Les réfugiés en Inde parlent de leurs difficultés quotidiennes au chef du HCR

Articles d'actualité, 21 décembre 2012

© HCR/N.Bose
Le Haut Commissire António Guterres admire le tissage traditionnel, fruit du travail de ressortissantes du Myanmar dans un centre de réfugiés à New Delhi.

NEW DELHI, Inde, 21 décembre (HCR) Les réfugiés vivant en milieu urbain dans la capitale indienne ont évoqué leurs problèmes rencontrés au quotidien en présence du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés António Guterres, durant sa visite de deux jours pour discuter des étapes concrètes afin de renforcer le partenariat du HCR avec le Gouvernement.

António Guterres s'est rendu dans un centre de réfugiés à New Delhi jeudi et il a rencontré huit exilés originaires d'Afghanistan, du Myanmar et de la Somalie. Ils lui ont expliqué leurs difficultés financières et leurs problèmes pour trouver un logement.

« Nous vivons sur des quais de gare ou en plein air. Nous n'avons rien à manger. Le monde est témoin de nos souffrances, mais personne ne fait rien pour y remédier », a indiqué Fazal, âgé de 44 ans, un réfugié rohingya originaire du Myanmar. L'Inde a maintenu ses frontières ouvertes aux Rohingyas et leur a octroyé des permis de résidence et de travail.

Le Haut Commissaire Guterres a évoqué en termes chaleureux de la générosité de l'Inde envers tous les réfugiés. Mercredi, il a rencontré le Ministre des Affaires étrangères Salman Khursheed et le Ministre de l'Intérieur Sushil Kumar Shinde pour discuter sur l'amélioration de la protection envers les réfugiés et sur le renforcement des liens entre le HCR et l'Inde.

« C'est une période privilégiée pour les relations entre le HCR et le gouvernement », a-t-il indiqué. Le gouvernement a discuté de possibles échéances pour répondre à des problèmes, comme la délivrance de visas de longue durée et de permis de travail aux réfugiés ainsi que la naturalisation des réfugiés sikhs et hindous originaires d'Afghanistan.

Bien que l'Inde n'ait pas signé la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et que ce pays ne dispose pas d'une législation nationale pour les réfugiés, les droits fondamentaux des réfugiés et des demandeurs d'asile sont protégés par la constitution. Ils ont accès aux soins de santé et leurs enfants peuvent aller à l'école.

Cependant, ils disent être confrontés à des problèmes en tant que réfugiés dans leur vie quotidienne, comme la discrimination, la difficulté de trouver un logement et du travail. Les femmes, tout spécialement à New Delhi, ne se sentent pas en sécurité, même chez elles.

Wilo, une mère célibataire avec huit enfants, a déclaré que les femmes somaliennes sont confrontées à la discrimination à longueur de temps. Le Haut Commissaire a indiqué plus tard qu'il avait été ému par ce que les réfugiés lui ont témoigné sur leurs problèmes. « Nous devons travailler conjointement avec les gouvernements pour augmenter [et améliorer] la sécurité des femmes [et de tous les autres réfugiés]. »

On compte environ 22 000 réfugiés et demandeurs d'asile relevant de la compétence du HCR en Inde, et beaucoup plus encore de Sri Lankais et de Tibétains qui reçoivent une aide directe des autorités indiennes.

« Dieu a donné la responsabilité à quelques humains de prendre soin d'autres humains », a indiqué Fazal du Myanmar au Haut Commissaire. « Votre institution est l'une d'entre elles. Nous sommes reconnaissants du fait que vous soyez venu nous écouter. S'il vous plait, aidez-nous. »

Par Nayana Bose à New Delhi, Inde

• FAITES UN DON •

 

• COMMENT NOUS AIDER • • RESTEZ INFORMÉS •

Crise somalienne

Les taux élevés de malnutrition chez les réfugiés somaliens imposent d'agir sans attendre

