur vie, Tamara et Eilada poursuivront leurs études en Turquie.

Elles font partie des 7 200 réfugiés syriens ayant trouvé abri au camp d'Adiyaman. Construit et géré par les autorités turques, c'est l'un des 14 camps hébergeant plus de 141 000 réfugiés syriens dans sept provinces. Le HCR fournit un appui technique aux autorités pour venir en aide aux réfugiés.

Dans le cadre d'un programme d'éducation extrêmement généreux, le gouvernement autorise des réfugiés syriens qualifiés à étudier dans des universités turques à partir du mois de mars prochain. Ramazan Kurkud, le responsable des programmes d'éducation à Adiyaman, a indiqué que 70 résidents des camps sont inscrits en licence et 10 autres, en master. Ils se sont déjà inscrits pour étudier dans des universités turques.

« Les étudiants peuvent étudier dans sept universités à travers le pays », a indiqué Ramazan Kurkud. « Ils commenceront à étudier en mars prochain. Le gouvernement a décidé que tous les réfugiés syriens seront dispensés de payer des frais d'université. »

Pour Tamara et Eilada, le rêve devient réalité.

Eilada avait tout juste fini le lycée et préparait l'université lorsque l'éruption de la violence en Syrie a brutalement mis fin à ses études. « C'était début août, et j'étais dans un minibus avec mes camarades pour aller passer l'examen d'entrée à l'université d'Alep », a indiqué Eilada.

« Tout à coup, nous nous sommes retrouvés au milieu des tirs. Des personnes tiraient de partout. Je criais et pleurais. Je ne savais où aller et quoi faire. J'avais si peur que je ne pouvais même pas me tenir debout. J'ai trouvé abri dans une maison non loin. »

Tamara était étudiante en troisième année d'architecture et génie civil à l'université d'Alep. Elle a expliqué qu'elle ne pouvait plus aller en cours à cause de la dégradation de la sécurité dans la ville. Elle a déjà manqué un semestre d'études.

Après que la maison de Tamara et Eilada à Idlib ait été partiellement détruite en septembre dernier, la famille a décidé de fuir en quête de sécurité vers la frontière entre la Syrie et la Turquie.

« Quand nous avons quitté notre maison, nous avions l'impression que des balles pleuvaient depuis le ciel », s'est rappelé Tamara. « Nous avons déménagé d'un abri à un autre pour nous protéger. »

« Nous avons quitté Idlib il y a trois mois », a-t-elle continué. « Nous avons passé 40 jours du côté syrien de la frontière avec très peu d'eau et pas d'électricité. Il n'y avait pas d'hygiène sur place. J'ai eu une intoxication alimentaire et j'ai été malade pendant une semaine. »

Après leur voyage, Tamara et Eilada ont enfin pu arriver au camp de réfugiés d'Adiyaman. « Le Gouvernement turc a fourni à ma famille deux tentes, des matelas, des couvertures et un chauffage électrique », a indiqué Eilada. « Nous recevons trois repas chauds par jour. Nous sommes reconnaissants envers le Gouvernement turc de nous aider tant. »

Bien que leur vie ait changé du tout au tout, Tamara et Eilada ont retrouvé un semblant de vie normale quand elles ont appris qu'elles pouvaient s'inscrire à l'université turque. Leur objectif d'achever leurs études universitaires reste à portée de vue et elles gardent l'espoir d'un avenir meilleur.

« Mon rêve est d'étudier l'architecture et le génie civil afin de contribuer à reconstruire mon pays », a indiqué Eilada. « Je suis très heureuse d'avoir l'opportunité d'étudier dans des conditions de paix. Je veux travailler pendant un temps en Turquie avant de rentrer dans mon pays. Je veux remercier la Turquie de l'hospitalité que ce pays nous offre. »

*Noms fictifs pour des raisons de protection

Par Mohammed Abu Asaker au camp d'Adiyaman, Gaziantep, Turquie

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise en République arabe syrienne : Appel urgent

Vous pouvez sauver la vie de milliers de réfugiés.

Donnez pour cette crise

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

L'UNHCR a pour objectif d'aider 25 000 enfants réfugiés à retourner à l'école en Syrie, en soutenant financièrement leurs familles et en leur fournissant des uniformes et du matériel scolaire. Environ 1,4 million d'Iraquiens sont réfugiés en Syrie ; la plupart ont fui l'extrême violence sectaire déclenchée par le bombardement de la Mosquée d'Or de Samarra en 2006.