Donnez pour cette urgence

Crise dans la corne de l'Afrique

Des dizaines de milliers de Somaliens fuient le conflit et la sécheresse vers Djibouti, l'Ethiopie et le Kenya.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Pendant deux décennies de conflit et de chaos en Somalie, Mohammed Ousman est resté à Mogadiscio où il enseignait l'art alors que d'autres fuyaient le pays. Mais la vie est devenue impossible pour continuer le travail de création artistique, après que des militants d'Al Shabaab aient tué son frère. Quatre de ses neuf enfants ont également été assassinés. Mohammed a fermé sa « Picasso Art school » et il a épousé la veuve de son frère, selon la coutume somalienne. Toutefois, sans emploi, cet homme de 57 ans luttait pour subvenir aux besoins de ses deux familles et, finalement, il lui en a coûté sa première famille. Mohammed a décidé de partir, il a pris l'avion vers Berbera au Somaliland à la fin 2011 puis il a traversé vers le camp de réfugiés d'Aw Barre en Ethiopie, où il a rejoint sa seconde épouse et ses cinq enfants. Le HCR a transféré Mohammed et sa famille à Addis-Abeba pour des raisons de protection, en pensant qu'il pourrait mieux y gagner sa vie en exerçant son art. Mais il découvre que la vente de peintures et de dessins peut être difficile. Il compte sur le soutien du HCR. Les images de l'artiste et sa famille ont été prises par Kisut Gebre Egziabher du HCR.

Une famille d'artistes somaliens continue son travail de création en exil

Les déplacés tentent de survivre dans l'Etat de Rakhine au Myanmar

Une crise humanitaire s'est développée dans l'Etat de Rakhine au Myanmar, où quelque 115 000 personnes ont désespérément besoin d'aide après avoir été déplacées au cours de deux vagues de violence intercommunautaire successives en juin et en octobre 2012. Les personnes déplacées, dont la plupart sont des Rohingyas, ont trouvé refuge dans des camps provisoires et d'autres restent dispersées à travers l'Etat, vivant étroitement surveillées dans leurs villages détruits. Les conditions sont difficiles : les camps sont surpeuplés et certains sont même dépourvus d'installations d'assainissement, alors que de nombreux villages sont totalement détruits et ne disposent que de faibles ressources en eau. Dans l'un des villages, plus de 32 familles vivaient ensemble sous seulement deux grandes tentes. Les enfants n'ont pas accès à l'éducation. Les nouveau-nés et les personnes âgées sont très vulnérables en raison d'une pénurie de centres de soins. Le HCR distribue des articles de secours et travaille avec les autorités ainsi que les partenaires pour améliorer les conditions de vie dans les camps. Mais une aide internationale est nécessaire.

Les déplacés tentent de survivre dans l'Etat de Rakhine au Myanmar

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

La lauréate 2012 de la distinction Nansen pour les réfugiés est Mme Hawa Aden Mohamed, ex-réfugiée dont l'oeuvre visionnaire a changé la vie de Somaliennes de tout âge. Celle que beaucoup appellent « maman Hawa » a fondé et dirige un ambitieux programme d'éducation à Galkayo, en Somalie, dont l'objet est d'aider ces femmes à affirmer leurs droits, à acquérir d'indispensables compétences et à renforcer leur rôle social. Cette galerie de photos présente les activités de « maman Hawa » au Centre d'éducation de Galkayo pour la Paix et le développement, où des déplacées internes peuvent apprendre à lire, suivre une formation professionnelle et aussi recevoir une aide humanitaire, notamment sous forme de nourriture.

La distinction Nansen pour les réfugiés a été attribuée à la Somalienne Hawa Aden Mohamed

Somalie : La fuitePlay video

Somalie : La fuite

Des milliers de personnes ont fui la ville portuaire de Kismayo en Somalie et, malgré le départ des militants, beaucoup ont choisi de ne pas rentrer.
Somalie : Les touk-touks de GalkayoPlay video

Somalie : Les touk-touks de Galkayo

Des touk-touks ont été offerts à un groupe de déplacés internes somaliens qui vivent dans la ville de Galkayo, ce qui leur facilite la vie.
Somalie : Retour à ZanzibarPlay video

Somalie : Retour à Zanzibar

Un groupe de familles rentre à Zanzibar en Tanzanie après avoir vécu en exil pendant plus de 10 ans à Mogadiscio en Somalie.