Pour de nombreux parents réfugiés iraquiens, l'éducation est une priorité d'une importance équivalente à celle de la sécurité. En Iraq, à cause de la violence et des déplacements forcés, les enfants iraquiens n'allaient pas régulièrement à l'école et nombre d'enfants réfugiés ont manqué une bonne partie de leur scolarité. Bien que l'éducation soit gratuite en Syrie, des frais pour l'achat de fournitures, d'uniformes et les frais de transport ne permettent pas d'accéder à l'éducation. Par ailleurs, de nombreux enfants réfugiés sont contraints de travailler plutôt que de fréquenter l'école, pour subvenir aux besoins de leur famille.

Afin d'encourager les familles iraquiennes défavorisées à inscrire leurs enfants à l'école, l'UNHCR prévoit d'aider financièrement au moins 25 000 enfants en âge d'être scolarisés et de fournir des uniformes, des livres et des fournitures scolaires aux réfugiés iraquiens enregistrés auprès de l'agence. L'UNHCR va également informer les réfugiés sur leur droit d'envoyer leurs enfants à l'école, et soutiendra les programmes d'ONG en faveur des enfants qui travaillent.

La rentrée scolaire des enfants iraquiens en Syrie

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Les équipes de l'UNHCR ont commencé dès la deuxième quinzaine d'août 2006 à distribuer de l'aide humanitaire dans les villages meurtris du sud du Liban. Des tentes, des bâches en plastique et des couvertures sont distribuées aux personnes les plus vulnérables. Le matériel de l'UNHCR provient des entrepôts de Beyrouth, Saïda et Tyr, et continue d'arriver au Liban par voie aérienne, maritime et par camion.

Bien que 90 pour cent des personnes déplacées soient rentrées chez elles dans les premiers jours qui ont suivi le cessez-le-feu du 14 août, de nombreux Libanais n'ont pas pu regagner leur foyer et sont hébergés chez des proches ou dans des abris publics, tandis que quelques milliers sont restés en Syrie.

Depuis le début de la crise à la mi-juillet, l'UNHCR a acheminé 1 553 tonnes de matériel de secours en Syrie et au Liban pour venir en aide aux victimes du conflit. Cela représente environ 15 000 tentes, 154 510 couvertures, 53 633 matelas et 13 474 kits de cuisine. L'agence pour les réfugiés a également importé 5 camions et 15 autres sont en route.

Les Libanais de retour reçoivent de l'aide

Réfugiés iraquiens en Syrie

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés est de plus en plus préoccupée par la violence en Iraq et par l'absence d'une réponse humanitaire internationale face au nombre très important de personnes déplacées. Suite à une mission d'évaluation effectuée en novembre 2006, des responsables de l'UNHCR ont signalé que l'agence faisait face à une crise humanitaire de plus grande ampleur que celle prévue pour 2002-2003. Cependant l'UNHCR et les autres organisations manquent cruellement de fonds pour venir en aide aux personnes déplacées en nombre croissant. Pour combler ce manque de financement, l'UNHCR a donc publié en janvier 2007 un appel de 60 millions de dollars pour financer ses programmes d'assistance aux réfugiés iraquiens en Syrie, en Jordanie, au Liban, en Egypte et en Turquie, ainsi qu'aux réfugiés non iraquiens et aux déplacés internes au sein de l'Iraq déchiré par la guerre.

Plus le conflit durera en Iraq, plus la situation deviendra difficile pour des centaines de milliers de déplacés ainsi que les communautés qui tentent de les aider - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iraq. Le fardeau pour les gouvernements et les communautés d'accueil de la région est important, il est donc essentiel que la communauté internationale soutienne les efforts humanitaires.

Réfugiés iraquiens en Syrie

Liban: Afflux de réfugiés syriens à ArsalPlay video

Liban: Afflux de réfugiés syriens à Arsal

L'afflux est important pour Arsal, une ville libanaise qui tente de faire face. Des abris d'urgence ont été installés dans tous les espaces disponibles de la ville. Les autorités locales, le HCR et ses partenaires font leur possible pour gérer l'afflux des réfugiés.
Réfugiés syriens : L'attente à LampedusaPlay video

Réfugiés syriens : L'attente à Lampedusa

L'année dernière, plus de 13 000 personnes sont arrivées à Lampedusa en Italie. Beaucoup d'autres sont mortes durant la tentative de traversée. De jeunes hommes originaires du continent africain aux familles syriennes…. Tous partagent le même rêve…. de sécurité et de stabilité en Europe.
Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à AkcakalePlay video

Turquie: Accueil des réfugiés à la frontière à Akcakale

Plus de 10 000 réfugiés syriens ont afflué vers la ville d'Akcakale au sud de la Turquie. Akcakale est une ville de 30 000 habitants, qui est désormais voisine d'un camp de plus de 30 000 réfugiés syriens qui sont arrivés en quête de sécurité.